• Ivraie et bon grain

    Les paraboles de Jésus

    L’IVRAIE ET LE BON GRAIN

     


    (LES MESSAGES DE VINCENT ESTERMAN) Texte : Matthieu 13:24-30, 37-39


    Le chapitre le plus connu des Evangiles en ce qui concerne les paraboles c’est Matthieu 13.
    Les deux premières paraboles (le semeur et les terrains, l’ivraie et le bon grain) sont semblables dans la mesure où l’histoire dans les deux cas se situe dans le cadre de l’agriculture. Dans les deux paraboles, l’histoire est relatée à la foule, mais l’explication est donnée par Jésus à ses disciples.
    La différence entre les deux passages se trouve au niveau de la terre. Dans l’un il y a plusieurs terrains, dans l’autre c’est le même champ qui reçoit deux semences différentes.

    LE LEXIQUE DE JÉSUS
    Dans aucune autres paraboles nous n’avons des explications aussi précises des symboles utilisés par Jésus
     Celui qui sème la bonne semence – c’est Jésus lui-même v 37
     Le champ – c’est le monde v 38
     La bonne semence – ce sont les chrétiens nés de nouveau v 38
     L’ennemi – c’est le diable v 39
     L’ivraie – ce sont les personnes utilisées par le diable v 38
     La moisson – c’est la fin du monde v 39
     Les moissonneurs – ce sont les anges v 39

    LE PLAN DE DIEU RÉVÈLÉ
    Cette parabole nous révèle le plan de Dieu pour le monde.
    Dieu envoie Jésus dans le monde. Jésus sème la Parole de Dieu. Cette semence produit une moisson abondante d’hommes et de femmes qui sont entrés dans le Royaume de Dieu. 1Pierre 1:22,23, 1Jean 3:9.

    A la fin des temps, les anges les rassembleront afin qu’ils resplendissent « comme le soleil, dans le Royaume de leur Père » v 43. Ceci est le but final de Dieu.

    LE PLAN DE L’ENNEMI DE DIEU EXPOSÉ
    Non seulement Jésus parle du diable comme ayant une personnalité réelle, mais il enseigne que ce diable, ennemi juré de Dieu, a une stratégie pour empêcher que le ciel soit rempli de « justes » qui resplendissent comme le soleil.
    Cette stratégie est extrêmement vicieuse et nous pouvons constater ses effets aujourd’hui.
    Le but est très simple – passer derrière les semeurs de blé en semant de l’ivraie dans le même champ. L’ivraie étant une mauvaise herbe non comestible qui ressemblait beaucoup au blé dans les premières étapes de la moisson. C’est uniquement lorsque le fruit de l’épi apparaît que l’on peut reconnaître l’ivraie.
    Le diable comptait sur une réaction immédiate des ouvriers qui en arrachant l’ivraie arracheraient en même temps le bon blé et détruiraient la récolte.

    LES CONTRES FACONS DU ROYAUME DE DIEU
    L’ennemi a systématiquement semé de l’ivraie dans le monde. Toutes sortes de religions, spiritualités, idéologies, philosophies produisent non seulement une confusion, mais a détruit la notion de vérité pour beaucoup.
    Finalement au milieu de ce marché de théories et d’opinions, chacun se fait « sa vérité ».
    D’autres, dépassés par ce brouillon, rejettent tout et tombent dans l’indifférence.
    Dans l’image de l’ivraie, nous pouvons parler de l’occultisme (Deutéronome 18:9-14), les sectes (Galates 5:19-21), l’athéisme/Humanisme (Psaume 53:1-3),
    l’idolâtrie (Psaume 115:2-8), les traditions religieuses (Matthieu 22:29, Marc 7:5-9),
    les fausses religions (Jérémie 14:14,15), les vaines philosophies (2Timothée 4:3,4)
    Nombreux sont ceux convaincus d’être dans la vérité mais qui ne prennent pas le seul chemin qui mène au Père – Jean 14:6.

    QUELS SONT LES FRUITS DE LA BONNE SEMENCE ?
    1. L’amour d’un cœur entier pour Dieu et son voisin – Matthieu 22:36-39
    2. La Seigneurie de Jésus-Christ – 1Corinthiens 12:3
    3. L’obéissance à la Parole de Dieu, la Bible – 1Jean 2:3-5

    DEUX LECONS IMPORTANTES A TIRER
    1 – LE RÔLE DU CHRÉTIEN EST DE FAIRE POUSSER LE BON BLÉ
    Dans la parabole de l’ivraie et le bon grain les ouvriers pensaient régler le problème en arrachant l’ivraie. Le Maître leur a dit « surtout pas » v 29 – de peur de perdre le blé.
    Il y a des chrétiens qui ne voient que le mal dans le champ et se donnent le rôle de l’arracher. Ils pensent bien faire mais ils ne sont pas appelés à arracher le « mal » mais à cultiver ce qui est bon.

    2 - LE BIEN DOIT COHABITER AVEC LE MAL DANS LE MONDE
    La réaction de Dieu nous oblige à accepter que le bien cohabitera avec le mal dans le monde jusqu’au jour du jugement de Dieu.

    Le chrétien vaincra le mal non en cherchant à l’arracher mais en le noyant dans le bien – Romains 12:21

    Ainsi, pour l’éternité « les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père – Matthieu 13:43

    Les messages de vincent esterman
    http://www.espace-foi-sans-frontières.re/