• ETUDE BIBLIQUE LA REUNION

    La Réunion -  EEspace Foi Sans Frontières Ouest - C'était ce jeudi nous entamions la 90ème parabole - Le joug doux et léger - Matthieu 11 :28-30 Avec la parabole du « joug doux et léger », Jésus s’adresse au mal être de l’homme du 21ème siècle. Sa proposition est aussi pertinente aujourd’hui dans nos pays occidentaux qu’à son époque en Israël.

    LE JOUG

    Le joug est le bois qu’on met sur la nuque de deux bœufs pour qu’ils puissent travailler ensemble.
    L’image du joug nous parle de coupler deux choses ou deux personnes.
    Quand le mot « joug » est utilisé dans le sens figuré, c’est toujours négatif. Le joug symbolise surtout la servitude qu’un maître impose à son esclave.

    Paul parle du joug dans Galates 5 :1
    « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. »
    La servitude dans ce cas, c’était la domination de la loi qui pesait sur tous les Juifs. C’est ce joug que les pharisiens mettaient sur le dos du peuple.

    Paul reparle du joug à Timothée en 1Timothée 6 :1, en parlant des esclaves devenus chrétiens :
    « Que tous ceux qui sont sous le joug de la servitude regardent leurs maîtres comme dignes de tout honneur afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés. »

    « VENEZ A MOI, VOUS TOUS QUI ÊTES FATIGUÉS… »

    C’est une des plus belles paroles prononcées par Jésus. Elle s’adresse à des personnes qui ne sont pas heureuses, des personnes accablées par les problèmes de la vie.
    Elle met du baume au cœur des personnes fatiguées par tous les fardeaux et les soucis qu’elles doivent porter.

     

    ETUDE BIBLIQUE LA REUNION

    Et la promesse donne envie : du « repos ».
    Il est tellement beau, ce mot « repos ». Quelqu’un qui trouve du repos, c’est quelqu’un qui est restauré. Comme celui qui souffre d’insomnies et qui, enfin, a une bonne nuit de sommeil.
    C’est l’athlète qui s’entraîne pendant des mois pour la compétition. Il traite durement son corps pour être au top le jour J. Mais une fois la compétition terminée, il se repose.
    C’est devoir toujours courir, sans jamais avoir suffisamment de temps, et enfin partir en vacances, ne plus rien avoir à faire pendant quelques jours.

    Mais Jésus promet du repos pour « notre âme ».
    Ce n’est pas du repos physique mais du repos intérieur, du repos qui vient quand il n’y a plus d’angoisse, plus de stress, plus de peur, plus de doute, plus de tourment.
    Ce qui est surprenant, c’est que les personnes déjà surchargées sont invitées à prendre sur elles un joug, comme si venir à Jésus c’était rajouter encore un poids supplémentaire sur sa vie.

    L’offre de Jésus à celui qui vient à lui, c’est de pouvoir enfin se décharger sur Jésus du lourd fardeau que porte la personne, pour le remplacer par un autre fardeau beaucoup plus léger.
    La vie avec Christ ne consiste pas à vivre sans fardeau, mais à choisir le bon fardeau.

    Pour cela 1Pierre 5 :7 et Matthieu 11 :30 doivent être pris ensemble :
    « et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous. » et « Prenez mon joug sur vous… »

    Le joug que Jésus nous invite à partager avec lui ne reprend pas une liste de commandements.
    Pour cette raison, la phrase au v29 « recevez mes instructions » n’est pas une bonne traduction. Le joug de Jésus ne consiste pas à « recevoir des instructions » comme apprendre le Code de la route pour passer le permis de conduire. La phrase devrait être traduite par : « apprenez de moi en m’observant et en mettant en pratique ce que vous voyez ».
    C’est l’apprenti qui apprend le métier au côté de l’artisan. Il observe et reproduit.
    C’est le fils qui apprend les choses de la vie en observant son père.

    Jésus veut que nous soyons comme lui « doux et humble de cœur ».
    Il l’avait déjà dit dans le sermon sur la montagne en Matthieu 5 :5, par la 3ème béatitude : « Heureux les doux car ils hériteront la terre. »

    LES MOTS INTÉRESSANTS DU PASSAGE

    « Car je suis doux et humble de cœur » nous révèle la nature même de Jésus.

    Doux : ne pas s’imposer, être réceptif à l’autre, ne pas chercher à dominer. Jésus frappe à la porte, il ne la défonce pas. Il invite une personne à prendre son joug. Il ne charge pas une personne contre son gré. La religion s’impose à une personne, mais Jésus, lui, invite à le rejoindre et à le suivre.

    Humble de cœur : Jésus est caractérisé par sa grande simplicité, il ne s’élève pas lui-même, il est au niveau de ses interlocuteurs, il est proche du terrain. Le mot parle de l’humilité qu’apportent la souffrance et le deuil. Jésus est le Dieu qui est proche des gens.

    Mon joug est doux : deux fois, le mot « doux » apparaît dans la traduction française de ce passage.
    Mais deux adjectifs grecs différents sont utilisés au verset 30 et au verset 29. Le mot traduit par « doux » au verset 30 devrait être traduit par « facile »

    « Facile » : ce mot exprime deux nuances ;

    1. UTILE dans le sens de l’efficacité.
    Mon téléphone portable n’est pas « doux ». Il n’est pas efficace. Quand il sonne il me donne aucune possibilité de répondre. Pourtant c’est un téléphone sophistiqué. Il sait tout faire sauf me permettre de répondre à un appel !

    2. Mais « facile », c’est aussi AGRÉABLE. Agréable, comme le goût d’un plat qui n’est pas amer ou piquant mais qui laisse une bonne saveur dans la bouche et qui donne envie de se resservir.
    Doux, comme faire la bise à un homme qui vient de se raser plutôt qu’à celui qui a une barbe de 3 jours !

    Mon fardeau est léger :
    Fardeau : c’est la charge que porte un bateau, ce qui doit être transporté d’un port à un autre. Le chrétien porte une charge, une responsabilité. Son bateau n’est pas un bateau de plaisance mais un porte-containers. Tout au long de sa vie, le chrétien transporte une marchandise céleste.

    Léger : ce n’est pas lourd à porter. Avec ce fardeau léger on peut courir vite.
    Quand nous prenons le joug de Jésus, nous devenons un couple avec lui. C’est ce fardeau qui nous lie à lui. Nous portons la responsabilité qu’il porte pour ce monde. Mais cette responsabilité n’est pas lourde à porter. Elle est légère et agréable et nous pouvons courir vite avec elle.

    En effet, « le repos de son âme » n’est pas l’inactivité, vivre sans responsabilité et dans l’insouciance, vivre ses pieds dans ses pantoufles, assis dans un fauteuil en cuir avec repose-pieds !
    Porter le joug que Jésus donne, c’est courir avec Jésus, portant sa responsabilité, mais avec légèreté et agilité, sans fatigue spirituelle, même s’il faut soutenir physiquement un certain rythme et parfois se sentir un peu fatigué.

    C’est pourquoi, parlant de Jésus, Hébreux nous dit : « Je me réjouis, O Dieu, de faire ta volonté. » Hébreux 10 :7. Faire la volonté de Dieu produit spontanément de la joie pour la personne qui l’accomplit.

    Le secret de la réussite du ministère de l’apôtre Paul sur 30 ans, malgré toutes les difficultés et oppositions, ce fut ce joug doux et léger. Il a pris le joug que Jésus lui a offert et il a couru avec Jésus pendant toutes ces années. Quelle magnifique invitation à vivre une vie productive et joyeuse, Jésus offre à chaque personne qui désire s’engager à ses côtés !
    0692797026

    « culte portes ouvertes dimanche saint gilles l hermitage ETUDE BIBLIQUE LA REUNION »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :