• Accueil

     vous consultez depuis un mobile ou tablette  n'oubliez pas d'activer en haut à droite le format ordinateur pour visualiser  les trois colonnes et graphisme couleurs   Clic sur google chrome, puis sur format ordinateur 

     

     Hello World

    Eglise Espace Foi  Sans Frontières

    Ile de la Réunion 

    QUE CHERCHEZ-VOUS EN TANT QUE CHRÉTIEN ?

    L’AMOUR sincère et l’AMITIÉ entre chrétiens Le RESPECT et l'ENCOURAGEMENT , UN ENSEIGNEMENT biblique solide  Une approche d'ouverture, accessible aux NON CHRETIENS Une LOUANGE puissante Une écoute PASTORALE sensible - Vous trouverez tout cela dans les communautés D’ESPACE FOI SANS FRONTIERES -

    Ne  restez pas dans le questionnement, venez nous découvrir !

     Contact - 06 92 79 70 26  

    Vincent Esterman, pasteur fondateur  -

    Eglise espace foi sans frontières

    Accueil


     

    Accueil 

    Accueil

     

    Accueil

     

     Accueil

     

    Accueil

     

     

     Culte/Service

      Ermitage  

     

     

     Culte/Service

       Sud   

     

     

    Réunion

    A la

    découverte

    de la Bible 

     Saint -Paul 

     

         Réunion 

           Saint 

          Pierre

     

     Réunion

    Saint

    Benoit 

     

     

     

        

        C'est leur

         histoire

     

            

            Qui

         Sommes

          nous

     

         Série 

      Vivre pour   Jésus

    Les bases

     

     

    Galerie Photos  

          Chaîne

         You tube

         Abonnez          vous 

     

          Miisitière

           Vincent  

          Esterman

         Facebook

     

     

     

     

      Nous contacter

             

     

             

              EFSF     

         Facebook

     

         

     

    Culte/Service/Célébration, Ile de la Réunion  ouest

    L'Ermitage  (Saint-Gilles) DIMANCHE 10 h  conduit  par  le pasteur Vincent Esterman  et une équipe dynamique  – musique live « style gospel , message motivant, et convivialité (parking devant la salle) 06 92 79 70 26  Chapelle de l’Ermitage – Ruelle des Ajoncs  -L’Ermitage les Bains

    Page facebook

    Accueil

     La Réunion - Espace Foi Sans Frontières NORD/OUEST -  

  • ETUDE BIBLIQUE LA REUNION  Saint Paul

     

     Espace Foi Sans Fronières Ouest - 0692797026  Très belle soirée à Saint-Paul autour d’une nouvelle parabole décryptée par le pasteur Vincent – De belles pépites que nous avons découvert ensemble …LE MÉDECIN ET LES MALADES- Matthieu 9 :10-13 -

    Pour expliquer sa venue et son objectif en venant sur la terre, Jésus s’identifie à plusieurs métiers tels qu’un berger ou un bâtisseur. Dans sa réponse aux critiques des pharisiens, Jésus utilise l’image d’un médecin. Une très belle image ! C’est vraiment Jésus qui nous libère de la loi du péché et c’est lui qui nous guérit afin que nous puissions vivre notre vie pour Dieu. Il est notre médecin, notre chirurgien divin. En utilisant cette image de médecin, Jésus annonce qu’il s’intéresse à une catégorie de personnes : des malades spirituels, des pécheurs. Jésus ne s’est pas appelé médecin parce qu’il guérissait les gens physiquement malades et infirmes.

    Il est médecin auprès des pécheurs, il l’a bien précisé. En tant que médecin, il veut développer une relation particulière avec son patient pour le soigner et l’accompagner sur le chemin de la guérison. Essayons de mieux comprendre la profession de médecin pour apprendre comment Jésus nous accompagne dans notre vie. La profession de médecin demande certaines qualités humaines. Un résumé trouvé sur les sites de formation des futurs médecins montre à quel point les parallèles avec l’approche de Jésus sont frappants. « Acteur essentiel du monde de la santé, le médecin généraliste a, comme son nom l'indique, une approche « générale » de son métier et un savoir médical extrêmement polyvalent. Il doit être en mesure de diagnostiquer un très large éventail d'affections et de maladies, que ce soit chez l'enfant, l'adulte ou la personne âgée. Plusieurs fonctions de haute importance lui incombent : • Être à l'écoute du patient, de ses plaintes ou de ses besoins, et tisser une relation de confiance pour favoriser l'échange sur le long terme. • Etablir, par l'entretien personnel, une « carte d'identité » de chaque patient en se penchant sur ses antécédents, son hygiène de vie, ses problèmes personnels. Autant d'informations qui aideront à affiner le diagnostic. • Examiner attentivement chaque patient (prise de tension, palpations, prise de température, écoute des battements du cœur, pour établir un diagnostic le plus précis possible. • Apporter les soins et prescrire les médicaments à même de traiter les maux mis en évidence. • Orienter le patient, si besoin, vers un médecin spécialiste. »

    Je retrouve le Jésus des Évangiles également dans ce qui suit : « En raison du grand nombre de patients qu'il reçoit chaque jour dans son cabinet, le médecin généraliste doit faire face à un rythme et à une charge de travail assez élevés. Une bonne endurance physique et psychique représente dès lors, un véritable atout pour être « docteur ». D'autant que celui-ci doit rester constamment calme, disponible, à l'écoute et particulièrement consciencieux lors de chaque examen clinique. De sa concentration et de son attention aux moindres détails et symptômes dépendra la qualité du diagnostic. Cette dernière sera également liée aux connaissances médicales très précises et étendues du médecin généraliste. Enfin, le médecin, en accord avec les principes du serment d'Hippocrate qu'il formule à la fin de ses études, doit toujours conserver une éthique de travail rigoureuse et respecter strictement le secret professionnel. » On peut voir le « docteur » Jésus dans son cabinet chaque fois qu’il était en présence des publicains et gens de mauvaise vie. Luc 15 :1 « Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s’approchaient de Jésus pour l’entendre ».

    Une sorte de salle d’attente ! Luc 19 :2 Zachée était un publicain. Jésus lui a fait une visite à domicile. Sa maladie : l’amour de l’argent. Luc 5 :27 Matthieu était un publicain, un comptable. Jésus l’a reçu en consultation. Sa maladie était inconnue mais Jésus est devenu son médecin traitant. Luc 7 :37 Une prostituée a lavé les pieds de Jésus avec ses larmes. Jésus a pratiqué des soins intensifs sur elle. Sa maladie était la culpabilité. Luc 23 :42,43 Le brigand sur la croix. Même sur la croix Jésus était encore en consultation. La maladie du brigand était la criminalité. Jean 9 :35 L’aveugle que Jésus a retrouvé après sa guérison. Sa maladie était son ignorance. Et il y a tant d’autres exemples – Jésus a beaucoup, beaucoup de patients ! Même après son retour auprès du Père, Jésus exerce toujours le métier de médecin. Il a soigné Saul de Tarse au bord de la route de Damas. Sa maladie : la violence et la haine.

    Il est le médecin traitant de tout pécheur qui veut guérir. Il est également le médecin traitant pour nous chrétiens, dans les domaines de nos vies où nous sommes faibles et où nous voulons être rétablis. Parfois dans la vie chrétienne, il est nécessaire d’aller en consultation chez le docteur Jésus.

    LA PROPHÉTIE D’ESAIE CONCERNANT LA VENUE DE JÉSUS Esaïe 53 :4,5 « Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées. C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c’est par ces meurtrissures que nous sommes guéris. » Jésus devait venir comme médecin pour guérir l’être humain de la maladie fatale du péché.

    AVANT TOUT, LE PARDON En Marc 2 :5, quand l’homme paralysé a été déposé aux pieds de Jésus par ses 4 amis, la première chose qu’il lui a dite concerne son état de pécheur : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés ». C’est seulement après lui avoir pardonné ses péchés que Jésus a physiquement guéri cet homme. Le message de Jésus visait premièrement le SALUT. C’est une erreur de lier LA GUÉRISON du corps trop étroitement au salut. Le salut est éternel. La guérison physique n’est que provisoire. Si nous pouvons affirmer avec certitude le salut d’une personne remplissant les conditions bibliques, nous ne pouvons pas en faire autant pour la guérison.

    LE CANCER DU PÉCHÉ La force du péché dans une vie est un cancer et s’il n’est pas traité et retiré, il va provoquer la mort éternelle de la personne. Le parallèle entre le cancer et le péché est étonnant. L’un tue le corps, l’autre tue l’âme. Comment évolue le cancer : Il y a une formation d’une masse de cellules cancéreuses nommée tumeur. La tumeur va peu à peu envahir l’organe dans lequel elle est née, altérant son fonctionnement normal. Des cellules peuvent, en outre, s’échapper de cette masse, se diffuser dans l’organisme et conduire à la formation de tumeurs secondaires. On parle alors de métastases. Les cellules saines de l’organisme se multiplient de manière contrôlée.

    A l’inverse, la multiplication des cellules cancéreuses échappe à tout contrôle. Le péché agit de la même façon. Il y a une concentration de péché dans un domaine de la vie d’une personne. « La tumeur » envahit l’organe altérant son fonctionnement normal. De cette tumeur, de ce domaine de péché, peuvent s’échapper, d’une façon incontrôlée, des cellules cancéreuses du péché qui touchent d’autres domaines de la vie. Mensonge, violence, obsession sexuelle, rébellion, orgueil, l’amour de l’argent, haine, la liste est longue. Ces tumeurs se développent et se propagent dans la vie d’une personne comme un cancer. Seul le docteur Jésus peut enlever le cancer du péché dans la vie d’un être humain. La religion ne peut pas le faire. La force de son caractère ne peut pas le faire. Martin Luther, moine en Allemagne au 16ème siècle, a découvert cette vérité, vérité qui a conduit directement à la Réforme. Tourmenté par la culpabilité de son péché, Luther cherchait par la pénitence, à se libérer. La paix est venue seulement quand il a compris Romains 1 :17 « Le juste vivra par la foi ». Jésus lui avait ôté sa culpabilité à la croix. Pour être juste devant Dieu, il fallait y croire et l’accepter.

    L’apôtre Paul, tourmenté par la puissance du péché en lui, a crié « mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? Grâces soient rendues à Dieu, par Jésus Christ, notre Seigneur ! » Romains 7 :23-25 Il a lui-même répondu à sa question. C’est vraiment Jésus qui nous libère de la loi du péché et c’est lui qui nous guérit afin que nous puissions vivre notre vie pour Dieu. Il est notre médecin, notre chirurgien divin.


    votre commentaire
  • La Réunion - Espace Foi Sans Frontières Ouest – Ce JEUDI 18h30, Rdv avec le pasteur Vincent, 155 chemin Crevecoeur - SAINT- PAUL - Si tu souhaites découvrir ou mieux comprendre la bible, et t'emparer des pépites qui s'y cachent ....cette soirée est pour toi .
    On partage aussi les bonnes nouvelles, on prie pour les moins bonnes ! Un bon repas suit la réunion (si vous le souhaitez)
    Contact - 06 92 79 70 26
    En savoir plus :
     http://vincent-esterman.eklablog.com/ (Ressources)
     http://espacefoisansfrontieres.eklablog.com/
    ( l'actualité EFSF)

    ETUDE BIBLIQUE LA REUNION


    votre commentaire
  • La Réunion -  EEspace Foi Sans Frontières Ouest - C'était ce jeudi nous entamions la 90ème parabole - Le joug doux et léger - Matthieu 11 :28-30 Avec la parabole du « joug doux et léger », Jésus s’adresse au mal être de l’homme du 21ème siècle. Sa proposition est aussi pertinente aujourd’hui dans nos pays occidentaux qu’à son époque en Israël.

    LE JOUG

    Le joug est le bois qu’on met sur la nuque de deux bœufs pour qu’ils puissent travailler ensemble.
    L’image du joug nous parle de coupler deux choses ou deux personnes.
    Quand le mot « joug » est utilisé dans le sens figuré, c’est toujours négatif. Le joug symbolise surtout la servitude qu’un maître impose à son esclave.

    Paul parle du joug dans Galates 5 :1
    « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. »
    La servitude dans ce cas, c’était la domination de la loi qui pesait sur tous les Juifs. C’est ce joug que les pharisiens mettaient sur le dos du peuple.

    Paul reparle du joug à Timothée en 1Timothée 6 :1, en parlant des esclaves devenus chrétiens :
    « Que tous ceux qui sont sous le joug de la servitude regardent leurs maîtres comme dignes de tout honneur afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés. »

    « VENEZ A MOI, VOUS TOUS QUI ÊTES FATIGUÉS… »

    C’est une des plus belles paroles prononcées par Jésus. Elle s’adresse à des personnes qui ne sont pas heureuses, des personnes accablées par les problèmes de la vie.
    Elle met du baume au cœur des personnes fatiguées par tous les fardeaux et les soucis qu’elles doivent porter.

     

    ETUDE BIBLIQUE LA REUNION

    Et la promesse donne envie : du « repos ».
    Il est tellement beau, ce mot « repos ». Quelqu’un qui trouve du repos, c’est quelqu’un qui est restauré. Comme celui qui souffre d’insomnies et qui, enfin, a une bonne nuit de sommeil.
    C’est l’athlète qui s’entraîne pendant des mois pour la compétition. Il traite durement son corps pour être au top le jour J. Mais une fois la compétition terminée, il se repose.
    C’est devoir toujours courir, sans jamais avoir suffisamment de temps, et enfin partir en vacances, ne plus rien avoir à faire pendant quelques jours.

    Mais Jésus promet du repos pour « notre âme ».
    Ce n’est pas du repos physique mais du repos intérieur, du repos qui vient quand il n’y a plus d’angoisse, plus de stress, plus de peur, plus de doute, plus de tourment.
    Ce qui est surprenant, c’est que les personnes déjà surchargées sont invitées à prendre sur elles un joug, comme si venir à Jésus c’était rajouter encore un poids supplémentaire sur sa vie.

    L’offre de Jésus à celui qui vient à lui, c’est de pouvoir enfin se décharger sur Jésus du lourd fardeau que porte la personne, pour le remplacer par un autre fardeau beaucoup plus léger.
    La vie avec Christ ne consiste pas à vivre sans fardeau, mais à choisir le bon fardeau.

    Pour cela 1Pierre 5 :7 et Matthieu 11 :30 doivent être pris ensemble :
    « et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous. » et « Prenez mon joug sur vous… »

    Le joug que Jésus nous invite à partager avec lui ne reprend pas une liste de commandements.
    Pour cette raison, la phrase au v29 « recevez mes instructions » n’est pas une bonne traduction. Le joug de Jésus ne consiste pas à « recevoir des instructions » comme apprendre le Code de la route pour passer le permis de conduire. La phrase devrait être traduite par : « apprenez de moi en m’observant et en mettant en pratique ce que vous voyez ».
    C’est l’apprenti qui apprend le métier au côté de l’artisan. Il observe et reproduit.
    C’est le fils qui apprend les choses de la vie en observant son père.

    Jésus veut que nous soyons comme lui « doux et humble de cœur ».
    Il l’avait déjà dit dans le sermon sur la montagne en Matthieu 5 :5, par la 3ème béatitude : « Heureux les doux car ils hériteront la terre. »

    LES MOTS INTÉRESSANTS DU PASSAGE

    « Car je suis doux et humble de cœur » nous révèle la nature même de Jésus.

    Doux : ne pas s’imposer, être réceptif à l’autre, ne pas chercher à dominer. Jésus frappe à la porte, il ne la défonce pas. Il invite une personne à prendre son joug. Il ne charge pas une personne contre son gré. La religion s’impose à une personne, mais Jésus, lui, invite à le rejoindre et à le suivre.

    Humble de cœur : Jésus est caractérisé par sa grande simplicité, il ne s’élève pas lui-même, il est au niveau de ses interlocuteurs, il est proche du terrain. Le mot parle de l’humilité qu’apportent la souffrance et le deuil. Jésus est le Dieu qui est proche des gens.

    Mon joug est doux : deux fois, le mot « doux » apparaît dans la traduction française de ce passage.
    Mais deux adjectifs grecs différents sont utilisés au verset 30 et au verset 29. Le mot traduit par « doux » au verset 30 devrait être traduit par « facile »

    « Facile » : ce mot exprime deux nuances ;

    1. UTILE dans le sens de l’efficacité.
    Mon téléphone portable n’est pas « doux ». Il n’est pas efficace. Quand il sonne il me donne aucune possibilité de répondre. Pourtant c’est un téléphone sophistiqué. Il sait tout faire sauf me permettre de répondre à un appel !

    2. Mais « facile », c’est aussi AGRÉABLE. Agréable, comme le goût d’un plat qui n’est pas amer ou piquant mais qui laisse une bonne saveur dans la bouche et qui donne envie de se resservir.
    Doux, comme faire la bise à un homme qui vient de se raser plutôt qu’à celui qui a une barbe de 3 jours !

    Mon fardeau est léger :
    Fardeau : c’est la charge que porte un bateau, ce qui doit être transporté d’un port à un autre. Le chrétien porte une charge, une responsabilité. Son bateau n’est pas un bateau de plaisance mais un porte-containers. Tout au long de sa vie, le chrétien transporte une marchandise céleste.

    Léger : ce n’est pas lourd à porter. Avec ce fardeau léger on peut courir vite.
    Quand nous prenons le joug de Jésus, nous devenons un couple avec lui. C’est ce fardeau qui nous lie à lui. Nous portons la responsabilité qu’il porte pour ce monde. Mais cette responsabilité n’est pas lourde à porter. Elle est légère et agréable et nous pouvons courir vite avec elle.

    En effet, « le repos de son âme » n’est pas l’inactivité, vivre sans responsabilité et dans l’insouciance, vivre ses pieds dans ses pantoufles, assis dans un fauteuil en cuir avec repose-pieds !
    Porter le joug que Jésus donne, c’est courir avec Jésus, portant sa responsabilité, mais avec légèreté et agilité, sans fatigue spirituelle, même s’il faut soutenir physiquement un certain rythme et parfois se sentir un peu fatigué.

    C’est pourquoi, parlant de Jésus, Hébreux nous dit : « Je me réjouis, O Dieu, de faire ta volonté. » Hébreux 10 :7. Faire la volonté de Dieu produit spontanément de la joie pour la personne qui l’accomplit.

    Le secret de la réussite du ministère de l’apôtre Paul sur 30 ans, malgré toutes les difficultés et oppositions, ce fut ce joug doux et léger. Il a pris le joug que Jésus lui a offert et il a couru avec Jésus pendant toutes ces années. Quelle magnifique invitation à vivre une vie productive et joyeuse, Jésus offre à chaque personne qui désire s’engager à ses côtés !
    0692797026


    votre commentaire
  • La Réunion -  Eglise évangélique Espace Foi Sans Frontières - C'est une semaine importante qui commence .... Dimanche c'est matinée portes ouvertes ? Qui allons-nous inviter ? Il y a ceux que nous connaissons, et ceux qui vont croiser notre route ! Le thême qu'abordera le pasteur Vincent nous concerne tous - "Dans les tempêtes de la vie , Dieu où est- il ?"
    10H Chapelle de l'Ermitage, ruelle des Ajoncs - Matinée suivie d'un pique-nique
    0692797026

    culte portes ouvertes dimanche  saint gilles l hermitage

     

     

    culte portes ouvertes dimanche  saint gilles l hermitage


    votre commentaire
  • La Réunion - Espace Foi Sans Frontières - "Nous les hommes" une journée mémorable ! partages, ateliers, témoignages et bonne humeur ! Les hommes d’ Espace Foi Sans Frontières et leurs invités ont répondu présents et ont fait de cette journée un véritable succès ! A refaire !
    En savoir plus :
    http://vincent-esterman.eklablog.com/ (Ressources)
    http://espacefoisansfrontieres.eklablog.com/
    ( l'actualité EFSF)
    0692797026


    votre commentaire
  • La Réunin - Journée « NOUS LES HOMMES » PREMIERS ECHOS - Accueil , partages, ateliers, témoignages et bonne humeur ! Les hommes d’ Espace Foi Sans Frontières et leurs invités ont répondu présents et ont fait de cette journée un véritable succès ! A refaire ! contact - 0692797026

    Nous les hommes


    votre commentaire
  • La Réunion – Espace Foi Sans Frontières Ouest – C’était ce jeudi dans le cadre de notre soirée du jeudi à Saint-Paul –Que de bonnes nouvelles, des projets qui aboutissent, des projets qui fleurissent …quelle joie de se retrouver ensemble pour l’étude d’une nouvelle parabole abordée par le pasteur Vincent …. PIERRE ET LE ROC et quelle joie aussi de se retrouver autour de la table pour partager encore et encore …

     PIERRE ET LE ROC

    Notre foi ne repose pas sur un homme, quel qu’il soit, très saint ou pas. Notre foi est fondée sur le rocher de notre salut, Jésus Christ.
    C’est fondée sur ce roc, que l’église, habitée par la puissance de la résurrection, résistera à la puissance de la mort et triomphera d’elle.

    Matthieu 16 :15-19 6 Voici Pierre dans un bon jour !
    Il est vrai que, dans son impétuosité, Pierre a été, à plusieurs reprises, très maladroit dans la présence de Jésus.
    Ainsi, au moment de la transfiguration quand Eli et Moïse sont apparus avec Jésus, Pierre voulait ouvrir un camping et les loger sous une tente ! Ou encore quand Jésus annonça aux disciples qu’il allait mourir, Pierre a très mal réagi et l’a repris. Jésus a dû, à son tour, le reprendre sévèrement.

    Cependant, dans ce passage Pierre se montre excellent.
    Tous les autres ont tout faux. Jésus n’est pas Jean-Baptiste. Il n’est pas le prophète Elie, ni le prophète Jérémie, ni aucun des autres prophètes.
    Seul Pierre a raison. Il a reçu la révélation directement du Père concernant la personne de Jésus. Il est le Christ, le Messie, le Fils du Dieu vivant. Oui, oui, oui, Pierre tu as tout compris ! Ça fait toujours plaisir quand on a vu juste, quand on a raison, quand on nous félicite.

    PIERRE EST-IL LE PREMIER PAPE ?

    Ensuite, Jésus lui dit une parole qui, à première vue, aurait dû aussi lui faire plaisir :
    V18 « Et moi je te dis que tu es Pierre et que sur cette pierre je bâtirai mon église (…) »
    En fait, ce verset a une importance centrale pour l’Eglise Catholique. Sur ce verset est construite toute la doctrine de la papauté : la succession apostolique de Pierre par les évêques de Rome.

    Cette doctrine est renforcée par le verset qui suit v19
    « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. »
    C’est pourquoi, le catholique, de bonne foi, pose la question au chrétien évangélique : si Jésus a prononcé cette parole, pourquoi ne reconnaissez-vous pas l’autorité du pape comme le chef de l’église ?

    C’est une question fondamentale qui appelle une réponse claire.
    La vérité se trouve dans le jeu de mots grecs utilisés dans le texte original de l’Évangile de Matthieu.
    En français, le prénom Pierre et le mot « pierre » sont le même mot, et cela peut prêter à confusion.
    Dans la langue grecque du Nouveau Testament, cette confusion n’existe pas.
    Le prénom Pierre et le mot « pierre » ne signifient pas du tout la même chose.
    Le prénom Pierre est « Petros » et signifie « petit caillou ».
    Le mot pierre est « petra » qui signifie base rocheuse.
    En utilisant ces deux mots différents, Jésus est en train de dire à Pierre « tu n’es qu’un petit caillou, trop facilement déplacé par les courants. Je ne peux pas construire l’église sur toi.
    C’est sur le « roc » que je bâtirai mon église qui sera inébranlable. »

    QUI EST LE ROC ?

    Alors, qui donc est le roc, la base solide, sur lequel l’église est bâtie ?
    1Corinthiens 10 :1-4 répond clairement à cette question.
    V4 « (…) ils ont tous bu le même breuvage spirituel qui les suivait et ce rocher était Christ. »
    Le mot « roc ou rocher », c’est « petra », la base rocheuse. Le rocher est Christ !

    Ce mot « petra », nous le retrouvons dans la parabole des deux maisons. Luc 6 :48
    « Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé profondément et a posé le fondement sur le roc (petra). Une inondation est venue et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie. »
    Donc le fondement de la maison, soit pour sa vie personnelle, soit pour l’église, doit obligatoirement être Jésus et sa Parole.

    Une vie fondée sur le roc est une vie où la personne a creusé en profondeur. Une relation profonde avec Jésus demande un investissement personnel sérieux afin de pouvoir dire avec Paul « Christ est ma vie… » Philippiens 1 :21
    Christ ne peut qu’être le seul fondement pour une vie chrétienne, comme pour son église.

    LA PIERRE ANGULAIRE

    Une autre référence à Christ comme étant le rocher, se trouve en 1Pierre 2 :7
    « L’honneur est donc pour vous qui croyez. Mais pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient, est devenue la principale de l’angle et une pierre d’achoppement et un rocher de scandale. »
    « La pierre rejetée est devenue la principale de l’angle » est une référence directe à Christ.
    Il a été rejeté par les pharisiens mais Dieu l’a choisi pour être « la pierre angulaire » de sa construction, la pierre sur laquelle toute la construction de la maison repose.

    L’ÉGLISE DE JÉRUSALEM

    Un autre fait historique confirme que Pierre n’était pas perçu comme un « premier pape » par les premiers chrétiens
    Dans Actes 15 :13 au concile de l’église de Jérusalem, Pierre était un des apôtres exerçant son ministère. Cependant le chef de cette église n’était pas Pierre, mais Jacques, le frère de Jésus.
    C’est Jacques qui se lève avec autorité pour amener le débat sur la circoncision à une conclusion.

    LES CLEFS DU ROYAUME

    Alors comment comprendre la déclaration de Jésus à Pierre sur les clefs du royaume des cieux ?
    Là aussi il faut étudier le texte de près.

    La traduction française du texte original grec donne l’impression que c’est à Pierre à décider ce qui doit être lié ou délié sur la Terre. Et ses décisions seraient ensuite systématiquement adoptées et confirmées dans le Ciel.
    En fait, c’est le contraire qu’il faut comprendre.

    Le temps des verbes utilisés devrait être traduit par « ce que tu lieras sur la terre aura déjà été lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre aura déjà été délié dans les cieux. »
    C’est à l’église d’appliquer les choses que Christ a déjà établies. Ce n’est pas à l’église de décider.
    Pas plus que le gendarme ne fait la loi. Il applique la loi, établie par une autorité supérieure, le gouvernement élu.

    Ce sont les mêmes temps utilisés dans Jean 20 :23
    « Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés (ils auront déjà été pardonnés) et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus (ils auront déjà été retenus). »

    Ce n’est donc pas nous qui décidons qui sera pardonné. Nous proclamons le pardon à ceux que Dieu a décidé de pardonner selon les conditions qu’il a établies, c’est-à-dire, la repentance.
    La déclaration aux hommes de toute la Terre d’un Dieu qui veut les pardonner s’appelle « l’Evangile de Jésus-Christ » ! En fonction de la réponse d’une personne à l’Evangile nous pouvons déclarer ou pas, que ses péchés sont pardonnés.

    Donc, notre foi ne repose pas sur un homme, quel qu’il soit, très saint ou pas. Notre foi est fondée sur le rocher de notre salut, Jésus Christ.

    C’est fondée sur ce roc, que l’église, habitée par la puissance de la résurrection, résistera à la puissance de la mort et triomphera d’elle.
    06 92 79 70 26


    votre commentaire
  • La Réunion - Espace Foi Sans Frontières Ouest -  Hâte de te retrouver ou de faire ta connaissance ce dimanche pour notre réunion chrétienne - La musique est live style GOSPEL , le message encourageant et le repas qui suit toujours chaleureux -
    Le lieu ? Chapelle de l'Hermitage, 10h ruelle des Ajoncs
    Le repas aura lieu à SAINT-PAUL
    Contact - 06 92 79 70 26

    CULTE DIMANCHE ILE DE LA REUNION


    votre commentaire
  • La Réunion -  Eglise évangélique Espace Foi Sans Frontières Ouest - 


    votre commentaire
  • La Réunion – Espace Foi Sans Frontières Ouest - une nouvelle parabole décryptée par le pasteur Vincent, ce jeudi à Saint-Paul - LES DEUX MAINS - Matthieu 6 :2-4- Si nous voulons recevoir la récompense de Dieu, nous sommes appelés, non pas à agir pour le tape-à-l’œil, mais à travailler dans le secret, dans la discrétion, dans l’humilité. Et là, la récompense sera belle !
    Que notre attitude, notre prière, soient toujours celles du psalmiste Psaume 115 :1« Non pas à nous, Eternel, non pas à nous, mais à ton nom donne gloire .
    Dans cette parabole des deux mains plusieurs thèmes sont abordés, tels que faire des dons financiers, la condamnation des pratiques et motivations des pharisiens, la récompense que nous recevrons de la part de Dieu, et les choses que le chrétien doit faire dans le secret.
    Les deux mains (parabole)
     
    LA DIFFÉRENCE GAUCHE/DROITE
     
    Pour aborder ces thèmes Jésus utilise l’image de la main gauche et la main droite.
    L’explication de cette image est très intéressante.
     
    La main gauche et la main droite sont évidemment différentes.
    Si vous achetez une paire de gants, assurez-vous qu’il y en a un pour la main gauche et un pour la main droite !
     
    Les deux mains n’ont pas forcément la même fonction.
    Avec la main gauche on tient le volant et avec la main droite on change les vitesses.
     
    En arrivant sur l’île de La Réunion j’ai été frappé par une curieuse habitude que je voyais souvent sur les routes. Bien qu’on ait besoin des deux mains pour conduire la voiture, une sur le volant et l’autre pour changer les vitesses, je voyais souvent les hommes conduire avec le bras gauche qui pend par la fenêtre. Alors je me suis posé la question : comment font-ils ?
     
    La main gauche et la main droite doivent travailler ensemble.
    Dans l’une, on tient le couteau et dans l’autre la fourchette.
    Au tennis, avec l’une on jette la balle en l’air et avec l’autre on frappe avec la raquette.
    Et tout dépend si tu es gaucher ou droitier.
     
    CHERCHONS A COMPRENDRE L’IMAGE DE JÉSUS
     
    Pour essayer de comprendre la signification de l’image de Jésus « Les deux mains », j’ai recherché les différences entre gauchers et droitiers.
    J’ai intérêt à faire très attention de ce que je vais écrire parce que je vis avec une gauchère et moi je suis un droitier !
     
    Avec cette image Jésus parle de « faire l’aumône », c’est-à-dire de donner de l’argent aux pauvres, mais pas seulement de l’argent.
    Le mot signifie toute expression de miséricorde et de bonnes œuvres, avec la notion de se sacrifier pour améliorer l’existence de l’autre.
     
    L’idée que la main gauche ne sache pas ce que fait la main droite semble impensable :
    comme si nos deux mains avaient une conscience différente l’une de l’autre. Comme si elles avaient une pensée, une connaissance, une volonté, une personnalité différente l’une de l’autre !
     
    A première lecture, on peut dire que ce que nous faisons pour le bien des autres et l’argent que nous leur donnons, doivent être tellement secrets que chacun doit se le cacher à soi-même.
    Difficile de se satisfaire avec cette explication...
     
    Recherchons donc une autre explication dans le symbolisme que Jésus utilise.
     
    LE SYMBOLISME GAUCHE/DROITE
     
    Dans toutes les paraboles où il s’agit de deux choses ou personnes contrastées, il y a toujours un bon et un mauvais côté :
    Les deux débiteurs
    Les deux fils
    Les deux maisons
    Les deux serviteurs
    Ici dans cette parabole nous avons les deux mains.
     
    Dans les traditions des religions juives et chrétiennes, Dieu est perçu du coté droit et le diable du côté gauche.
     
    Il y a des arguments solides en faveur de cette dualité.
     
    Dans les psaumes, à plusieurs reprises, il y a des références à Dieu qui sauve par sa main droite :
    Psaume 138 :7
    « Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vue, tu étends ta main sur la colère de mes ennemis et ta droite me sauve. »
     
    Le « côté droit » est considéré comme une place d’honneur.
     
    Matthieu 26 :64
    « Jésus lui répondit : Tu l’as dit. De plus je vous déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu (…) »
     
    Actes 5 :31
    « Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur (…) »
    Il y a de nombreuses références dans le Nouveau Testament à la position de Jésus : assis à la droite de Dieu
     
    Curieusement, Jésus lui-même était droitier.
    Apocalypse 1 :17 Jean, dans sa vision extraordinaire de Jésus, le voit droitier.
    « Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point ! »
     
    La gauche était considérée comme symbole du mal. (en dehors de toute considération politique !)
     
    Matthieu 25 :33,34
    « et il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. »
     
    Ce symbolisme gauche/droite est très présent dans toute la peinture religieuse.
    Par exemple, dans tous les tableaux anciens, lorsqu'on représente Eve cueillant la pomme, c'est de la main gauche qu'elle prend le fruit interdit et c'est dans la main gauche d'Adam qu'elle le pose.
    Je veux rassurer gauchères et gauchers, c’est du symbolisme et non pas une réalité physique.
    Mais dans l’histoire, les gauchers ont été persécutés parce qu’ils étaient perçus comme étant du diable.
     
    Même notre langue française montre un véritable racisme anti-gauchers :
    Gauche signifie « maladroit » ; et la gaucherie, c'est le manque d'adresse et de grâce ; « se lever du pied gauche » c'est être de mauvaise humeur ; « avoir deux pieds gauches » c'est ne pas savoir danser ; « être marié de la main gauche » c'est ne pas se comporter comme vraiment marié ; et « passer l'arme à gauche » c'est mourir !
     
     
    MAIS BONNE NOUVELLE POUR LES GAUCHERS !
     
    Aujourd’hui les études sur le cerveau arrivent à la conclusion que chez le gaucher le temps de réaction serait plus court d’une infime fraction de seconde par rapport au temps de réaction du droitier.
    Apparemment parce que dans le cerveau du gaucher, les données visuelles et spatiales seraient traitées par le même hémisphère.
     
    Les gauchers se montrent particulièrement doués dans les métiers manuels (menuiserie, coiffure, cuisine…) et dans les domaines artistiques (peinture, dessin, sculpture…). Parmi les gauchers célèbres, on rencontre Léonardo de Vinci et Michel-Ange.
    En raison d’une meilleure réactivité, les gauchers sont souvent très performants dans les sports d’opposition comme le tennis, le football, la boxe ou l’escrime. Le tennisman Rafaël Nadal en est un bon exemple.
     
    LA PARABOLE EXPLIQUÉE
     
    Mais revenons au symbolisme de la parabole de Jésus
    Matthieu 6 :3
    « Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton aumône se fasse en secret. »
     
    Faire l’aumône et faire de bonnes œuvres devant Dieu, c’est par la main droite. Dieu le voit. Il prépare la récompense pour la personne.
     
    Faire l’aumône et de bonnes œuvres pour être vu des hommes, c’est par la main gauche.
     
    Quand on donne avec la main droite, c’est Dieu qui donne une récompense.
    Quand on donne avec la main gauche, la récompense vient des hommes.
     
    Dans cette parabole des deux mains, Jésus dit que la main gauche ne doit pas se mêler de ce que fait la main droite. Elle n’a pas son mot à dire. Le mal veut détruire la valeur spirituelle de l’acte. Si la motivation profonde se réduit à vouloir être vu des hommes, il n’y aura pas de récompense venant de Dieu. Voir Matthieu 6 :1
     
    L’intérêt personnel va polluer les motivations, et cherchera à rendre l’acte public, avec une trompette, dans la perspective « d’être glorifié par les hommes ». Quand quelqu’un lance un coup de trompette, tout le monde se retourne pour regarder.
     
    Dans ce cas, le mal, la main gauche, en recherchant la récompense des hommes, retire toute possibilité de récompense de la part de Dieu. La personne a déjà reçu sa récompense, celle venant de l’approbation ou de l’admiration des hommes.
     
    Si on élargit le champ de ce principe : toute tentative d’utiliser le spirituel ou les bonnes œuvres pour son propre égo, sa propre réputation, sa propre ambition, son propre intérêt, ne recevra aucune récompense de la part de Dieu.
     
    Dieu ne partagera pas sa gloire avec nous sur la Terre.
    Si dans notre vie toute la gloire lui revient, il partagera avec nous sa gloire dans le Ciel. Ce sera notre récompense. Mais pour cela, il faut attendre encore un peu… et, entre temps, persévérer dans le bien, sans chercher à se faire remarquer.
     
    Si nous voulons recevoir la récompense de Dieu, nous sommes appelés, non pas à agir pour le tape-à-l’œil, mais à travailler dans le secret, dans la discrétion, dans l’humilité. Et là, la récompense sera belle !
     
    Que notre attitude, notre prière, soient toujours celles du psalmiste Psaume 115 :1
    « Non pas à nous, Eternel, non pas à nous, mais à ton nom donne gloire »
     

    votre commentaire
  • La Réunion – Espace Foi Sans Frontières T'INVITE à une journée "NOUS LES HOMMES" … Partages et Barbecue - es-tu inscrit ?   Une belle occasion pour inviter tes amis chrétiens ou non - ( 5 euros )
    Date limite d'inscription ce weekend, dans le Sud samedi soir et dans l'Ouest dimanche matin ! Tarif 5€
    Plus de détails - 06 92 79 70 26

    Nous les hommes- Barbecue et partages


    votre commentaire
  • La Réunion - Espace Foi Sans Frontières ouest ce jeudi à Saint-Paul autour d'une nouvelle parabole " L’ESPRIT IMPUR ET SA MAISON"- Luc 11 : 24-26
    C’est une parabole importante parce que la vie d’un être humain est comparée à une maison habitée. Dans la parabole de « L’homme fort et sa maison », la maison représente le monde sous l’emprise du diable. Mais dans la parabole de « L’esprit impur et sa maison », la maison, c’est la vie d’un individu.

    Tout mauvais esprit veut habiter dans la vie d’un être humain comme nous habitons dans une maison.
    Ce passage nous apprend plusieurs choses sur les mauvais esprits.
    Ils peuvent pénétrer dans la vie d’une personne.
    Ils sont expulsables. Ils ne sont pas propriétaires.
    Après une expulsion, fatigué par le combat, le mauvais esprit cherche du repos.
    Il est chassé dans les lieux arides, les déserts.
    Il veut retourner dans la maison d’où il a été expulsé.
    Il a une volonté et une capacité de raisonnement.
    Il peut retourner dans cette maison s’il est le bienvenu…si la personne, par sa persistance dans le péché et un comportement charnel, lui laisse la porte ouverte.
    Il a des copains : d’autres esprits impurs.
    Les esprits mauvais ont différents niveaux de méchanceté.
    Un esprit impur rentre dans une vie pour s’y installer. Il veut en faire son chez lui. Il croit que c’est SA maison.
    Le résultat du retour de l’esprit mauvais, c’est que la personne est dans un état pire qu’avant sa délivrance.
    Dans le Nouveau Testament, deux choses plongent une personne dans un pire état :
    Premièrement, retourner au péché et aux souillures de ce monde après avoir était lavé par le sang de Jésus. 2Pierre 2 :20
    Deuxièmement, après une délivrance, laisser à nouveau la porte de sa vie ouverte aux mauvais esprits.

    UN ESPRIT VEUT ENTRER DANS UN CORPS

    Pour s’exprimer dans ce monde matériel, un esprit a besoin d’un corps physique.
    C’est le cas du Saint Esprit, l’Esprit de Dieu, qui veut habiter pleinement le Corps de Christ, l’Eglise, pour pouvoir s’exprimer dans ce monde.

    C’est le cas également d’un mauvais esprit.
    Nous avons un exemple spectaculaire dans Marc 5 :1-15. Lisons le récit de cette rencontre de Jésus avec le démoniaque du pays des Gadaréniens.
    Un homme était habité par une légion d’esprits mauvais. Une légion est un terme militaire qui représente une division entre 4000 à 6000 soldats romains ! Ce n’est pas étonnant que cet homme soit dans un état aussi catastrophique. Jésus entre dans le combat contre ces esprits mauvais pour les expulser. Mais ils lui résistent. Commençant à fatiguer, les démons négocient leur départ :
    V12 « Envoie-nous dans ces pourceaux afin que nous entrions en eux. »
    Avec l’accord de Jésus, ils acceptent de quitter le corps de cet homme parce qu’ils ont la possibilité d’entrer dans un autre corps, quoique moins intelligent, pour y habiter.

    UN MAUVAIS ESPRIT EST EXPULSABLE

    Un mauvais locataire à Paris ne peut pas être expulsé pendant les mois d’hiver. Sur l’île de La Réunion, il est non expulsable pendant la période cyclonique de l’été. Mais pour un mauvais esprit, il n’y a pas de trêve. Il est expulsable à tout moment.

    Pour cette raison, ce n’est pas juste de parler de « possession », sauf dans des cas extrêmes.
    Dans les évangiles et les Actes des Apôtres, le mot traduit par « possédé » parle d’être affligé d’un mauvais esprit, démonisé dans un domaine de sa vie.

    Quelqu’un qui aime Jésus et qui veut faire sa volonté ne peut pas être « possédé ». Mais en tant qu’être humain, il peut être affligé d’un mauvais esprit dans un domaine de sa vie. C’est pour cette raison que Paul dit aux chrétiens d’Ephèse : « ne donnez pas accès au diable ». Ephésiens 4 :27

    COMMENT UNE PERSONNE PEUT-ELLE « BALAYER ET ORNER » SA MAISON POUR UN ESPRIT IMPUR ?

    L’expression « balayer et orner » parle de préparer sa maison pour recevoir un invité.
    Lorsque qu’une porte lui est ouverte et la maison est prête à recevoir, « l’invité », le mauvais esprit entre et s’installe.

    Le mot « entrer » s’applique aux personnes mais aussi aux animaux.
    Dans certaines maisons, le propriétaire du chat installe une trappe spéciale, une chatière, dans une porte pour que le chat puisse entrer et sortir de la maison comme bon lui semble.

    Là où mon épouse et moi sommes logés quand nous venons en région parisienne, la dame a deux petits chiens qui veulent constamment rentrer et sortir de la maison. Mais cela ne leur est possible que si quelqu’un leur ouvre la porte. Et quand on en a marre, on les laisse dehors. Ils mettent alors leurs pattes contre la porte fenêtre avec un petit air tout triste. Ils ne peuvent entrer que si on les laisse entrer. C’est le sens du mot traduit par « entrer ».

    Mais quand ils entrent, les esprits impurs ne sont pas propriétaires de la maison, même s’ils le pensent !

    Un mauvais esprit peut entrer par plusieurs moyens :
    Par la colère non maîtrisé…Ephésiens 4 :27 « Ne pas donner accès au diable » est précédé du verset 26 : « que le soleil ne se couche pas sur votre colère ».
    Le non pardon et l’amertume ouvre une porte au diable 2Corinthiens 2 :10,11 « je pardonne (…) afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins. »
    L’entrée peut se faire par un traumatisme antérieurement vécu : viol, agression, peur etc.-.
    Elle peut aussi se faire en se livrant à des activités où les mauvais esprits sont très actifs tels que l’occultisme, les films d’horreur, les jeux vidéo violents, la pornographie, l’usage de drogues.

    Pour claquer la porte à un esprit mauvais, la repentance est fondamentale.
    On se détourne soi-même de tout ce qui ouvre un accès possible. Si la porte reste ouverte, le mauvais esprit peut revenir et se réinstaller avec 7 de ses copains. Si la porte est fermée, ils ne peuvent rentrer.

    JE VEILLE SUR QUI JE LAISSE HABITER DANS MA MAISON

    1Corinthiens 3 :16 « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? »

    Romains 8 :9 « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous…. »

    Ephésiens 2 :22 « En lui, vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

    Le Saint-Esprit désire entrer en nous et s’y installer. Mais il ne le peut, lui aussi, que si la porte lui est ouverte, et s’il trouve la maison « balayée et ornée » pour lui.

    Mais le Saint-Esprit ne vient pas avec « des copains plus puissants que lui ». Il vient dans toute sa divine plénitude pour celui qui veut l’accueillir.

    Le mot traduit par « ornée » évoque une chambre d’ami qui est préparée pour recevoir l’ami. Le propriétaire décore la chambre pour l’accueillir.
    Quand Denise prépare la chambre d’ami pour accueillir un ami chez nous, c’est la mobilisation générale. C’est impressionnant. Moi, je me cache dans mon bureau. Tout y passe. La baignoire, les sols, tout est nettoyé, et la montagne d’accessoires pour les enfants de l’école du dimanche disparait, je ne sais ni où ni comment ! Si mes affaires trainent, tout doit disparaître ! Quand la chambre est enfin prête, on dirait la suite d’un grand hôtel prête à recevoir un couple royal !

    C’est comme cela que nous devons accueillir le Saint-Esprit, et non lui mettre une trappe dans la porte pour qu’il vienne et qu’il sorte quand il veut…comme pour le chat.

    Oui, une vie humaine est une maison habitée par un esprit. Que celui qui nous habite, nous, soit le Saint-Esprit de Dieu.

    06 92 79 70 26

    culte dimanche 10 h chapelle de l'Hermitage ruelle des Ajoncs

    L’ESPRIT IMPUR ET SA MAISON -


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique