• 4. COMPRENDRE LES ETAPES DU SALUT D’UNE AME

    4 – COMPRENDRE LES ETAPES DU SALUT D’UNE AME

     

    Texte : Luc 8:5-15 ; Marc 4:26-29

     

                C’est une nouvelle fois l’image de l’agriculture qui nous aide à comprendre le processus spirituel du salut dans le cœur de l’homme – de la semence jusqu’à la moisson.

    Dans ces deux paraboles nous avons deux éléments indispensables pour une moisson : la terre et la graine.

     

    L’IMPORTANCE DE LA TERRE

                Dans la parabole du semeur et des terrains de Luc 8 les terrains représentent les différentes dispositions du cœur envers la Parle de Dieu. Il y a quatre possibilités.

                Un cœur non réceptif (le long du chemin), un cœur sans profondeur (la terre rocheuse) un cœur partagé (terre avec épines) et un cœur réceptif (la bonne terre).

     

    IL N’Y A QUE DANS LA BONNE TERRE QU’IL Y A DE BONS FRUITS

     

                Dans Marc 4 la terre est également déterminante pour la moisson v28

    Donc la première tâche d’un semeur qui veut récolter une moisson c’est de bien sélectionner la terre. Pour le chrétien, c’est trouver des personnes qui possèdent une certaine qualité de cœur.

                C’est uniquement chez ces personnes que la graine a une chance de pousser.

     

                Luc précise cette qualité de cœur – « un cœur honnête et bon » v15

     

                HONNETE – le mot grec « kalos » peut aussi être traduit : juste, droit, mérite respect, honorable, digne, noble, ne trompe pas, direct, ouvert.

     

                BON– le mot grec « agathos » peut aussi être traduit : cherche le bien de l’autre, ne cherche pas le mal, se réjouit de bonnes choses, reconnaît ses torts et sa responsabilité, respectueux, n’est pas calculateur, enthousiaste, n’est pas compliqué, aime un franc parler, reconnaît la vérité.

               

                Pour le chrétien qui veut moissonner des âmes à Christ sa première préoccupation c’est de trouver des personnes qui ont un tel cœur.

                Donc, son approche doit faire en sorte que les gens se révèlent.

     

    POUR DECOUVRIR LA BONNE TERRE

                1 – Il faut de bons outils qui permettent aux gens de s’exprimer et de révéler leur cœur. Le chrétien peut alors décider s’il sèmera ou non dans la vie de cette personne.

                Exemples : questionnaire, stand biblique, animation attractive….

     

                2 – Poser de bonnes questions. L’erreur faite par beaucoup de chrétiens dans l’évangélisation c’est de trop parler. Il faut que l’autre parle afin qu’il montre ce qu’il a dans le cœur.

                Exemples : avez-vous jamais connu la foi quand vous étiez plus jeune ? Est-ce que cela vous arrive de prier ? Que pensez-vous d’une personne qui croit en Dieu ?

     

                Ecoutez attentivement ce qu’il exprime dans ses réponses. C’est son cœur qui parle – Mat.12:34.

     

    COMPRENDRE LA SEMENCE

                La vie est dans la graine. Une fois qu’une graine de vie est semée dans une bonne terre le chrétien peut aller se coucher ! Marc 4:27. Cette graine poussera.

                La vie dans la graine est l’activité de Dieu qui agit sans que nous comprenions – Ecclesiaste 11:4-6

                Nous ne savons pas ce qui marquera la personne ni ce qu’elle vivra demain mais la graine pousse.

                La vie n’est pas dans un verset biblique cité machinalement, mais dans le message de l’Evangile – Romains 1:16

                Semer l’Evangile dans un cœur doit être fait avec vie, avec toute la dimension de l’Esprit de vie – Romain 8:2

                C’est la deuxième responsabilité du chrétien …communiquer l’Evangile avec une réelle sensibilité au Saint-Esprit.

                Nous avons donc la formule gagnante de la moisson. – Bonne terre + bonne semence = bons fruits.

     

    L’ECLOSION DU GERME                

                Nous découvrons le parallèle entre le germe et le salut dans Marc 4:26-29 et dans d’autres passages Esaïe 61:11 ; Esaïe 45:8

                Selon la pensée de Jésus il devrait être possible d’identifier 5 étapes dans la croissance du fruit du salut dans la vie d’un être humain.

     

    1 –LA SEMENCE

                Elle est semée dans la terre. Quelqu’un reçoit la Parole de Dieu.

     

    2 – L’HERBE

                Elle apparaît. C’est un très bon signe. Jusqu’alors toute la croissance se faisait sous terre. L’agriculteur doit vivre dans la foi que la graine pousse malgré les apparences.

                L’étape de l’herbe correspond aux premières indications d’intérêt pour les choses spirituelles.

                Mais l’herbe est menacée par le soleil. Si elle n’a pas de racines, elle sera brûlée

    Matthieu 13:6 , Jacques 1:11.

                Quelle est l’indication que quelqu’un a des racines spirituelles qui permettront de transformer la chaleur du soleil en source de croissance ?

                La personne est-elle prête à venir à des réunions sans être sans cesse relancée ?

    Quand l’intérêt spirituel produit une véritable motivation qui pousse à se déranger et à se déplacer il y a des racines à l’herbe !

                  

    3 – L’EPI

                L’apparition de l’épi révèle que l’herbe n’est pas simplement l’herbe des champs. L’épi annonce le fruit. L’épi dans le processus du salut est le stade des questions, la remise en question. La vie est en train de changer au contact de la Parole de Dieu. Il y a changement au niveau de l’attitude et du comportement.

                Cependant, il y a encore des réserves. L’influence de la société et celle du passé de la personne restent prépondérantes.

     

    4 – LE GRAIN TOUT FORME DANS L’EPI

                C’est à ce stade que nous pouvons constater la qualité de la moisson qui sera récoltée. Dans la parabole de l’ivraie et du bon grain, c’était au moment ou le grain formé dans l’épi est apparu que les serviteurs ont pu distinguer le bon blé de l’ivraie qui était une mauvaise herbe non comestible et qui ressemblait beaucoup au blé.

                Une vraie conversion à Christ mettra l’obéissance à Jésus avant toute autre considération. L’expérience nous montre qu’il y a trois domaines très sensibles qui sont une occasion de chute à ce stade. Pour une fille – l’affectif. Pour un garçon – les tentations sexuelles et pour tous – l’argent et la carrière. Si la personne résiste à ces trois tentations et maintient son engagement à Jésus, c’est du bon blé.

     

    5 – LE FRUIT MUR

                A la fin de ce processus de croissance, il y a un fruit mûr. C’est l’agriculteur qui ensuite doit mettre la faucille pour amasser les fruits.

                Le fruit lui-même ne décide pas de tomber dans un panier.

    Souvent quelqu’un qui est prêt ne se sent pas prêt. Il manque d’assurance est conscient de ses lacunes, se compare aux autres, alors il hésite. L’ouvrier de la moisson est là pour l’aider à surmonter ces obstacles et consacrer sa vie à suivre et à servir Jésus-Christ.

                La personne manifeste « les fruits dignes de la repentance » selon Jean-Baptiste – Matthieu 3:8

                Il n’est plus enfant des ténèbres, mais enfant de la lumière – Ephésiens 5:8. Il est passé de la mort à la vie. Il a reçu la vie éternelle et le salut en Jésus-Christ.