• Hebreux chapitres 10 -13

    Hebreux chapitres 10 -13EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 10 –  LA CONFIANCE POUR S’APPROCHER

     

     

     

     

    Le but de l’auteur en écrivant cette épître aux Hébreux … montrer aux jeunes convertis du Judaïsme à Jésus-Christ que la loi de l’Ancien Testament avec tous ses sacrifices, son tabernacle et son souverain sacrificateur a été remplacée par Jésus.

    Il est l’exacte représentation qui remplace l’ombre v1– voir Hébreux 1:3 ; Colossiens 3:16, 17.

    OBEISSANCE PLUTOT QUE SACRIFICES

              L’histoire du peuple d’Israël révèle qu’il était plus disposé à offrir des sacrifices à Dieu plutôt que de lui obéir.

    En fait, les prophètes avaient dénoncé cette hypocrisie religieuse – Esaïe 29:13.

              Dieu préfère d’autres qualités aux sacrifices : la miséricorde et la connaissance de Dieu – Osée 6:6, l’amour – 1Corinthiens 13:3, faire sa volonté – Psaumes 40:7-9.

              Les sacrifices pour le péché ne sont plus nécessaires parce qu’en Christ les péchés sont pardonnés.

              La loi de Dieu est gravée dans le cœur de celui qui est entré dans la nouvelle alliance.

              C’est le résumé de l’enseignement des trois chapitres précédents.

    EXHORTATIONS AUX CHRETIENS

              Une fois que nous comprenons tout ce que Jésus a accompli pour l’homme, nous sommes appelés à réagir.

              Jésus a inauguré une nouvelle route à Dieu, à nous de la prendre. Elle est sans péage, l’entrée est libre, sa construction a été payée par son sang.

    Approchons-nous v22

              C’est la suite logique de tout l’enseignement présenté aux Hébreux. Nous pouvons le faire avec assurance – Hébreux 4:16

              La foi nous permet d’utiliser cette route nouvelle.

    Retenons v23

              L’espérance du salut est une promesse de Dieu. La vie chrétienne confiante se vit avec cette pleine conviction – l’ancre – Hébreux 6:19

    Veillons v24

              … les uns sur les autres. La relation avec Dieu entraîne le souci de l’autre. Aimer Dieu doit conduire à aimer son prochain – Marc 12:30, 31. La foi en Dieu qui ne conduit pas aux bonnes œuvres est morte – Jacques 2:17.

    N’abandonnons pas notre assemblée v25

              La foi est personnelle mais se vit en communauté. L’assiduité aux rencontres de l’église était un des fruits du jour de la Pentecôte – Actes 2:46. Le manque d’assiduité est le fruit d’un déclin spirituel. Le mot « coutume » parle d’une tradition religieuse. Certains chrétiens ont une « coutume » d’absentéisme.

    Exhortons-nous v 25

              Chaque chrétien devra accepter de se laisser interpeller par les autres chrétiens en ce qui concerne son comportement.

    LE RISQUE QUE COURT LE CHRETIEN

              Si être pardonné à travers le sang de Jésus versé à la croix est un extraordinaire privilège que Dieu nous accorde, un retour au péché entraîne des conséquences catastrophiques pour celui qui rétrograde.

              Par ce retour à une vie de péché, il se moque de Jésus, réduit son sang à celui des boucs et outrage le Saint-Esprit qui agit pour transformer le cœur dans la nouvelle alliance.

              Son état est maintenant pire qu’avant sa conversion – Hébreux 6:4-8 ;

    2 Pierre 2:20-22.

              Le jugement sera « terrible » – Hébreux 10:27, 31.

    SOUVENEZ-VOUS DE CES PREMIERS JOURS v32

    C’est la protection contre toute possibilité d’un retour au péché…ne jamais oublier d’où nous sommes venus, ce que Jésus a fait pour nous, le prix qu’il a payé, mais aussi celui que nous avons été prêts à payer pour notre foi.

    ¬N’oublions pas le grand combat, les souffrances, l’opprobre, les afflictions, ceux qui souffrent toujours – Deutéronome 8:2

    ¬C’est maintenant que le chrétien ne souffre plus pour sa foi qu’il est le plus menacé par un retour au péché.

    DERNIERES EXHORTATIONS vv35-39

              ¬ N’abandonnez pas votre assurance – la foi pour rentrer dans la présence de Dieu. Ne retournez pas à la loi.

    ¬ Persévérez pour obtenir la promesse

    ¬ Faites la volonté de Dieu

    ¬ Tenez bon jusqu’à ce que Jésus revienne

    L’inquiétude souvent exprimée de l’auteur pour la condition spirituelle des Hébreux est de nouveau soulignée en terminant ce chapitre.

    « Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre ….» v39

    Après tout ce que Christ a accompli pour nous, la grâce qu’il nous a faite et le prix que nous avons payé pour la foi, se retirer pour se perdre est inimaginable.


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 11 – première partie

      Ce chapitre est un des grands passages de la Bible. L’auteur de l’épître cherche à convaincre ses lecteurs juifs, récemment convertis à Christ, que l’ancienne alliance fondée sur la loi a été remplacée par la nouvelle dans la personne de Jésus. La foi en lui permet le pardon des péchés et l’accès direct à la présence de Dieu.

     

    Dans ce chapitre, 20 noms propres, très connus de tous les juifs, sont cités montrant que la foi n’est pas une nouveauté. Elle a toujours fait partie de l’histoire du peuple d’Israël.

    C’est le verset 6 qui est la clé du passage. Pour être agréable à Dieu, une personne doit croire.

    Ce n’est plus par la mise en pratique de la loi que la faveur de Dieu est reçue.

    DEFINITION DE LA FOI

    Le verset premier est clair. La foi est une ferme assurance…une certitude des choses que l’on espère … de choses qui ne sont pas encore matérialisées et une démonstration …un vécu, une action qui découle de cette certitude.

    LA DEMONSTRATION

    ­Par la foi, certains ont vu l’impossible se réaliser

    – Abraham et Sarah vv11, 12

    – Moïse v29

    – Josué v30

    ­Par la foi, certains ont fait l’inimaginable

                        – Noé v7

                        – Abraham v17

    ­Par la foi, certains se sont identifiés avec le peuple de Dieu

                        – Joseph v22

                        – Moïse vv24, 25

    – Rahab v31

    ­Par la foi, certains ont fait face à l’opposition et à la précarité

                        – Noé v7

                        – Moise v27

    ­Par la foi, certains ont vu au-delà du présent

                        – Isaac v20

    – Jacob v21

    – Rahab v31

    ­Par la foi, tous ont reçu la faveur de Dieu.

              ABRAHAM

              Pour les Juifs, Abraham était le premier et le plus important des patriarches. Il est le père de la nation.

    L’auteur de l’épître l’utilise comme point de repère parce qu’il apparaît bien avant la loi – voir Galates 3:6-14.

    Parce qu’il avait la foi

    ­Il est parti sans savoir où il allait v8

    ­Il a accepté d’être « un réfugié » dans une terre étrangère v9

    ­Il a accepté d’habiter sous des tentes v9

    ­Il a été patient pendant de longues années v12

    ­Il a obéi sans comprendre v17

    Ce comportement était possible parce qu’il avait une vision du ciel vv14-16

    Le chrétien qui a une vision du ciel vivra sa vie par la foi comme l’a fait Abraham.

    MOISE

              Les Juifs voyaient en Moïse l’homme le plus proche de Dieu de toute l’histoire d’Israël. C’est à lui que Dieu avait remis la loi. L’épître aux Hébreux ne peut pas ignorer Moïse, mais elle le présente comme le libérateur du peuple par la foi. Aucune mention n’est faite de la loi reçue sur le Mont de Sinaï.

    Les premiers chrétiens devaient accepter d’être maltraités pour le nom de Jésus. Ils ont en Moïse l’exemple parfait, parce qu’il avait la foi.

    Il refuse son identité Egyptienne v24

    Il accepte l’opprobre et les difficultés matérielles vv25, 26

    Il quitte l’Egypte sans peur v27

    Il voit la puissance de Dieu se manifester vv28, 29

    LA MARQUE DE L’HOMME DE FOI

    Le message de ce chapitre n’est pas que les hommes et femmes de foi remportent toujours de grandes victoires.

    Il y a ceux qui sont appelés à faire des exploits avec Dieu vv32-34

    D’autres sont appelés à donner leur vie dans le combat qui mène à la victoire

    vv35-38

    Certains voient les promesses de Dieu se réaliser, d’autres voient et saluent ces mêmes promesses de loin v13

    Les deux catégories sont appelées des hommes de foi et obtiennent la faveur de Dieu.

    L’homme de foi construit sa vie sur les promesses de Dieu. Il en est convaincu et agit par conséquent acceptant de payer le prix de sa vie pour l’œuvre de Dieu et le salut de son peuple.


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 11 – DEUXIEME PARTIE

     

    Hébreux nous présente une galerie remarquable de héros de la foI dans ce chapitre. L’auteur veut convaincre ses lecteurs de l’importance de la foi en ce qui concerne les promesses de Dieu et le salut. Il s’appuie donc, sur les deux poids lourds de l’histoire d’Israël – Abraham et Moïse.

    Le verset clé du chapitre est le verset 6 qui reprend le thème de toute l’épître, ce n’est pas par la loi qu’un homme peut être agréable à Dieu, mais par la foi.

    LA FOI ET LES CHOSES INVISIBLES

    Il est particulièrement intéressant de voir la relation entre la foi et la vue dans ce chapitre. Les références à la vue sont nombreuses

    v1 – la foi est une démonstration de choses qu’on ne voit pas

    v3 – au niveau de la création, ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles – Romains 4:17

    v5 – Henoc est enlevé pour ne pas voir la mort

    v7 – Noé est divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore

    v13        – les promesses sont vues de loin

    v15        – les voyageurs ont en vue une patrie

    v20        – les choses à venir sont en vue

    v23        – les parents de Moïse virent que l’enfant était beau

    v26        – Moïse regarda l’opprobre et avait les yeux fixés sur la rémunération

    v27        – Moïse voyait celui qui est invisible

    v40        – Dieu avait en vue quelque chose de meilleur

    La foi dépend entièrement de ce que l’on voit. Avoir les yeux fixés sur le présent occultera la vue sur l’avenir. Si on regarde aux circonstances on ne verra pas les promesses. Le matériel rend aveugle par rapport au spirituel, comme le temporel rend l’éternel obscur.

    Pour cette raison, Paul nous appelle, lui aussi, à marcher selon la foi dans les choses invisibles – 2 Corinthiens 5:7.

    Parce qu’Abraham a refusé de regarder son corps usé (et celui de Sarah) Il a eu son fils promis par Dieu 25 ans auparavant – Romains 4:18-22.

    Pendant toute cette période, Dieu lui avait donné « un pense-bête » un moyen de se rappeler de la promesse… les étoiles du ciel – Genese 15: 5, 6

    LA VISION DE DIEU

    Dieu voit le passé, le présent et l’avenir en même temps.

    L’homme ne voit que le passé et le présent. Pour voir l’avenir de Dieu, il doit accueillir les promesses que Dieu lui fait et, par la foi, vivre dans cette perspective.

    Le lecteur qui commence la lecture d’un roman par le dernier chapitre, aura une toute autre façon de lire l’histoire que celui qui ne connaît pas la fin.

    Le message de Hébreux 11 est percutant pour le chrétien.

    Celui qui cherche la patrie céleste ne se contentera pas d’une patrie terrestre.

    Celui qui a les yeux fixés sur la rémunération n’aura pas les yeux fixés sur le sacrifice à faire.

    PELERINS SUR TERRE

    Ceux quI, par la foi, voient et vivent dans la perspective des choses invisibles de Dieu sont d’une race particulière – 1 Pierre 2:8-10.

    • Ils cherchent une patrie céleste v14
    • Ils ont des désirs v16
    • Ils ont des attentes v10
    • Ils parlent d’une certaine façon v14
    • Ils saluent de loin v13
    • Ils se connaissent v13
    • Ils savent d’où ils sont venus v15
    • Ils savent dire non v24
    • Ils savent assumer des choix difficiles v24
    • Ils sont riches v26
    • Ils savent bénir v20
    • Ils n’ont pas peur de la mort v35

    Le monde n’est pas digne de tels hommes et femmes de foi v38

    Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu v16

    Ils sont sur terre les citoyens du ciel – Philipiens 3:20, 21

    Jésus a prié le Père pour ces mêmes pèlerins et leur passage sur terre

    Jean 17:11-20.

    Que chaque chrétien, par la foi, dans les promesses de Dieu, s’attache aux choses d’en haut plutôt qu’aux choses de la terre – Colossiens 3:2.


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 12 – LA COURSE VERS LA GLOIRE 

     

    Ayant présenté les héros de la foi dans le chapitre précédent, l’auteur de l’épître exhorte chaque lecteur à devenir lui-même un héros pour Dieu.

    LA COURSE

    C’est une des plus belles images de la vie chrétienne utilisée également par l’apôtre Paul – 1Corinithiens 9:24-27; Philippiens 3:10-14 ; 2 Timothée 2:5; 4:6-8

    La vie chrétienne est donc, une course à pied qui a une ligne de départ et une ligne d’arrivée avec une couronne qui attend le gagnant.

    Pour aider l’athlète, il y a l’exemple de Jésus et la grande nuée de témoins dans les gradins. Il s’agit de ceux qui ont déjà remporté la course.

    Il y a plusieurs obstacles – les fardeaux et le péché qui entameraient la persévérance et produiraient lassitude et découragement v3.

    Pour remporter la course, ces deux obstacles doivent être rejetés avant que l’athlète puisse devenir un héros de la foi, comme ce fut le cas pour les personnages cités dans Hébreux 11. Cette course ne peut être remportée qu’avec les regards fixés sur Jésus « qui suscite la foi.. » v2.

    LA DISPLICINE DE DIEU

    La deuxième condition pour devenir un héros de la foi est d’accepter pleinement la discipline de Dieu. C’est la preuve de l’amour d’un père pour son fils.

    Cette discipline a comme but de nous préparer pour accéder à la sainte présence de Dieu v10.

    C’est l’autre face de la médaille – la foi en Jésus obtient le droit d’entrée dans la présence de Dieu, mais la sanctification de nos vies nous prépare pour y entrer.

    C’est l’invitation aux noces qui demande de se revêtir également de l’habit

    Matthieu 22:11-13

              Le chrétien est appelé à réagir aux difficultés qu’il rencontre avec sérénité, en évitant toute amertume et découragement.

              Dans cette marche, il faut également fortifier (vv12, 13) :

    – les mains – tendues vers l’autre – Psaume 91:11,12

    – les genoux – prière et adoration – Psaume 95:6

    – les pieds – qui nous portent vers les autres avec l’Evangile – Romains 10:15

              Esaü est le contre exemple de l’homme qui n’est pas devenu un héros de la foi.

    Malgré sa naissance de l’un des patriarches, il est profane. Il n’a rien de spirituel.

     

    LA TERREUR OU LA GLOIRE

              Tout au long de cette épître le premier souci de l’auteur est de créer le contraste entre l’ancienne alliance fondée sur la loi et la nouvelle alliance fondée sur la grâce dans la personne de Jésus.

    Avant de terminer l’épître, un contraste est fait entre la vision de Dieu liée à la loi et celle liée à la grâce et la foi .

    vv18-21 – c’est la terreur du jugement de Dieu qui a épouvanté Moïse et l’a fait trembler de peur.

    v22-24 – c’est la gloire de la présence de Dieu entourée « des esprits des justes parvenus à la perfection » – v23

    C’est la grande nuée de témoins, les fils premiers-nés inscrits dans les cieux v23 ; Romains 8:17, 29.

    Lampion de l’épître est de nouveau annoncé : Jésus.

    Son sang versé à la croix parle de pardon. Il parle mieux que le sang d’Abel qui crie à la vengeance et la condamnation – Genèse 4:10.

    La nouvelle alliance est de nouveau présentée comme étant supérieure à l’ancienne.

    L’avertissement

    Ce n’est pas la première fois dans l’épître que l’auteur met en garde les chrétiens convertis du judaïsme contre la désobéissance et la rébellion.

    Israël a rejeté dans le désert la Parole de Dieu apporté par l’oracle, Moïse.

    Mais rejeter Jésus, c’est rejeter la Parole même de Dieu. Les conséquences seraient bien pires – v25.

    L’ébranlement de toutes choses

    Le Royaume de Dieu est inébranlable, c’est celui que nous avons reçu et dont nous faisons parie.

    Il sera révélé par l’ébranlement de toutes choses pour un temps avant que la gloire du salut puisse éclater pour toute l’éternité – Daniel 2:44 ; Esaïe 51:6.

    Cette déclaration qui nous parle de la fin du monde nous rappelle également la tempête et la maison construite sur le sable – Matthieu 7:24-27.

    Nous pouvons donc, à partir de l’épître aux Hébreux, établir un calendrier de l’histoire de Dieu et la terre.

    De Adam à Moise – la chute, les patriarches, l’esclavage en Egypte,

    De Moïse à Jean-Baptise – la loi de Moise – l’ancienne alliance

    De Jésus à son retour – la grâce et le salut par la foi– la nouvelle alliance

    L’ébranlement du ciel et la terre

    Le Royaume éternel de Dieu.

    Il est bon d’en faire partie !


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 13 – VIVRE DANS LA NOUVELLE ALLIANCE

     

    L’épître aux Hébreux avait été écrite avec un seul but, faire sortir d’une mentalité de l’ancienne alliance les nouveaux chrétiens convertis du Judaïsme afin qu’ils puissent comprendre la grâce de Dieu.

    Du début à la fin, la personne de Jésus et son rôle dans le plan de Dieu sont constamment mis en avant - « Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlés par le fils » Hébreux 1:2.

    Ce dernier chapitre reste dans la même lancée avec une des déclarations les plus mémorables de toute la Bible « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement » v8.

    Pour l’auteur de Hébreux, Jésus est le nouveau Moïse qui inaugure une nouvelle alliance meilleure que l’ancienne, parce qu’elle est efficace. Le contraste de l’une avec l’autre est régulièrement fait.

    Cette épître a pour objectif l’enseignement. Elle est bien construite et destinée à des lecteurs qui connaissent bien la loi et les écritures juives.

    Avant de finir, l’auteur devient très pastorale en abordant des thèmes proches de la vie quotidienne.

    L’amour fraterneL v1

    Cette qualité était menacée dans l’église primitive par le désir d’être fidèle à la vérité. L’accueil de l’autre dans ses convictions n’a jamais cessé d’être un défi.

    Romains 14:5 ; 15:7

    L’amour fraternel est exprimé dans deux domaines particuliers – l’hospitalité et envers ceux qui souffrent pour leur foi.

    L’image du corps est évoquée (v3). Ceci nous rappelle l’enseignement de Paul –

    1 Corinthiens 12:26.

    Le mariage v4

    La foi en Jésus conduit ses disciples à vivre dans la pureté au milieu d’un monde impur. Les relations sexuelles sont réservées pour un couple marié.

    Deux pratiques immorales seront jugées par Dieu : l’adultère et la fornication (mot traduit par « débauchés », c’est à-dire toutes formes d’immoralités sexuelles.

    1 Thessaloniciens 4:3-5.

     

    L’ARGENT vv5, 6

    Le problème n’est pas l’argent, mais l’amour de l’argent. La qualité de quelqu’un affranchi de l’amour est le contentement

    Philippiens 4:11-13, 19 ; 1 Timothée 6:6, 10

    Ce magnifique verset, si souvent cité pour parler de la présence de Dieu qui nous accompagne en toutes circonstances, a une application particulière en ce qui concerne nos besoins financiers. Deux passages de l’Ancien Testament sont cités

    Josué 1:5 ; Psaumes 118:6.

    NOS CONDUCTEURS SPIRITUELS vv7, 13

    Les verbes qui expliquent la responsabilité du chrétien vis à vis de ses conducteurs d’église : se souvenir, considérer, imiter, obéir, avoir de la déférence pour.

    La responsabilité des conducteurs d’église : annoncer la Parole de Dieu, avoir une vie exemplaire, avoir une foi digne d’être imitée, veiller sur les âmes des chrétiens.

    Comme, selon Paul, dans les derniers temps les hommes seront rebelles, il serait bien que l’exhortation d Hébreux concernant les conducteurs spirituels soit prise à cœur par tout chrétien. 2 Timothée 3:7

    SORTIR HORS DU CAMP v13

    Retour sur des considérations de l’ancienne alliance. Obéir à la loi, c‘est plaire aux Pharisiens, les autorités religieuses. Jésus, l’expression même de la grâce de Dieu, n’a pas cherché la popularité. Il a accepté d’être rejeté par le pouvoir religieux. Il a souffert et il est mort portant cet opprobre, « hors du camp ».

    Le chrétien est également appelé à plaire à Dieu et non aux hommes. Cela peut entraîner une certaine souffrance et rejet pour sa foi.

    LES SACRIFICES DES CHRETIENS

    Il y en a trois que le chrétien peut et doit offrir à Dieu

    1. La louange v15
    2. La bienfaisance envers les autres v16
    3. La libéralité avec ses dons v16

    Ces « offrandes » de reconnaissance remplacent les nombreuses offrandes de l’Ancien Testament pour le péché.

    ET POUR TERMINER … JESUS !  vv20, 21

    Il est le grand berger des brebis

    Son sang a établi une nouvelle alliance

    Il est mort et ressuscité

    Il est « Notre Seigneur Jésus »

    Par Lui, nous pouvons accomplir la volonté de Dieu.

    A Lui, soit la gloire, aux siècles des siècles, Amen !

    Que la grâce (et non le jugement de la loi) soit avec vous tous ! Amen ! v25

    Ainsi, ce chef-d’œuvre conçu dans le ciel et écrit par un instrument humain inconnu, s’achève.