• L'ami récalcitrant

    L’AMI RECALCITRANT


     

                       

    Texte : Luc 11:5-13

    Cette parabole suit la célèbre prière du « Notre Père » et vient en réponse à la demande des apôtres d’apprendre à prier.

    Elle nous apprend 3 choses. Si nous voulons que Dieu réponde à nos besoins il faut apprendre à

    1. Demander 2. Chercher 3. Frapper v9,10

    DIEU EST IL RETICENT ?

              Non. Ceci est clair dans les versets 11-13

    Dieu, comme nous, est un père qui sait donner à ses enfants.

              Cependant, comme dans la parabole de la veuve et le juge – Luc 18:1-8, la prière pour réussir; doit surmonter des obstacles – Luc 18:1-8

    Il ne s’agit pas simplement de prier, mais de la façon dont nous prions.

              Ceci fut le cas pour le prophète Eli qui a prié avec insistance pour être exaucé Jacques 5:16-18.

              Cependant, Dieu ne répond pas obligatoirement à toutes les prières qui lui sont adressées – Matthieu 6:5,7.

    LE BLOCAGE

              Le besoin – l’ami voyageur arrive en pleine nuit à l’improviste. Son ami veut l’accueillir, mais il lui manque du pain pour un souper correct.

    Le conflit – un troisième ami a du pain, mais il n’est pas bien disposé. Il n’aime pas les choses imprévisibles. Il est bien organisé et veut tout contrôler. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il manque de souplesse, il manque de compassion et n’est pas digne d’être appelé ami.

    Nous ne pouvons pas reconnaître Dieu dans toute sa bonté dans ce personnage. Ceci a été également le cas dans le personnage du juge inique.

    Manifestement, pour que Dieu puisse répondre à une prière, un intermédiaire mal disposé doit être vaincu.

    Paul a du faire face à un adversaire démoniaque qui lui résistait dans son ministère 2 Corinthiens 12:7-10

              Nous pouvons également comprendre ce conflit inné à la prière comme la foi qui se heurte au doute. Si le doute l’emporte, nous ne recevrons rien de la part de Dieu

    Jacques 1:5-8.

    L’APPROCHE GAGNANTE

    1. La compassion – l’ami récalcitrant n’est pas touché par les problèmes d’un autre. Il est indifférent au besoin. Faire appel à la compassion n’est pas une arme suffisamment forte.
    2. L’amitié – l’ami récalcitrant ne connaît pas la loyauté dans l’amitié. Ami ou pas ami, la porte reste fermée. Jésus nous dit que la vraie preuve d’amitié est de se donner pour ses amis – Jean 15:13.
    3. L’importunité – c’est l’arme que redoute notre ennemi. La foi qui s’exprime dans la détermination et la persévérance fait plier le diable – 1Jean 5:4

    Cette foi dans la prière s’exprime par la louange et la déclaration d’autorité

    Psaume 149

    C’est la différence entre la prière « Seigneur au secours » et « Seigneur, en toi je suis fort » – Philippiens 4:13

    L’AUTORITE SPIRITUELLE

    Elle vient de ce que nous comprenons

    1. Jésus est Seigneur – Philippiens 2:11
    2. Tout genou doit fléchir à son nom – Philippiens 2:9,10
    3. Sauvé par sa grâce, je suis en Christ – Ephésiens 2:6,7
    4. Christ est en moi – Colossiens 1:27
    5. Celui qui est en moi est plus fort que celui qui est dans le monde –1Jean 4:4

    Cette autorité n’est pas déclarée à Dieu, mais au diable qui nous résiste.

    Elle se traduit par la louange devant Dieu.

    La combativité dans la prière et la foi est expliquée par Jésus d’une façon étonnante « tout ce que vous demanderez en priant croyez que vous l’avez reçu et vous le verrez s’accomplir » – Marc 11:22-24.

    Il faut prier et croire l’avoir reçu avant l’accomplissement.

    L A PORTE S’OUVRE

         Une foi déterminée devant les obstacles force les serrures. Ce que l’ami récalcitrant ne voulait pas faire et disait ne pas pouvoir faire finalement ce dernier le fait devant un homme qui ne lâche pas dans la demande.

    Le résultat de ce bras de fer …la porte s’ouvrer et le voyageur est nourri.