• Hébreux chaptireS 1-5

    EXPITRE AUX HEBREUX

    Les enseignements de Vincent Esterman 

    Hébreux chaptireS 1-5INTRODUCTION  

              Cette épître est une des pièces maîtresses de l’ensemble de l’enseignement du Nouveau Testament pour sa remarquable présentation des vérités fondamentales de l’Evangile.

              Pourtant l’auteur de cette oeuvre reste un mystère. Il est peu probable que ce soit l’apôtre Paul. Certains l’ont attribué à Barnabas. Martin Luther et bien d’autres pensent que l’épître vient de la plume d’Apollos.

             

     

    Objectif : la lettre est adressée aux Juifs chrétiens et cherche à expliquer qui est Jésus par rapport à Dieu et son rôle dans le dessein de Dieu pour l’homme. Jésus est tout simplement le thème central du livre.

              Compte-tenu du public visé il n’est pas étonnant de trouver de nombreuses citations de l’Ancien Testament et notamment des Psaumes pour appuyer l’enseignement.

              Il est également intéressant de voir comment les auteurs du Nouveau Testament interprètent l’Ancien Testament à la lumière de la venue de Jésus.

     

    CHAPITRE PREMIER : CONNAITRE JÉSUS-CHRIST

    CONTRASTE ENTRE ANCIEN ET NOUVEAU

    ­Deux époques sont mises en contraste : « autrefois » (v1) et « ces derniers temps » (v2)

    Les Juifs convertis à Christ doivent bien faire la différence.

    AUTREFOIS

              Dieu parlait par la bouche des prophètes qui étaient ses oracles – 1Pierre 1:10,11

              La révélation de Dieu venait comme les pièces d’un puzzle « à plusieurs reprises et de plusieurs façons » – v1

              Elle venait également par le moyen des anges qui sont appelés des serviteurs, ministres ou des messagers. Ils peuvent prendre différentes formes – vents (esprits), flamme – v7,14.

    Exemple : l’ange Gabriel à Daniel – Daniel 9:21 et, 550 ans plus tard, à Marie –

    Luc 1:26

    CES DERNIERS TEMPS

              Dieu parle uniquement par le Fils Jésus – v2

              Jésus n’est pas un canal (prophète), ni un instrument (ange).

              Il est la Parole même de Dieu, Il est lui-même Dieu – Jean 1:1,14.

              Dieu, dans sa pensée, ses réactions, sa volonté et ses actes se révèle entièrement à l’homme dans la personne de Jésus.

    QUI EST JÉSUS SELON HEBREUX ?

    1 - JESUS EST L’HÉRITIER DE DIEU DE TOUTES CHOSES – v2

              Toute la richesse de Dieu lui appartient. Tout ce que nous recevons de cette richesse doit passer par lui – Romains 8:17,29.

    2 - PAR JÉSUS DIEU A CRÉE L’UNIVERS – v2

              Dieu n’a pas créé le monde par une pensée ou par un acte, mais par une parole « Que la lumière soit et la lumière fut » – Genèse 1:3.

              Cette Parole créatrice s’est faite chair dans la personne de Jésus. Pour cette raison sa Parole guérit et libère – Matthieu 8:16.

    3 - JÉSUS EST LE REFLET DE LA GLOIRE DE DIEU – v3

              Le reflet est dans le sens d’un rayonnement, comme les rayons du soleil. Il est la lumière de Dieu qui éclaire le monde et qui éclaire le ciel – Jean 1:4,5,9 ; Apocalypse 21:23.

    4 - JÉSUS EST L’EMPREINTE EXACTE DE LA PERSONNE DE DIEU – v3

              Il ne ressemble pas au Père, mais LE représente parfaitement –

    Jean 14:8, 9.

              L’image évoquée par le texte est d’un sceau qui laisse une empreinte exacte dans de la cire chaude.

    5 - JÉSUS SOUTIENT TOUTES CHOSES – v3

              Il le fait par sa Parole puissante. Il est le garant de la création et du salut de Dieu. Il porte le plan de Dieu et assure son accomplissement – Philippiens 1:6 ; Colossiens 1 :17

     

    6 - JÉSUS A PURIFIÉ LES PÉCHÉS – v3

    Il a gagné le pardon des péchés de l’homme qui se repent. Il a ouvert le chemin de la réconciliation avec Dieu – Esaie 53:5 ; 1Jean 1:9.

     

    7 - JÉSUS SIÈGE A LA DROITE DE DIEU – v3

    La droite de Dieu est un lieu d’exaltation, d’autorité et d’intercession. Dans l’Ancien Testament, l’histoire de qui préfigure l’exaltation de Jésus est celle de Joseph élevé à la droite de Pharaon en Egypte –Genèse 41:40-44.

    8 - JÉSUS A RECU UN NOM PLUS EXCELLENT – v4

    • Depuis l’éternité, le Fils portait le nom : Parole de Dieu
    • Depuis le jardin d’Eden, Il portait le nom : Messie
    • Depuis Bethléhem, Il portait le nom : Jésus
    • Depuis sont exaltation à la droite de Dieu, Il porte le nom : Seigneur

                           Ce nom est au-dessus de tout autre nom – Philippiens 2:9-11.

    Maintenant que l’épître a établi qui, en fait, est Jésus, elle se consacrera à ce

    qu’il a accompli.

     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 2 – L’HOMME RETROUVE LA GLOIRE

     

    Ayant présenté Jésus dans toute sa gloire dans le premier chapitre, l’auteur de l’épître aborde la question de l’homme fait pour partager cette gloire. Plusieurs des thèmes centraux de la lettre sont introduits dans ce chapitre.

    L’AVERTISSEMENT

              Le chapitre s’ouvre avec une mise en garde aux chrétiens de ne pas prendre le salut à la légère. Hébreux, à plusieurs reprises, parle de la possibilité de perdre son salut.

    Sans s’attacher à l’Evangile nous pouvons être «emportés loin » – v1

    – voir également Hébreux 6:4-8 ; 10:26-31.

    Ce salut, annoncé par Jésus et les apôtres, et appuyé par la puissance de Dieu ne doit pas être négligé – Philippiens 2:12 ; 2 Pierre 1:10,11.

    LA HIERARCHIE DE LA CRÉATION

    En citant plusieurs versets du Psaume 8 qui honore l’homme dans la création de Dieu, l’épître veut présenter un organigramme du monde spirituel et naturel

     

    DIEU – JESUS

    LES ANGES

    L’HOMME

    LA NATURE

     

    L’homme a été crée en vue de la gloire – v7, 1 Pierre 5:10

    Il a été crée et placé dans la création pour régner sur toutes choses – v8

     

    La réalité manifeste c’est que l’homme ne règne pas sur toutes choses actuellement. Il semble très loin de cette gloire – Romains 9:22, 23 

    Le péché, le mal, la maladie, refusent de se soumettre et le dernier ennemi à être dominé c’est la mort – 1Corinthiens15:26.

     

    LA STRATÉGIE DE DIEU – vv8-10

              Le plan de Dieu est simple.

    Jésus doit quitter la gloire, s’identifier à l’homme afin que par sa mort il conduise l’homme à la gloire à laquelle il est destiné – v10

              Devant son manque de gloire actuelle, l’homme doit-il déprimer ? Comment peut-il relever la tête quand manifestement les ennemis qu’il devrait dominer ne lui sont pas soumis ?

              La réponse, c’est avoir la foi face aux situations imparfaites de la vie. L’homme doit porter son regard sur Jésus qui, lui, est aujourd’hui couronné de gloire – v9.

    Par la foi, sa gloire devient la nôtre.

    C’est un thème qui reviendra dans l’épître – Hébreux 12:1, 2.

     

    Jésus est, donc, celui qui a ouvert la voie de la gloire pour l’homme, il est le prince de leur salut – v10

    L’image dans le texte est celle d’un pionnier du salut. Comme les explorateurs ont ouvert la route au nouveau monde, Jésus a ouvert le chemin pour l’homme afin qu’il puisse atteindre le salut et la gloire.

    Ceci est un autre des thèmes principaux de l’épître – Hébreux 10:19-22.

     

    LA DÉFAITE DU DIABLE – vv14-16

              Dans ce passage nous avons un des aperçus les plus explicites de la victoire de Jésus sur le diable de tout le Nouveau Testament.

              L’homme, appelé à la gloire, se retrouve esclave. Lui qui devait régner est dominé par la mort et la crainte de la mort. Le diable tient l’homme dans l’impuissance et la crainte par la mort.

              Jésus anéantit cette puissance et détruit cette domination par sa propre mort et résurrection. Il est maintenant vivant au siècle des siècles et il donne la vie éternelle à l’homme.

    Le diable est réduit à l’impuissance – 1 Jean3:8 ; Apocalypse 1:17,18 ;

    1 Corinthiens 15:54-57

     

    CE QUE JÉSUS FAIT POUR L’HOMME – vv16-18

              Il est devenu semblable à l’homme et devient son frère

              Il est devenu un souverain sacrificateur miséricordieux

    Il peut maintenant lui venir en aide

    L’homme a maintenant un parfait interlocuteur dans sa relation avec Dieu

    Hébreux 4:14-16.

    L’introduction faite, ces thèmes seront développés tout au long de l’épître.

     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 3 – SA MAISON, C’EST NOUS

     

    Le chapitre commence comme l’épître elle-même a commencé, en invitant le lecteur à considérer Jésus.

    L’auteur veut aider les Juifs qui se sont convertis à Christ à faire de Jésus leur seule référence. Il est apôtre, l’envoyé de Dieu, comme Moïse l’avait été et il est souverain sacrificateur, comme Aaron l’avait été.

    JESUS ET MOISE

    Dans les deux premiers chapitres, Jésus est présenté comme étant supérieur aux prophètes et aux anges. Maintenant, il est présenté comme étant supérieur à Moïse.

    Pour le Juif ceci pouvait être un obstacle majeur. En effet, Moïse était perçu comme le plus grand de tous les hommes. N’était-ce pas celui qui avait parlé avec Dieu – Jean 9:28, 29 ; Matthieu 23:2.

    Moïse représente la loi, mais Jésus représente la grâce. L’auteur veut aider le Juif à passer de la loi à la grâce, de Moïse à Jésus – Jean 1:17.

     

    LES DEUX MAISONS

    Moïse et Jésus ont tous les deux construit une maison. Le mot traduit « maison » dans le Nouveau Testament peut évoquer l’idée d’un édifice, mais surtout celle d’une famille.

    MoÏse a construit le peuple d’Israël autour du tabernacle dans lequel résidait la présence de Dieu – Exode 40.

    Jésus construit l’église. Mais lui-même est la présence Dieu au milieu des chrétiens – Matthieu 18:20.

    MoÏse a été serviteur la maison de Dieu et en faisait partie.

    Jésus est Fils et, donc, propriétaire de la maison. Sa gloire est supérieure à celle de MoÏse.

    Il était indispensable pour les enseignants dans l’église primitive d’aider les Juifs à se libérer du poids de MoÏse afin que Jésus puisse renouveler leur intelligence.

    Matthieu 19:7-9 ; Matthieu 22:23, 24 ; Jean 3:14 ; Actes 13:38, 39.

    La plus grande menace pour l’église primitive était les pharisiens, lesquels se disant chrétiens essayaient de nouveau d’imposer la loi de Moïse – Actes 15:1, 2, 5.

     

    LA MAISON QUE JESUS CONSTRUIT

    Jésus assume pleinement la responsabilité de construire sa propre maison, sa famille – Matthieu 16:18.

    Elle serait une maison spirituelle, une habitation de Dieu faite non de pierres mortes, mais de pierres vivantes – Ephésiens 2:22 ; 1 Pierre 2:4-7.

    Cette maison serait bâtie par Jésus, mais avec des ministères dont il aurait confié la responsabilité – 1 Corinthiens 3:10, 11.

    Les éléments essentiels de cette construction

    • La pierre angulaire – Jésus lui-même – Ephésiens 2:20
    • Les fondements – apôtres et prophètes – Ephésiens 2:20
    • Les piliers – les responsables : ministères et anciens – Galates 2:9
    • Les pierres vivantes – les chrétiens engagés – 1 Pierre 2:5

     

    FAIRE PARTIE DE LA MAISON EST CONDITIONNEL

    Hébreux 3:6 est un verset pivotant

    La maison, c’est nous. Mais faire partie de « nous » dépend de certains critères.

    Pour faire partie de la maison que Jésus construit la barre est haute

    • Il faut retenir fermement sa confiance
    • Il faut retenir fermement son espérance
    • Il faut les retenir « jusqu’à la fin » – v14, et Matthieu 24:13

     

    MOISE EXCLU DE LA TERRE PROMISE

    Jésus est supérieur à Moïse également parce que si Jésus est entré dans la gloire, Moïse n’a pas été admis à la terre promise.

    La deuxième partie du chapitre se base sur le Psaume 95:7-11 et aborde les raisons pour lesquelles une personne serait empêchée d’entrer dans la terre promise, ou de faire partie de la maison de Dieu.

     

    Pour comprendre le contexte de la rébellion dont ce psaume fait allusion, voir Exode 17:1-7 ; Nombres 20:1-13

     

    Résumons les raisons d’une disqualification

    1. L’endurcissement du cœur – v8 – le refrain v15 et Hébreux 4 :7
    2. Un cœur mauvais – v12
    3. La séduction du péché – v13
    4. La désobéissance – v18
    5. L’incrédulité – v19

     

    Pour faire partie de l’habitation de Dieu, il faut bien commencer, mais il faut également aller jusqu’au bout.

     

    Un cœur tendre, une foi réelle et une vie droite sont indispensables pour intégrer cette maison que Jésus construit.


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 4 – VIVRE DANS LA PAIX DE DIEU

     

    Le chapitre trois se termine en abordant le thème d’entrer dans le repos de Dieu. Rappelons-nous que l’objectif de l'auteur de cette épître aux Hébreux est d’enseigner ceux qui avaient grandi dans le judaïsme, les principes de la foi dans la personne de Jésus. Pour appuyer son enseignement, il a déjà cité de nombreux passages de l’Ancien Testament et notamment des Psaumes. Maintenant, il développe sa pensée de trouver la paix avec Dieu en faisant allusion à des événements bibliques bien connus des juifs.

     

    LE 7ème JOUR DE LA CRÉATION

    ¬Après 6 jours de travail de création, Dieu s’est reposé – voir Genèse 2:1-3

    Les rabbins enseignaient que Dieu, depuis ce jour, était toujours dans le repos compte-tenu du fait que, pour les 6 premiers jours, il y avait matin et soir, mais pour le 7ème jour, il n’y avait que matin.

    Ce repos est à la suite d’un travail complètement achevé. C’est un jour de bénédiction et de satisfaction.

     

    ¬Nous voyons un parallèle avec le salut de Jésus

    Il a crié de la croix « tout est accompli » – Jean 19:30

    Maintenant, par la foi nous avons la paix avec Dieu – Romain 5:1

    En Christ, nous avons toutes les bénédictions dans les lieux célestes

    Ephésiens 1:3

     

    LE REPOS DE LA TERRE PROMISE

    Le repos est une promesse dans laquelle il faut entrer. Après 40 ans de marche dans le désert, une génération d’Israélites n’est pas entrée dans la terre que Dieu leur avait promise. L’accès leur a été refusé pour deux raisons :

    – désobéissance et incrédulité – Hébreux 3:18,19.

     

    L’entrée dans le pays de Canaan n’était pas le repos final que Dieu avait réservé pour son peuple.

    C’est ici que l’enseignement du salut par la grâce et non par les œuvres de la loi est puissamment présenté.

    Le repos de Dieu, être en paix avec Dieu, est accessible à celui qui « se repose de ses œuvres » v10.

    Il met toute sa confiance, sa foi, dans l’œuvre que Jésus a accomplie

    La foi et non les bonnes œuvres permet d’entrer dans ce repos – Ephésiens 2:8:9 ; Romains 4:2-5.

     

    CE QUE NOUS APPRENONS DE LA FOI

    ¬Elle doit s’attacher à une promesse de la Parole de Dieu pour que la promesse puisse se réaliser – v2

    ¬Elle est incompatible avec un cœur dur – v7

    ¬Elle conduit à l’obéissance – v6

    ¬La foi ne reconnaît qu’un seul jour – « aujourd’hui » – v7 ; 2 Corinthiens 6:2 ; Hébreux 11:1

    « Demain » appartient à l’espérance

     

    ¬La foi demande un effort « Efforçons-nous » – v11

           – C’est l’effort d’écarter son orgueil, ses doutes, ses craintes et son impatience qui pousse l’homme à ne pas faire confiance à la Parole de Dieu.

     

    QUAND LA PAROLE DE DIEU TROUVE LA FOI vv12,13

    • La Parole est vivante – Jean 6:63
    • Elle est efficace – Esaïe 55:10, 11
    • Elle est plus tranchante que l’épée
    • Elle pénètre en profondeur
    • Elle juge les sentiments et les intentions
    • Elle met à nu

     

    Jésus venait comme Parole de Dieu faite chair et « pleine de grâce et vérité »

    Jean 1:14

    Il donnait la vie au peuple qui croyait en lui et dévoilait les cœurs des Pharisiens qui venaient se justifier par la loi – Matthieu 7:28,29 ; Marc 2:6-8.

     

    JESUS, INTERMEDIAIRE PARFAIT vv14-16

    Nous pouvons rester ferme dans notre foi en Jésus parce qu’il nous représente parfaitement devant Dieu et il nous représente Dieu parfaitement.

    Parce que Jésus est ce qu’il est et parce qu’il a fait ce qu’il a fait, le verset 16 est devenu une réalité.

    Les mots clés du Nouveau Testament sont regroupés dans ce verset merveilleux :

    « proche, assurance, trône, grâce, obtenir, miséricorde, secours, nos besoins ».

     

    C’est une révolution par rapport au judaïsme des Hébreux marqués plutôt par d’autres mots tels que « loin, crainte, loi, jugement ».

     

    L’assurance que donne la foi dans l’œuvre que Jésus a accomplie est celle que Dieu a toujours voulu pour son peuple. C’est l’assurance d’un enfant dans les bras de sa mère Psaume 131 ; Esaïe 30:15.


     

    EPITRE AUX HEBREUX

    CHAPITRE 5 – REALISER L’APPEL DE DIEU

     

    Vers la fin du chapitre précédent et pour une bonne partie du chapitre cinq, le thème central de l’épître est abordé – Jésus, le souverain sacrificateur.

              Ce thème qui a été introduit au chapitre 2 (v17) sera plus longuement développé dans les chapitres 7 à 10.

     

    LE SOUVERAIN SACRIFICATEUR

              Aaron, le frère de Moïse, était le premier souverain sacrificateur du peuple d’Israël – Exode 29:1-9.

              Il était le chef spirituel du people et son représentant devant Dieu. S’il exerçait une surveillance générale sur le sanctuaire, sa fonction essentielle consistait à faire une fois par an l’expiation des péchés d’Israël – Lévitique 16:15-19, 34.

              Pour l’enseignement du salut par la grâce, l’auteur de l’épître aux Hébreux se base sur le fait que Dieu a remplacé tous les souverains sacrificateurs par Jésus, le souverain sacrificateur éternel parfait.

              Jésus est le Fils de Dieu et Fils de l’homme. Il représente parfaitement l’un vis-à-vis de l’autre.

              Il n’y a donc, plus d’autres intermédiaires entre Dieu et les hommes –

    1 Timothée 2:3-5.

     

    COMMENT JESUS EST DEVENU NOTRE SOUVERAIN SACRIFICATEUR V4-10

    Il y a eu 7 étapes, chacune présentée dans ce chapitre. Ces mêmes étapes sont valables pour toute personne qui accomplira la volonté de Dieu pour sa vie.

     

    1. L’appel de Dieu – v4-6

    Jésus n’a pas cherché une gloire pour lui-même. Il a été appelé par Dieu à cette fonction pour le salut des hommes.

    L’appel de Dieu sur Jésus est résumé dans Psaume 2:6-12. Hébreux fait une allusion directe à cet appel – 5:5.

    L’appel de Dieu sur une vie est solennel et sera communiqué à un moment précis. Pour Jésus, c’était lors de son baptême – Luc 3:22 – « ..Tu es mon fils.. ».

    Quand Dieu appelle publiquement Jésus son Fils, le Psaume 2 est évoqué. Pour l’apôtre Paul, son appel a été communiqué au moment de sa conversion –

    Actes 26:14-18.

    1. L’appel germera dans une vie de prière

    Jésus s’est souvent mis à l’écart pour prier – Matthieu 14:23.

    Dans l’appel du Fils dans Psaume 2, il doit demander afin d’obtenir les nations         – Psaume 2:8.

    Dieu a agi et a exaucé la prière de Jésus. L’exaucement était possible pour la raison de la piété de Jésus – son respect profond et sa relation avec le Père.

    ­ Sa vie de prière était intense, ponctuée de larmes et de cris – v7.

     

    1. L’appel devra supporter la souffrance – v8

    Tout au long de son ministère, Jésus a connu la souffrance qui est arrivée à

    son comble à la Passion.

              Il n’y a qu’une souffrance qui est selon la volonté de Dieu. C’est celle qui vient en forme d’opposition et de persécution pour sa foi en Christ – 1 Pierre 4:16, 19.

     

    1. Avec l’appel, il y a des choses à apprendre – v8

    Une humilité et un cœur enseignable sont indispensables pour que l’appel puisse venir à maturité.

    Paul a appris le contentement par les nombreuses épreuves qu’il a subies – Philippiens 4:11-13.

     

    1. L’appel exige l’obéissance – v8

    Remarquable mais vrai, Jésus a du apprendre à obéir. Il n’est pas venu faire sa propre volonté – Jean 6:38.

    Il a du apprendre à faire la volonté du Père – Luc 22:41, 42.

     

    1. L’appel nous conduit à tendre vers la perfection – v9

    Jésus a été élevé et glorifié dans le ciel – Philippiens 2:9-11.

    Tout chrétien est appelé à progresser vers la perfection – Matthieu 5:48.

    Cette route vers la perfection est, en fait, le progrès vers l’excellence et la maturité.

    Sur ce chemin les imperfections sont progressivement identifiées et supprimées – Philippiens 3:12-15.

     

    1. L’appel, c’est afin de fonctionner efficacement – vv9-10

    Jésus sera éternellement notre souverain sacrificateur.

    L’appel de Dieu sur une vie, c’est toujours en vue de l’accomplissement d’une œuvre précise confiée à la personne.

    LE PROBLEME CHEZ DE NOMBREUX CHRETIENS – vv11-14

              L’auteur de Hébreux fait une nouvelle pause dans son enseignement et ceci pour deux raisons :

    1. afin que le lecteur puisse intégrer les vérités qui viennent d’être développées
    2. pour recevoir l’enseignement, le chrétien doit se remettre en question

    « Lent à comprendre » par le manque de réactivité évoque l’image d’un animal malade qui n’arrive pas à courir. Cette expression signifie littéralement – « manque d’élan ».

    C’est avant tout un manque de motivation par rapport à la Parole de Dieu. L’enfant spirituel n’a pas d’expérience de la Parole. Il a toujours besoin du petit lait – 1 Corinthiens 3:1, 2 ; 13:11.

    L’homme fait veut de la nourriture consistante. Avec la Parole de Dieu, il discerne entre le bien et le mal. Il a mis la Parole de Dieu en pratique. C’est à l’usage de la Parole qu’il devient mature – 1 Corinthiens 14:20.

    Jésus reste toujours le modèle de tout chrétien. Aujourd’hui, à la droite de Dieu, il assume la fonction d’intercesseur auprès du Père parce qu’il a répondu sérieusement à l’appel de Dieu.

    Répondre à l’appel de Dieu, comme Jésus l’a fait, c’est le défi devant lequel tout chrétien se trouve.