• 21. PARTAGER SA FOI AVEC AMIS ET FAMILLE

    21 – PARTAGER SA FOI AVEC SA FAMILLE ET SES AMIS

     

    Texte : Jean 9:18-21

     

         En fin de compte, il y a deux catégories de personnes avec lesquelles nous, en tant que chrétien, pouvons partager notre foi.

     

    1. Celles que nous ne connaissons pas, mais que nous rencontrons lors d’une évangélisation destinée « grand public ».
    2. Celles que nous connaissons et qui nous connaissent, c’est-à-dire nos familles et nos amis.

     

              Notre cercle de famille et d’amis représente un grand potentiel pour le Royaume de Dieu. Nombreux sont ceux qui découvrent Jésus faisant partie de ce cercle relationnel. Cependant, partager sa foi avec ceux que nous connaissons représente un véritable défi.

     

    COMMENT REAGISSENT-ILS ?

              Ceux qui ne nous connaissent pas acceptent tout ce que nous disons de nous-mêmes. Ceux qui nous connaissent sont moins facilement convaincus.

    • ils n’acceptent pas que nous ayons changé si nous ne sommes pas parfaits.
    • ils se souviennent seulement de ce que nous avons été par le passé.
    • tout changement apparent sera expliqué humainement (phase mystique, gain de maturité, crise d’identité).
    • ils acceptent difficilement qu’ils ont peut-être quelque chose à apprendre de nous.
    • ils pensent que différence égale distance. Parce qu’il y a changement, la relation sera perçue plus difficilement.
    • tout changement constaté est perçu comme étant provisoire.
    • dans un premier temps ils ne veulent pas savoir pourquoi il y a eu changement.
    • ils sont obligés de reconnaître ce qu’ils ne peuvent pas nier.

     

              Dans Jean 9:20, malgré leur réticence devant les Pharisiens, les parents           doivent reconnaître 3 faits

    • Il est notre fils
    • il est né aveugle
    • maintenant il voit

     

              Ils doivent reconnaître ce qu’ils constatent plutôt que ce que leur fils témoigne.

     

    DES LETTRES VIVANTES

              Dans 2Corinthiens 3:2 Paul dit que nos vies sont des lettres « connues et lues de tous les hommes ».

              Que vont-ils lire dans la vie de quelqu’un transformé par l’amour de Jésus.

    1. La joie
    2. La maîtrise de soi
    3. La façon de parler aux autres
    4. L’optimisme (foi)
    5. La sérénité (paix)
    6. Nouvelles priorités et motivations

     

              La personne est différente par rapport à ce qu’elle était et par rapport aux autres.

     

              âLe changement constaté conduira tôt ou tard à une question posée à l’intéressé. Les parents ont dit aux Pharisiens « interrogez-le lui-même » – Jean 9:21.

     

              âCette question posée sincèrement est une indication claire du travail du Saint-Esprit. L’ami commence à s’ouvrir.

     

              â Comment répondre à cette question ? – Selon le conseil de Paul dans Galates 4:6.

              Comme le sel préserve l’alimentation, la grâce préserve les relations. Ne dites pas tout afin qu’il n’ait pas l’impression de saturation.

     

              âFinalement la réponse doit conduire à une invitation à découvrir pour soi-même.

    «Viens et vois » Philippe a dit à son ami Nathanaël – Jean 1:46 

    Et le psalmiste nous invite à goûter nous-même la bonté de Dieu – Psaume 34:9.

     

    LE GRAND AVANTAGE POUR LE CHRETIEN

              Si les amis et la famille connaissent le chrétien, ce dernier, lui, connaît également ses amis et sa famille.

              Ils ne peuvent pas nier ni leur passé, ni ce qu’ils vivent actuellement.

              L’interpellation par le chrétien est à la fois personnelle et pertinente. Celui qui est honnête avec lui-même ne pourra pas le nier.

     

              Jésus dit à tout chrétien ce qu’il a dit à l’homme dont le fils était tourmenté par de mauvais esprits «Amenez-le moi » – Marc 9:17-19.

     

              Celui dans nos cercles relationnels qui reconnaît son besoin se laissera « amener à Jésus » par son ami et frère.