• Le travail en éuipe

     

    • Série le travail en équipe

      Vincent Esterman

       

      La puissance du partenariat

      LA PUISSANCE DU PARTENARIAT

      Texte : Ecclésiaste 4 :9-12

       v9  «Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail. »

      v10 « Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! »

      v11 « De même, si deux couchent ensemble, ils auront chaud ; mais celui qui est seul, comment aura-t-il chaud ? » (en hiver)

      v12 « Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister ; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. »

      Ce passage, tiré de ce livre de la Sagesse de Salomon, nous parle de la puissance de deux plutôt qu’un seul.

      C’est la puissance du partenariat.

      LES BENEFICES D’ETRE EN PARTENARIAT

      Salomon souligne plusieurs bénéfices d’être en partenariat.

      1. Au verset 9, c’est la productivité.

      Dieu ne calcul pas comme nous. Notre logique : si 1 personne peut produire dix bananes, deux personnes qui travaillent ensemble peuvent produire 20 bananes.

      Mais Dieu calcule différemment. Si une personne peut produire 10 bananes, 2 personnes, en partenariat, peuvent produire 100 bananes.

      Deutéronome 32 :30

      « Comment un seul en poursuivrait-il mille et deux en mettraient 10 000 en fuite…si l’Eternel ne les avait livrés. »

      Dieu est beaucoup plus avec deux qu’avec un seul.

      Pour cette raison, Jésus a envoyé 70 disciples en mission dans des équipes de deux  Luc 10

      2. Au verset 10, c’est le soutient

      Illus. Un cher ami pasteur en Australie, quelques semaines avant notre arrivée a fait un malaise. Il est tombé chez lui et s’est retrouvé paralysé au sol. Sa femme mal entendante, était dans une autre pièce et n’avait pas mis son appareil. Elle n’entendait rien. Il est resté là pendant 2 heures conscient mais impuissant. C’est seulement quand elle est allée au salon qu’elle l’a trouvé par terre et elle a pu appeler les pompiers et le samu. Il aurait pu mourir sans l’intervention de sa femme.

      On n’est pas des sûr être. On a besoin des autres pour nous soutenir dans la vie.

      3. Au verset 11, c’est la compagnie

      On parle de la chaleur humaine. Il y a des gens qui sont chaleureux et il y en a qui sont froids. L’être humaine a besoin de cette chaleur humaine.

      On ne peut pas parler de l’amour sans parler de communiquer de la chaleur à l’autre.

      Dieu agit à travers le contact humain.

      Comment Dieu, peut-il communiquer son amour à travers un chrétien froid, un pasteur froid, une assemblée glaciale.

      Tout être humain a besoin de sentir cette chaleur. C’est le partenariat qui le permet. Ca fait chaud au cœur !

      4. Au verset 12, c’est la protection

      Le chrétien le plus exposé à la séduction du diable c’est celui qui est seul et qui refuse le partenariat.

      Le partenariat est une protection. Dieu nous protège par le billet de l’autre.

       

      AQUILAS ET PRISCILLE

      Un des plus beaux exemples de partenariat dans le nouveau testament est celui entre l’apôtre Paul et le couple Aquilas et Priscille (aussi appelée Prisca).

      Ils se sont rencontrés en Grèce dans la ville de Corinthe lors du deuxième voyage missionnaire de Paul. 

      Aquilas et Priscille étaient Italien et Paul, un Turc de la ville de Tarse. On n’est pas certain mais il est possible que ce soit Paul lui-même qui les a amenés à Christ.

      Ils sont devenus de grands amis mais plus que cela, ils sont devenus de vrais partenaires pour l’Evangile.

      Paul allait même dire d’eux dans Romains 16 :

      V3,4 « Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’œuvre en Jésus Christ qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie ; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les églises des païens »

      Ils avaient le même métier, fabricants de tentes.

      C’est en travaillant avec eux, en discutant avec eux, que Paul a compris cette belle image du corps humain…UNE TENTE – une habitation provisoire pour l’homme qui au fil du temps, va s’user et devra être remplacé par quelque chose de plus permanent. 2Corinthiens 5 :1-5

      Ils ont travaillé ensemble pour financer le ministère de Paul.

      Ils ont voyagé ensemble. Dans les voyages on voit vraiment comment sont les gens. Pour certains après un voyage ensemble ils ne veulent plus se voir.

      Illus Ma belle-mère a fait un voyage en Europe avec une autre dame de son village de retraités. Maintenant elle ne veut plus la voir.

      Si vous êtes toujours ami à la fin d’un voyage c’est une vraie amitié.

      Paul a pu les laisser à Ephèse pour continuer son travail d’implantation d’une église pendant qu’il poursuivait lui, son voyage vers Jérusalem et Antioche.

      On dit que la naissance de la belle église d’Ephèse, un des joyaux de la première église, a commencé avec les 12 disciples de Jean Baptiste que Paul a baptisé au nom de Jésus. (Actes 19)

      Mais l’église d’Ephèse a commencé avec le travail d’Aquilas et Priscille qui en Actes 18 :24-28 ont gagné Apollos à Christ. Apollos lui-même disciple de Jean-Baptiste, est devenu un fer de lance pour l’Evangile dans cette ville.

      Aquilas et Priscille avait un groupe de maison chez eux. J’imagine les soirées passé avec Paul dans ce groupe de maison étaient très joyeuses.

      Dans son épître à Timothée Paul demande à Timothée en premier de saluer ces amis Aquilas et Priscille.

      Il pense à eux. Ils lui manquent.

      Aujourd’hui, le défi c’est de ne pas rester dans une relation superficielle, fragile, si facilement brisé.

      Ecclésiaste 4 :12  Appelle cela « une corde à 3 fils qui ne se rompt pas facilement. »

      Il ne s’agit pas seulement du couple marié mais de tout partenariat pour la cause de l’Evangile.

      C’est la puissance du partenariat, ensemble et avec Dieu. La corde à 3 fils.

      C’est en travail en équipe, pour et avec Dieu.

      e
       
    • MOISE ET SON EQUIPE

      Texte : Exode 17 :8-15

      Moise était l’homme que Dieu avait choisi pour libérer le peuple d’Israël et le conduire. Dieu lui avait donné un bâton, symbole de son autorité. 

      Lorsque le peuple d’Israël est sorti d’Egypte, pharaon l'avait poursuivi avec son armée. Israël était pris en tenaille. Devant était la mer rouge, derrière l’armée égyptienne.

      Mais Moïse était investi de l’autorité de Dieu.

      Devant la mer rouge il lève le bâton et la mer rouge s’ouvre. Le peuple est sauvé.

      Maintenant une autre armée vient faire la guerre à Israël. C'est Amelek.

      Pas de problème, Moïse avait son bâton. Il demande à Josué, son numéro deux, de former une armée pour combattre Amelek. 

      Il dit à Josué, ne t’inquiète pas, je serai là-haut sur la montagne avec mon bâton.  Il monte avec Aaron, le souverain sacrificateur et Hur.

      En bas, dans la plaine, le combat fait rage.

      Moïse sort son arme secrète. Et il fait comme devant la mer rouge. Et ça marche.  Josué prend le dessus dans la bataille. Moïse se dit, c’est bon. 

      Sauf que, ce n’est pas bon. Il baisse son bras et Josué commence à reculer. Il frotte son bâton. Il essaie plusieurs fois, en-haut, en bas.

      Et il comprend que Josué a vraiment besoin qu'il soulève le bâton jusqu’à la victoire finale. Le problème c’est que le combat dure et Moïse fatigue.

      Aaron et Hur comprennent que Moïse à besoin d’eux. Ils passent à l’action.

      Ils roulent une pierre comme siège pour Moïse et soutiennent ses bras jusqu’à la fin de la journée.  Et la victoire est emportée.

      Moïse était l’homme de Dieu. Il pensait que tout ce qu’il il avait besoin c’était Dieu et son bâton.

      Mais il a du apprendre qu’il avait besoin des autres pour remporter la victoire sur l’ennemi.

      Il y a des leçons très importantes pour nous dans cette histoire.

       

      1. Nous sommes dans un vrai combat.

      Ce combat est essentiellement spirituel. Au bout il y aura soit une victoire, soit une défaite.

      Si au bout il y aura la victoire, cela va demander un réel engagement de tous.

      Illus. Le film Dunkirk : A Dunkerque pendant la deuxième guerre mondiale un massacre s’annonçait. 300,000 soldats anglais et français sur la plage de Dunkerque étaient encerclés par l’armée allemande. Ils étaient impuissants. C’était cause perdue. Mais Winston Churchill, premier ministre anglais, a fait un appel à tous les propriétaires de bateaux, petits et grands, coté Angleterre, d’aller les chercher. L’armada de petits navires a traversé la Manche pour aller les secourir. 300,000 ont été sauvés. C’était un vrai miracle.

      Quelle leçon spirituelle pour nous ! Nous avons tous un bateau, c’est notre vie, nous pouvons aller sauver quelqu’un encerclé par l’ennemi sur la plage de ce monde.

       

      2. Chacun a son rôle à jouer.

      Il nous faut des Josué, des hommes et femmes de terrains, qui se lancent dans un corps à corps. 

      Mais il faut aussi des Moïse qui exercent l’autorité spirituel par la foi et l’intercession.

      Et il faut des Aaron et des Hur qui assistent ceux qui sont en première ligne.

      C’est le Festival Agapé en 2017 à St Denis qui m’a montré la qualité de l’équipe que nous avons dans notre assemblée à la Réunion. Chacun était à sa place.

       

      3. L’équipe doit se montrer souple.

      On n’est jamais trop sûr comment Dieu va agir.  On pense comprendre mais on ne comprend pas toujours. Il faut réagir en fonction de ce qui se passe.

      Illus. C’est tout le problème de la vieillesse. La perte de souplesse.  Les genoux de mon père sont un vrai problème pour lui. On doit l’aider à monter dans une voiture. Il a perdu une certaine mobilité, une souplesse.

      La vieillesse spirituelle est la perte de souplesse. Une rigidité s’installe.

      On parle d’être un « vieux chrétien »

      Ca veut dire quoi, cette expression ?

      Elle fait référence a un Chrétien qui a du mal à s’adapter à quelque chose de nouveau que Dieu fait. 

      Moïse a du vite comprendre qu’il fallait utiliser le bâton de Dieu différemment.

      Sinon, c’est Josué qui prenait la raclée sur le terrain.

        

      4. C’est le besoin qui déterminera ce que nous devons faire.

      Aaron était souverain sacrificateur, mais quand Moïse avait besoin d’un supporteur, Aaron a su porter.

      Il n’a pas fait le grand monsieur, « Moïse, je ne peux pas, n’oubli pas, je suis le souverain sacrificateur. » Non, il avait deux bonnes jambes. Moïse avait besoin d’elles.

      Illus. En visite à Madagascar, j’étais le pasteur invité. Normalement quand on invite un orateur nous sommes tenus à bien nous occuper de lui et de l’honorer. Mais le pasteur qui me recevait est venu me récupérer de l’aéroport avec une voiture assez pourrie. Elle calait et pour la relancer il fallait la pousser. J’ai une superbe photo de moi avec un serveur de restaurant qui poussaient la voiture du pasteur sur un parking. Dans la même journée j’ai du pousser cette voiture 2 fois et une troisième fois, payer des gars au bord de la route pour la pousser.

      Je n’ai pas fait le grand monsieur assis sur la banquette.

      C’est répondre au besoin qui compte pour la victoire.

       

      5. Quand l’équipe gagne, c’est tout le peuple qui gagne.

      Avez-vous vu ce qui s’est passé sur les Champs Élysées et dans les rues de St Denis quand la France a gagné la coupe du monde de foot en 2018 !  Quand l’équipe gagne c’est tout le peuple qui gagne. La joie est pour tous.

      Vous savez pourquoi je suis convaincu de la victoire que Dieu va remporter avec nous ?

      C’est parce qu’il nous donne le bâton, mais aussi les bonnes personnes.

      La victoire appartient à Josué, Moïse, Aaron et Hur.

       

    • JESUS ET SON EQUIPE

      Texte : Matthieu 17 :1

      De toutes les équipes que nous trouvons dans la Bible, Il n’y a pas plus incompétente, pas plus nuls que celle de Jésus.

      Je ne parle pas tellement des 12 apôtres mais surtout de la garde rapprochée que Jésus avait choisi…Pierre, Jacques et Jean.

      En fait des trois, seul Jean commence à montrer son potentiel avant la fin des Évangiles.

      DANS LE CAS DE PIERRE

      On doit attendre Actes 2 et le jour de la Pentecôte avant de le voir entrer pleinement dans son rôle.

      Ce jour-là Pierre prêche à la foule réunie autour de la chambre haute où le Saint Esprit avait été déversé sur les disciples.

      Après ce jour on découvre un autre Pierre que celui des Évangiles.

      Dans les Actes il est un prédicateur puissant, une colonne de l’église qui exerçait un ministère de miracles.

      Mais dans les Évangiles on ne voit rien de tout ça.

      DANS LE CAS DE JACQUES

      Il est tout ce qui est de pire dans une équipe… quelqu’un qui a une ambition personnelle.

      Marc 10 :35-37

      Sa mère le pousse à arracher une place à la droite de Jésus dans son Royaume.

      Pourtant dans les Actes, c’est Jacques qui devient le chef de l’église de Jérusalem. Dans les Actes, Jacques est rempli de sagesse et très respecté par les apôtres. 

      Ce n’était pas le cas dans les Évangiles.

      DANS LE CAS DE JEAN

      Il avait tous les défauts de son frère, Jacques, mais déjà vers la fin des Évangiles on le voit s’affirmer comme un homme spirituel.

      Seul Jean est présent au pied de la croix pour être témoin de la mort de Jésus.

      Alors pourquoi Jésus a-t-il choisi ces 3 hommes qu’aucune agence de recrutement aurait choisi ?

      La réponse est simple. Il a vu leur potentiel. Il a vu ce qu’ils allaient devenir.

      Il voyait non pas Pierre, Jean et Jacques version Évangile mais Pierre, Jean et Jacques version Actes des Apôtres.

      C’est très encourageant pour tous ceux qui se voit comme des nuls spirituels.

      Illus. Pendant notre séjour en Australie nous avons pu déjeuner avec un couple que j’ai lancé dans le ministère en 1980. Quand je l’ai rencontré lui, Il était un sergent dans l’armée de l’air australienne. Il a pris sa retraite de l’armée et il a monté une petite entreprise de réparation de télé. Sa femme était très zélée pour le Seigneur mais lui non. Il était chrétien mais sans grande motivation. Il aimait fumer la pipe et, Chrétien ou pas Chrétien, Il y tenait. Mais ayant fait sa connaissance j’ai tout de suite vu en lui un homme de contact, très sympa qui s’entendait avec tout le monde. Un jour il est venu à la maison pour jouer une partie d’échecs. Il était grippé alors j’ai prié pour lui. Il a été baptisé du Saint Esprit et le feu s’est allumé dans son cœur. Il a balancé la pipe et s’est consacré à l’œuvre de Dieu. Après quelques mois je lui ai demandé de devenir mon pasteur adjoint. Le problème c’était qui s’il était très bon au niveau contact pastoral, Il n’avait aucune capacité pour la prise de parole en public. Alors je lui ai demandé toutes les semaines de préparer un message de 20 minutes et les vendredis après midi tous les deux nous allions à la salle. Il se mettait derrière le pupitre et moi au premier rang et il me prêchait son message. Ensuite on en parlait. Aujourd’hui cet homme exerce un ministère apostolique en Hongrie où il forme des centaines de pasteurs. Il est très respecté dans tout le pays.

      Qui l’aurait cru de ce fumeur de pipe militaire !

      L’APPROCHE DE JESUS

      Pour transformer Pierre, Jean et Jacques et les former en équipe redoutable, Jésus les a fait vivre un certain nombre d’expériences.

      3 fois Jésus a pris à part Pierre, Jean et Jacques.

      La première fois, c’était la résurrection de la fille de Jaïrus Luc 8 :51.

      La deuxième fois, c’était sur la montagne de la transfiguration  Matthieu 17 :1,2

      La troisième fois c’était dans le Jardin de Gethsémané  Matthieu 26 : 36,37

      Ces trois expériences allaient transformer ces 3 hommes

      Comme pour Pierre, Jean et Jacques, Jésus voit notre potentiel.

      Il nous voit version Actes des Apôtres et non version Évangiles.

      POUR NOUS TRANSFORMER

      Alors pour nous transformer en tant que son co-équipier, Il nous fait vivre aussi 3 expériences :

       

      1. Le mont de transfiguration…Il nous laisse entrer dans son intimité

      Rien ne transforme une personne immature, charnelle, en personne spirituelle que des moments d’intimité personnelle avec Jésus dans sa vie privée.

      Nous ne verrons pas Jésus transfiguré comme l’ont vu Pierre, Jacques et Jean. Mais nous pouvons connaître un cœur à cœur avec Jésus tous les jours… le connaître.

      Il vous attend dans votre chambre, dans votre lieu privé. C’est son lieu de rdv, son point rencontre.

      La prière, c’est avant tout, la recherche de communion avec Dieu.

      C’est dans ces moment que tu vas le découvrir tel qu’il est aujourd’hui…Jésus glorifié avec toute autorité et majesté.

      Cela suscitera en toi un cœur d’adorateur.

       

      2. Le jardin de Gethsémané…Il nous fait vivre des expériences qui nous dépassent, où nous sommes submergés

      Vous n’aimez pas être dépassé ?

      Moi non plus, mais c’est indispensable si on veut apprendre à travailler avec Jésus.

      Il ne te laissera pas tout contrôler, maîtriser.

      J’ai reçu le témoignage d’une femme chrétienne très volontaire qui voulait tout analyser, contrôler, rien ni personne n’allait l’arrêter.  Mais les événements de sa vie la submerger : cancer, récidive de cancer, divorce, le mal-être total que rien ne pouvait soulager, le désespoir profond.  MAIS au fond du gouffre, une nuit le poids a été levé, la paix durable est venue dans un instant. Sa vie a complètement changé et elle a apprise à laisser Jésus agir et lui faire confiance.

      Jésus nous met devant ce qui semble impossible pour que nous apprenions à faire équipe avec le Dieu de l’impossible.

      Dépassé, c’est alors que nous sommes capables de faire des erreurs.

      Mais comme pour Pierre, Jacques et Jean, il nous permet de faire des erreurs.

      Un équipier efficace se forme dans le temps et à travers ses erreurs.

      On a le droit à l’erreur mais il faut se limiter aux petites erreurs. Les grosses erreurs font trop de dégâts.

      Illus. Une erreur de jeunesse pastorale que j’ai fait avec la parole de connaissance l’homme dans la réunion. J’ai interpellé un homme : « le Seigneur me montre que tu as un fils qui est devenu rebelle et qui est source d’angoisse pour vous mais si vous le remettez entre les mains de Jésus ce soir il agira dans le cœur de votre fils. » L’homme me regarde et me dit « vous me parlez à moi ? » Oui Monsieur, c’est vous. Je n’ai pas de fils, je ne suis même pas marié. J’étais mal pour lui, j’étais mal pour moi. J’ai du m’excuser. Une chrétienne derrière ce monsieur à essayer de me sortir de mon erreur, moi j’ai un fils, elle a dit.

      J’étais trop sûr de moi. Je manquais de sagesse. A travers mes erreurs j’ai appris l’approche plus douce « Monsieur, avez-vous un fils. ? Non ? Il y a peut-être quelqu’un dans votre vie qui est source d’angoisse pour vous… »

      Jésus n’a pas mis une croix sur moi. Esterman rayé ! Ouf ! Non ce n’était pas le cas.

      Il a été patient avec Pierre, Jacques et Jean qui dormaient plutôt que de veiller avec Jésus.

      Il a été patient avec moi et il m’a appris la sensibilité.

      Dans le jardin de Gethsémané, les disciples ont découvert non pas la gloire de Jésus, mais sa souffrance.

       

      3. La maison de Jaïrus … Il nous fait porter les yeux sur les choses éternelles

      Jésus a fait voir à Pierre, Jacques et Jean sa victoire sur la mort avec la résurrection de la fillette de 12 ans ;

      Avec la maison de Jaïrus, un disciple découvre l’éternité.

      Il les prépare pour un autre monde où la mort n’existera plus où il n’y aura plus de larmes, plus de deuil, plus de douleur de la séparation.

      Jésus est vainqueur et il vaincra le dernier ennemi – la mort, la conséquence directe du pêché.

      PAUL

      Paul est devenu un équiper de Jésus. Il a du être transformer en homme spirituel.

      Il l’a exprimé de cette façon en Philippiens 3 :10,11

      « Afin de connaître Christ (mont de transfiguration) et la puissance de sa résurrection (maison de Jaïrus) et la communion de ses souffrances (Jardin de Gethsémané), en devenant conforme à lui dans sa mort pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. »

      Comprendre l’humiliation et la souffrance que Jésus a subies permet de comprendre sa gloire, de vivre dans la perspective de l’éternité et d’être une personne réellement spirituelle.

      Jésus constitue son équipe avec des personnes qui ont vécu la maison de Jaïrus, le mont de transfiguration et le jardin de Gethsémané.

       

      Le paralytique et son équipe

    • LE PARALYTIQUE ET SON EQUIPE

      Texte : Marc 2:1-12

      Ce qui est surprenant dans cette histoire n’est pas tellement la guérison du paralytique.

      Il y a eu des miracles plus spectaculaires que celui-ci dans les Evangiles.

      Je pense à la résurrection de Lazare ou encore le possédé du pays des Gadariens.

      Mais ce qui est surprenant c’est le rôle des 4 amis du paralytique.

      Sans l’intervention de ses amis cet homme n’avait aucune chance.

      Si l’homme paralysé n'avait qu'un seul ami dévoué, ce serait aussi impossible.

      Avez-vous vu un malade sur civière porté par un seul homme ?

      Les obstacles étaient insurmontables pour un seul ami… la foule autour de la maison, monter le malade tout seul sur le toit.

      A la limite, même si un ami avait réussi à monter le malade sur le toit comment le déposer tout seul aux pieds de Jésus.  

      Si un seul ami avait tenté l’opération, le malade ne serait plus un paralytique. Il serait un mort.

      Le défi de sauver cet homme allait demander à 4 hommes de faire équipe.

      Et c’est leur travail d'équipe qui a permis à Jésus d’intervenir surnaturellement.

       

      C’est un principe spirituel très important.

      “D’abord le naturel, ensuite vient le spirituel” 1Corinthiens 15:42

      Alors, que devons-nous faire dans le domaine naturel pour permettre à Dieu d'agir surnaturellement ?

       

      CE QU’ONT FAIT LES 4 HOMMES POUR PERMETTRE LE MIRACLE

      Cela s’applique à nos assemblées qui veulent voir l’île de la Réunion sauvé…4 amis qui travaillent ensemble : nord, sud, est, ouest

       

      1. Les 4 amis avaient de la compassion pour leur ami.

      Nous n’avons pas les précisions de comment ils se connaissaient.

      Probablement les 5 étaient du même village.

      Ils ont grandi ensemble, l’école, les jeux, les filles. 5 copains.

      Et le paralytique, est-ce que son handicape était de naissance ?

      C’était souvent le cas. Sinon un accident ou une maladie paralysante.

      Ils étaient solidaires les uns des autres.

      La solidarité montre qu’on est concerné. Si tu n’es pas solidaire de l’autre, jamais tu ne le porteras

      Illus. En Australie ils ont beaucoup développé le rôle de ce qu’ils appellent “une aide-soignante”. Ce n’est pas un terme médical. Il s’agit de quelqu’un qui aide l’autre à faire ce qu’il ne peut pas faire par lui-même. Mon père âgé a une aide-soignante. Elle s’appelle Jenny.  Elle consacre un certain nombre d’heures par semaine pour le conduire à des rendez-vous chez des médecins, faire ses courses.  Elle lui prépare des repas, fait sa lessive. Elle assure le suivi auprès de la famille.

      C’est vrai qu’elle est rémunérée mais si elle n’avait pas de compassion, si elle n’était pas solidaire pour aider mon père et d’autres comme lui, jamais elle ne ferait tout ce qu’elle fait avec dévouement, patience et gentillesse.

       

      2. Les 4 amis avaient la foi.

      Ils croyaient en Jésus, en sa miséricorde, en sa puissance pour guérir.

      Apparemment le paralytique, lui, manquait de foi pour sa guérison.

      C’est souvent plus facile d’avoir la foi pour quelqu’un d’autre que pour soi-même.

      Jésus, voyant LEUR foi, a fait sa déclaration au malade.

       

      Faire équipe avec d’autres pour servir Dieu demande la complicité dans la foi. 

      Tu n’iras pas loin avec quelqu’un qui manque de foi.

      Imaginez si un des 4 disait ce n’est pas possible, on ne va pas y arriver, c’est perdu d'avance.

      Qu’est-ce qu’on peut faire avec quelqu’un qui parle comme de cette façon ?

      Moi, je peux seulement faire équipe pour Dieu avec quelqu’un qui croit à l’intervention de Dieu et à l’aide de Dieu pour réussir.

       

      3. Les 4 amis avaient le même objectif.

      On ne discutait pas l’objectif.  Il était clair pour tous les 4.

      Une équipe se constitue autour d’un objectif.

      Illus. L’entraîneur de l’équipe de France de foot réunit une équipe de joueurs non pas pour s’amuser mais avec un objectif clair… gagner des matchs, gagner la coupe du monde. Un joueur qui ne partage pas cet objectif n’a pas sa place dans cette équipe. Si un disait, ce qui m’intéresse c’est de toucher ma paie… il faut l’exclure tout de suite.

      Les 4 amis étaient unis par un seul et unique objectif… amener leur ami devant Jésus.

       

      4. Les 4 amis se sont montrés déterminés de surmonter tous les obstacles

      … la foule devant la porte qui faisait barrière ou la toiture de la maison qui faisait barrière.

      Ils ont trouvé des solutions. Ils ont tout surmonté.

      Quand tu écoutes certaines personnes négatives, ils devraient écrire un livre sur “les 10 raisons pourquoi ce n’est pas possible”.

      Parce que 4 hommes ont décidé de faire équipe pour leur ami, le paralytique, Il a été pardonné de ses péchés et guéri de sa paralysie.

       

      Si nous faisons équipes, nous aussi, nous allons pouvoir porter des gens à Jésus et voir le salut de leur âme et leur vie sur terre transformée.

       

      Paul et le travail en équipe

    • PAUL ET LE TRAVAIL EN EQUIPE

      Texte : 1Corinthiens 3 :1-9

      Quand nous parlons d’un travail en équipe je constate que pas tout le monde a eu l’occasion d'apprendre.

      Dans la vie, le travail d’équipe se limite surtout au monde professionnel, sportif ou musical. 

      Pour produire une symphonie, quel travail d’équipe !

      C'est le conducteur qui a le rôle d’assurer que chacun joue dans la perspective d’une parfaite harmonie avec les autres instruments.

      Illus. A l’école, je faisais partie de l’orchestre. Le conducteur était un homme très sympa sauf qu’il s’énervait quand un jouait sans écouter les autres. Il nous appelait l’équivalent de « tête de bourrique » quand on jouait, déconnecté des autres.

      Il disait qu’on jouait dans une cabine téléphonique.

       

      1Corinthiens 3:5-9 Paul nous parle de travailler en équipe pour Dieu.

       Paul est bien dans sa peau dans le ministère.

      Il n'est pas sur la défensive, il n'est pas en compétition avec d’autres ministères comme Apollos.

      Apollos était au même niveau que Paul dans sa connaissance de l'Ancien Testament et dans sa prédication, il était peut-être plus éloquent que Paul.

      Mais Paul était loin devant Apollos dans la revelation du message de la grace et dans la dimension de la puissance de Dieu.

      Les Chrétiens à Corinthe vivaient des dons spirituels tres puissants mais ils etaient charnels, immatures.

      Ils se disputaient entre eux et ils avaient même des comportements indignes de Chrétiens.

      Les Chrétiens se polarisaient autour d'un ministere plutot qu'un autre. 1Corinthiens 1 :12

      Certains étaient pour Paul... "C'est lui qui nous a engendré. Nous sommes ses enfants légitimes "

      Certains étaient pour Apollos..."On aime beaucoup ses prédications"

      Certains étaient pour Pierre (Cephas)... "Il a connu le Seigneur personnellement et a marché avec lui pendant 3 ans"

      Certains, les plus orgueilleux, disaient..." Nous ne suivons pas les hommes, nous sommes de Christ."

       

      Paul n'a pas repondu a ceux qui se rebellaient contre les ministères en se réclamant uniquement de Christ.

      Il n'a pas répondu a ceux qui voulaient suivre Pierre.

      Pierre avait un ministère auprès des juifs quand Paul était appelé auprès des païens grec, dont les Corinthiens.

       

      Paul a voulu surtout parler de sa collaboration avec Apollos.

      Il a dit, « Apollos et moi, nous faisons partie de la même équipe. »

      Nous ne sommes pas en compétition mais nous sommes ensemble dans la même mission, de voir l’œuvre de Dieu progresser parmi les païens

      Dans cette équipe, Paul a dit qu’Apollos avait un rôle précis.

      C'est lui qui devait arroser la graine spirituelle que Paul avait semée. Paul le semeur, Apollos l’arroseur.

      Paul dit, « je dois passer en premier et Apollos doit me suivre et travailler avec moi. »

      Et quand nous faisons équipe pour l'Evangile, Dieu fait équipe avec nous. C'est lui qui fait croître.

       

      Paul explique comment ça marche

      2Corinthiens 6 :1 « Puisque nous travaillons avec Dieu… »

      Nous fournissons un travail et Dieu fournit un travail…une collaboration divine

      Dieu, qui a donné la graine à Paul pour semer, a voulu passer en dernier après le travail de Paul et d'Apollos.

      Après la semence, après l'arrosage, Dieu entre en scène et produit la croissance.

      Si Paul disait, je n'ai pas besoin d'Apollos, que deviendrait la graine qu'il avait semé ?

      Mais si Apollos disait, je n'ai pas besoin de Paul, il arrose avec son ministere un champ qui n'a pas été seme.

      Et Dieu, que peut-il faire d'un champ qui n'a pas été semé ou arrosé ?

       

      1Corinthiens 16:12

      Paul a tout fait pour qu'Apollos aille à Corinthe.

      Il n'y avait aucune rivalité, seulement le désir de voir l'oeuvre de Dieu avancer.

      Il avait vraiment le désir d'honorer Apollos dans son ministère alors il dit à Tite de subvenir à tous ses besoins, qu'il ne manque de rien.

      Illus. J’ai vécu une expérience similaire auprès des tsiganes de Bordeaux. Après avoir conduit une mission à Bordeaux que Dieu a puissamment béni la mission, les Chrétiens ont amené, mon épouse et moi, sur le grand marché où beaucoup d’entre eux avaient des stands. Nous avons été arrosés de cadeaux de tous genres.  Les pasteurs tsiganes ont tout fait pour nous bénir.

       

      LA CONCLUSION DE PAUL

      Sa conclusion : 1Corinthiens 1 :9 Nous sommes ouvriers avec Dieu

      « Nous » c’était Paul, Apollos mais aussi tous les chrétiens de Corinthe qui voulaient travailler avec eux, ensemble, avec Dieu.

      Travailler le « nous », c'est un vrai défi dans une église.

      Nous sommes tous différents au niveau de nos tempéraments, nos parcours, nos expériences, nos capacités, nos sensibilités.

      Tant de choses qui peuvent agir contre le « nous. »

      Mais qu’est-ce qui nous permet de surmonter toutes ces différences pour former une vraie équipe pour Dieu ?...

      L'humilité...l'absence de toute ambition personnelle

      Aimer avant tout, Dieu et aimait l’œuvre de Dieu.

      Avoir besoin de l'autre...nous ne pouvons pas le faire seul.

      Alors, nous disons : Non à l’Indépendence OUI à l'interdépendance !

      C’est montrer une réelle capacité d'un travail en équipe...pas de cowboy solitaire qui veut se produire ou qui veut tirer les autres dans son sens.

      illus Notre mission à Madagascar et Mayotte était un parfait exemple de ce travail d’équipe. J’étais l’orateur des réunions, un jeune pasteur malgache qui m’accompagnait était mon interprète et les billets d’avions étaient payées par un partenaire en Australie. Le jeune pasteur malgache était là pour traduire mais j’ai profité de l’occasion pour lui demander de conduire une des sessions d’un séminaire pour pasteurs. Ce jour-là, à l’étonnement de tous les pasteurs ainées, connus dans tout le pays, ce jeune à prêcher la Parole de Dieu avec force et sagesse.

      Illus. Mon ami pasteur, Antoine du Nord de la France, et moi nous avons fait de nombreux voyages ensembles dans le cadre du ministère : Angleterre, Australie, Pays-Bas,  Belgique Pologne,  Argentine.

      Ensemble nous avons lancé deux mouvements d’églises en France. Pourtant nous sommes très différents l’un de l’autre.

      Mais nous vivons Philippiens 2 :2-5. L’humilité, ne mettant jamais ses propres intérêts au-dessus de l’autre.

      Aujourd'hui je me réjouis des coéquipiers que Dieu a réunis dans notre mouvement d’églises naissantes à l’île de la Réunion.

      Les photos publiées sur Facebook témoignent de la joie de servir Dieu ensemble et de faire équipe pour le Royaume de Dieu sur l’île.

       

      Nous travaillons avec Dieu ensemble.

      Est-ce que cela vous tente de venir vivre cette aventure avec nous ?

       

      L'assemblage d'une équipe

    • Texte : Ephésiens 4 :16

      « C’est de Lui (Jésus) et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties et s’édifie lui-même dans   l’amour. » (Voir aussi version Semeur).

      Quel est mon mot préféré pour décrire notre collectif chrétien ?

      Eglise - connotation bâtiment ou institution

      Communauté – appartenance

      Assemblée – le fonctionnement

      Une église est une assemblée d’hommes et de femmes rassemblés et ensuite assemblés…l’assemblage

      Illus Comme les meubles d’un grand magasin suédois. Quand tu achètes un meuble tu repars avec un carton rempli beaucoup de pièces. Il faut d’abord identifier chaque pièce et commencer à les assembler et le faire correctement pour qu’au bout il y a le meuble que tu voulais.

       

      Paul utilise le mot « assemblage » pour parler de l’église.

      « C’est de Lui et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonnée et formant un solide assemblage… »

      « L’assemblage » c’est comment nous lions les pièces les unes aux autres.

      C’est la formation d’une équipe.

      C’est le lien qui existe entre chaque pièce.

       

      Paul parle de l’assemblage et les liens qui doivent exister entre chrétiens dans une communauté pour former le corps de Christ dans Colossiens 2 :19

      Parlant du « chef » de l’église, Jésus,

      « dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne. »

      Ce sont les liens qui permettent aux pièces de fonctionner ensemble.

      Illus. La direction d’une voiture consiste de quoi ? Un volant et des roues. Mais entres les deux qu’y a-t-il ? Des liens de l’assemblage.

       

      Paul continue à parler des liens entre chrétiens

      Ephésiens 4 :2,3

      « en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. »

      Ici c’est le lien de la paix qui permet de préserver l’unité de l’esprit.

      Le lien de la paix, c’est l’humilité, la douceur, la patience qui nous permettent de nous supporter les uns les autres avec amour.

      Tout est là, au niveau des liens.

      C’est l’église parfaite. Elle existe. Elle est là ! Paul le dit.

      Colossiens 3 :14

      « Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de l’amour qui est le lien de la perfection. »

      Ce lien nous permet de fonctionner ensemble, de faire équipe ensemble pour Jésus.

      Illus A la maison nous avons un problème de connexion wifi. Le lien est faible et quand on veut aller sur un site nous avons un message. « Pas de réponse cette page n’est pas disponible ». Il faut actualiser le lien. Ou « l’internet n’est pas connecté ».

      Le signal doit être fort pour que l’ordinateur et la box puissent fonctionner ensemble. Mais quand le lien du wifi est faible on ne peut plus se parler.

       

      LES COMPAGNONS D’ŒUVRE DE L’APOTRE PAUL

      Paul avait de nombreux co-équipiers.

      Quelqu’un les a tous comptés. Ils sont arrivés au chiffre de 43 mentionnés dans les Actes des Apôtres et les épîtres.

      Ils ont voyagé ensemble, travailler ensemble manuellement, ils ont prêché ensemble, ils étaient ensemble en prison, Paul les envoyaient en mission.

      Paul parle souvent de leur travail pour faire connaître l’Evangile et s’occuper de l’église

      MAIS de temps en temps il glisse un mot, une phrase qui révèle le lien qui existé avec ses co-équipiers.

      Nous allons prendre quelques exemples :

      Timothée 

      1Corinthiens 4 :17

      « Pour cela je vous envoie Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur, »

      Le lien qui existait entre Paul et Timothée était celui de l’amour d’un père pour son fils, fidèle à son père. C’est très fort.

      Deux fois dans 1Timothée1 :2,18 Paul appelle Timothée « mon enfant »  et dans 2Timothée1 :2  « mon enfant bien-aimé ».

      Assez souvent on me demande d’être un père spirituel pour quelqu’un.

      A une certaine époque cela me mettait mal à l’aise parce que sur le coup cela fait chaud au cœur mais après, il peut y avoir des déceptions. Surtout quand c’était qu’un de plus âgé !

      MAIS la réalité c’est dans des équipes il peut y avoir une vraie relation père – fils spirituel même avec des personnes qui ne se sont pas convertis à Christ avec ce ministère.

      C’était le cas de Timothée. Il a grandi auprès d’une mère et d’une grand-mère chrétienne.

       

      Silas (Silvain dans les épîtres)

      Actes 15 :40 « Paul fit choix de Silas et partit, recommandé par les frères à la grâce de Dieu »

      Dieu fait son choix mais le ministère doit faire son choix également.

      Actes 16 :25 C’est avec Silas que Paul s’est retrouvé en prison à Philippe et

      « vers minuit ils priaient et chantaient les louanges de Dieu… »

      On n’oublie jamais les gens avec qui on a vécu des expériences fortes dans le service pour Jésus.

      Sur le coup on ne se rend pas compte mais après le lien est là « on a fait la guerre ensemble ».

       

      Epaphras 

      Paul l’appelle son « bien-aimé compagnon de service » Colossiens 1 :7 ;

      Colossiens 4 :12 Paul rend témoignage de la consécration d’Epaphras dans la prière pour les chrétiens de Colossae, et de deux autres villes. « Celui-là c’est un bon ! »

      Luc 

      Paul l’appelle « le médecin bien-aimé » Colossiens 4 :14 

      C’est un lien affectif fort aussi. Est-ce que vous appelez votre médecin traitant « mon médecin bien-aimé » Si oui, il ne va pas comprendre et il vous enverra tout de suite aux urgences !  

      Dans 2Timothée 4 :11 Paul dit « Luc seul est avec moi » Tous les autres sont parti. Mais Luc n’est pas comme les autres. Il est toujours là.

       

      Tychique  

      Pour Paul il est « le bien-aimé frère et fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur ».  Colossiens 4 :7 ;

       

      Epaphrodite   

      Il est « mon compagnon d’œuvre et de combat » Philippiens 2 :25 et au verset v26-28 Paul parle du lien du cœur d’Epaphrodite pour les Philippiens et le lien de Paul pour lui

      « Car il désirait vous voir tous et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie. Il a été malade en effet et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui et non seulement de lui mais aussi de moi afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.  Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement afin que vous vous réjouissiez de le voir et que je sois moi-même moins triste »

      Dans les équipes il faut du cœur, de l’affection.

      On n’est pas des collègues. On n’est pas des confrères. On est des compagnons d’oeuvre bien-aimés !

       

      Alors, pour résumer l’assemblage d’une église qui est une équipe pour Dieu :  

      Au départ c’est Dieu qui réunit les équipiers

      Mais, il y a aussi un choix des équipiers par les ministères

      Le respect, la consécration à l’œuvre, la loyauté les uns aux autres et pardessus tout, c’est l’amour !

      C’est à quoi j’aspire.

      Illus C’est l’équipe que Denise et moi formons pour Dieu depuis plus de 40 ans

      Mais au-delà du lien du mariage, cet assemblage est l’équipe que nous pouvons vivre à la Réunion au sein de nos assemblées.

       

       

    • LA PUISSANCE DU PARTENARIAT

      Texte : Ecclésiaste 4 :9-12

       v9  «Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail. »

      v10 « Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! »

      v11 « De même, si deux couchent ensemble, ils auront chaud ; mais celui qui est seul, comment aura-t-il chaud ? » (en hiver)

      v12 « Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister ; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. »

      Ce passage, tiré de ce livre de la Sagesse de Salomon, nous parle de la puissance de deux plutôt qu’un seul.

      C’est la puissance du partenariat.

      LES BENEFICES D’ETRE EN PARTENARIAT

      Salomon souligne plusieurs bénéfices d’être en partenariat.

      1. Au verset 9, c’est la productivité.

      Dieu ne calcul pas comme nous. Notre logique : si 1 personne peut produire dix bananes, deux personnes qui travaillent ensemble peuvent produire 20 bananes.

      Mais Dieu calcule différemment. Si une personne peut produire 10 bananes, 2 personnes, en partenariat, peuvent produire 100 bananes.

      Deutéronome 32 :30

      « Comment un seul en poursuivrait-il mille et deux en mettraient 10 000 en fuite…si l’Eternel ne les avait livrés. »

      Dieu est beaucoup plus avec deux qu’avec un seul.

      Pour cette raison, Jésus a envoyé 70 disciples en mission dans des équipes de deux  Luc 10

      2. Au verset 10, c’est le soutient

      Illus. Un cher ami pasteur en Australie, quelques semaines avant notre arrivée a fait un malaise. Il est tombé chez lui et s’est retrouvé paralysé au sol. Sa femme mal entendante, était dans une autre pièce et n’avait pas mis son appareil. Elle n’entendait rien. Il est resté là pendant 2 heures conscient mais impuissant. C’est seulement quand elle est allée au salon qu’elle l’a trouvé par terre et elle a pu appeler les pompiers et le samu. Il aurait pu mourir sans l’intervention de sa femme.

      On n’est pas des sûr être. On a besoin des autres pour nous soutenir dans la vie.

      3. Au verset 11, c’est la compagnie

      On parle de la chaleur humaine. Il y a des gens qui sont chaleureux et il y en a qui sont froids. L’être humaine a besoin de cette chaleur humaine.

      On ne peut pas parler de l’amour sans parler de communiquer de la chaleur à l’autre.

      Dieu agit à travers le contact humain.

      Comment Dieu, peut-il communiquer son amour à travers un chrétien froid, un pasteur froid, une assemblée glaciale.

      Tout être humain a besoin de sentir cette chaleur. C’est le partenariat qui le permet. Ca fait chaud au cœur !

      4. Au verset 12, c’est la protection

      Le chrétien le plus exposé à la séduction du diable c’est celui qui est seul et qui refuse le partenariat.

      Le partenariat est une protection. Dieu nous protège par le billet de l’autre.

       

      AQUILAS ET PRISCILLE

      Un des plus beaux exemples de partenariat dans le nouveau testament est celui entre l’apôtre Paul et le couple Aquilas et Priscille (aussi appelée Prisca).

      Ils se sont rencontrés en Grèce dans la ville de Corinthe lors du deuxième voyage missionnaire de Paul. 

      Aquilas et Priscille étaient Italien et Paul, un Turc de la ville de Tarse. On n’est pas certain mais il est possible que ce soit Paul lui-même qui les a amenés à Christ.

      Ils sont devenus de grands amis mais plus que cela, ils sont devenus de vrais partenaires pour l’Evangile.

      Paul allait même dire d’eux dans Romains 16 :

      V3,4 « Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’œuvre en Jésus Christ qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie ; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les églises des païens »

      Ils avaient le même métier, fabricants de tentes.

      C’est en travaillant avec eux, en discutant avec eux, que Paul a compris cette belle image du corps humain…UNE TENTE – une habitation provisoire pour l’homme qui au fil du temps, va s’user et devra être remplacé par quelque chose de plus permanent. 2Corinthiens 5 :1-5

      Ils ont travaillé ensemble pour financer le ministère de Paul.

      Ils ont voyagé ensemble. Dans les voyages on voit vraiment comment sont les gens. Pour certains après un voyage ensemble ils ne veulent plus se voir.

      Illus Ma belle-mère a fait un voyage en Europe avec une autre dame de son village de retraités. Maintenant elle ne veut plus la voir.

      Si vous êtes toujours ami à la fin d’un voyage c’est une vraie amitié.

      Paul a pu les laisser à Ephèse pour continuer son travail d’implantation d’une église pendant qu’il poursuivait lui, son voyage vers Jérusalem et Antioche.

      On dit que la naissance de la belle église d’Ephèse, un des joyaux de la première église, a commencé avec les 12 disciples de Jean Baptiste que Paul a baptisé au nom de Jésus. (Actes 19)

      Mais l’église d’Ephèse a commencé avec le travail d’Aquilas et Priscille qui en Actes 18 :24-28 ont gagné Apollos à Christ. Apollos lui-même disciple de Jean-Baptiste, est devenu un fer de lance pour l’Evangile dans cette ville.

      Aquilas et Priscille avait un groupe de maison chez eux. J’imagine les soirées passé avec Paul dans ce groupe de maison étaient très joyeuses.

      Dans son épître à Timothée Paul demande à Timothée en premier de saluer ces amis Aquilas et Priscille.

      Il pense à eux. Ils lui manquent.

      Aujourd’hui, le défi c’est de ne pas rester dans une relation superficielle, fragile, si facilement brisé.

      Ecclésiaste 4 :12  Appelle cela « une corde à 3 fils qui ne se rompt pas facilement. »

      Il ne s’agit pas seulement du couple marié mais de tout partenariat pour la cause de l’Evangile.

      C’est la puissance du partenariat, ensemble et avec Dieu. La corde à 3 fils.

      C’est en travail en équipe, pour et avec Dieu.


      Moïse et son équipe

    • MOISE ET SON EQUIPE

      Texte : Exode 17 :8-15

      Moise était l’homme que Dieu avait choisi pour libérer le peuple d’Israël et le conduire. Dieu lui avait donné un bâton, symbole de son autorité. 

      Lorsque le peuple d’Israël est sorti d’Egypte, pharaon l'avait poursuivi avec son armée. Israël était pris en tenaille. Devant était la mer rouge, derrière l’armée égyptienne.

      Mais Moïse était investi de l’autorité de Dieu.

      Devant la mer rouge il lève le bâton et la mer rouge s’ouvre. Le peuple est sauvé.

      Maintenant une autre armée vient faire la guerre à Israël. C'est Amelek.

      Pas de problème, Moïse avait son bâton. Il demande à Josué, son numéro deux, de former une armée pour combattre Amelek. 

      Il dit à Josué, ne t’inquiète pas, je serai là-haut sur la montagne avec mon bâton.  Il monte avec Aaron, le souverain sacrificateur et Hur.

      En bas, dans la plaine, le combat fait rage.

      Moïse sort son arme secrète. Et il fait comme devant la mer rouge. Et ça marche.  Josué prend le dessus dans la bataille. Moïse se dit, c’est bon. 

      Sauf que, ce n’est pas bon. Il baisse son bras et Josué commence à reculer. Il frotte son bâton. Il essaie plusieurs fois, en-haut, en bas.

      Et il comprend que Josué a vraiment besoin qu'il soulève le bâton jusqu’à la victoire finale. Le problème c’est que le combat dure et Moïse fatigue.

      Aaron et Hur comprennent que Moïse à besoin d’eux. Ils passent à l’action.

      Ils roulent une pierre comme siège pour Moïse et soutiennent ses bras jusqu’à la fin de la journée.  Et la victoire est emportée.

      Moïse était l’homme de Dieu. Il pensait que tout ce qu’il il avait besoin c’était Dieu et son bâton.

      Mais il a du apprendre qu’il avait besoin des autres pour remporter la victoire sur l’ennemi.

      Il y a des leçons très importantes pour nous dans cette histoire.

       

      1. Nous sommes dans un vrai combat.

      Ce combat est essentiellement spirituel. Au bout il y aura soit une victoire, soit une défaite.

      Si au bout il y aura la victoire, cela va demander un réel engagement de tous.

      Illus. Le film Dunkirk : A Dunkerque pendant la deuxième guerre mondiale un massacre s’annonçait. 300,000 soldats anglais et français sur la plage de Dunkerque étaient encerclés par l’armée allemande. Ils étaient impuissants. C’était cause perdue. Mais Winston Churchill, premier ministre anglais, a fait un appel à tous les propriétaires de bateaux, petits et grands, coté Angleterre, d’aller les chercher. L’armada de petits navires a traversé la Manche pour aller les secourir. 300,000 ont été sauvés. C’était un vrai miracle.

      Quelle leçon spirituelle pour nous ! Nous avons tous un bateau, c’est notre vie, nous pouvons aller sauver quelqu’un encerclé par l’ennemi sur la plage de ce monde.

       

      2. Chacun a son rôle à jouer.

      Il nous faut des Josué, des hommes et femmes de terrains, qui se lancent dans un corps à corps. 

      Mais il faut aussi des Moïse qui exercent l’autorité spirituel par la foi et l’intercession.

      Et il faut des Aaron et des Hur qui assistent ceux qui sont en première ligne.

      C’est le Festival Agapé en 2017 à St Denis qui m’a montré la qualité de l’équipe que nous avons dans notre assemblée à la Réunion. Chacun était à sa place.

       

      3. L’équipe doit se montrer souple.

      On n’est jamais trop sûr comment Dieu va agir.  On pense comprendre mais on ne comprend pas toujours. Il faut réagir en fonction de ce qui se passe.

      Illus. C’est tout le problème de la vieillesse. La perte de souplesse.  Les genoux de mon père sont un vrai problème pour lui. On doit l’aider à monter dans une voiture. Il a perdu une certaine mobilité, une souplesse.

      La vieillesse spirituelle est la perte de souplesse. Une rigidité s’installe.

      On parle d’être un « vieux chrétien »

      Ca veut dire quoi, cette expression ?

      Elle fait référence a un Chrétien qui a du mal à s’adapter à quelque chose de nouveau que Dieu fait. 

      Moïse a du vite comprendre qu’il fallait utiliser le bâton de Dieu différemment.

      Sinon, c’est Josué qui prenait la raclée sur le terrain.

        

      4. C’est le besoin qui déterminera ce que nous devons faire.

      Aaron était souverain sacrificateur, mais quand Moïse avait besoin d’un supporteur, Aaron a su porter.

      Il n’a pas fait le grand monsieur, « Moïse, je ne peux pas, n’oubli pas, je suis le souverain sacrificateur. » Non, il avait deux bonnes jambes. Moïse avait besoin d’elles.

      Illus. En visite à Madagascar, j’étais le pasteur invité. Normalement quand on invite un orateur nous sommes tenus à bien nous occuper de lui et de l’honorer. Mais le pasteur qui me recevait est venu me récupérer de l’aéroport avec une voiture assez pourrie. Elle calait et pour la relancer il fallait la pousser. J’ai une superbe photo de moi avec un serveur de restaurant qui poussaient la voiture du pasteur sur un parking. Dans la même journée j’ai du pousser cette voiture 2 fois et une troisième fois, payer des gars au bord de la route pour la pousser.

      Je n’ai pas fait le grand monsieur assis sur la banquette.

      C’est répondre au besoin qui compte pour la victoire.

       

      5. Quand l’équipe gagne, c’est tout le peuple qui gagne.

      Avez-vous vu ce qui s’est passé sur les Champs Élysées et dans les rues de St Denis quand la France a gagné la coupe du monde de foot en 2018 !  Quand l’équipe gagne c’est tout le peuple qui gagne. La joie est pour tous.

      Vous savez pourquoi je suis convaincu de la victoire que Dieu va remporter avec nous ?

      C’est parce qu’il nous donne le bâton, mais aussi les bonnes personnes.

      La victoire appartient à Josué, Moïse, Aaron et Hur.

       

      Partager via Gmail Yahoo!

      votre commentaire
       
    • JESUS ET SON EQUIPE

      Texte : Matthieu 17 :1

      De toutes les équipes que nous trouvons dans la Bible, Il n’y a pas plus incompétente, pas plus nuls que celle de Jésus.

      Je ne parle pas tellement des 12 apôtres mais surtout de la garde rapprochée que Jésus avait choisi…Pierre, Jacques et Jean.

      En fait des trois, seul Jean commence à montrer son potentiel avant la fin des Évangiles.

      DANS LE CAS DE PIERRE

      On doit attendre Actes 2 et le jour de la Pentecôte avant de le voir entrer pleinement dans son rôle.

      Ce jour-là Pierre prêche à la foule réunie autour de la chambre haute où le Saint Esprit avait été déversé sur les disciples.

      Après ce jour on découvre un autre Pierre que celui des Évangiles.

      Dans les Actes il est un prédicateur puissant, une colonne de l’église qui exerçait un ministère de miracles.

      Mais dans les Évangiles on ne voit rien de tout ça.

      DANS LE CAS DE JACQUES

      Il est tout ce qui est de pire dans une équipe… quelqu’un qui a une ambition personnelle.

      Marc 10 :35-37

      Sa mère le pousse à arracher une place à la droite de Jésus dans son Royaume.

      Pourtant dans les Actes, c’est Jacques qui devient le chef de l’église de Jérusalem. Dans les Actes, Jacques est rempli de sagesse et très respecté par les apôtres. 

      Ce n’était pas le cas dans les Évangiles.

      DANS LE CAS DE JEAN

      Il avait tous les défauts de son frère, Jacques, mais déjà vers la fin des Évangiles on le voit s’affirmer comme un homme spirituel.

      Seul Jean est présent au pied de la croix pour être témoin de la mort de Jésus.

      Alors pourquoi Jésus a-t-il choisi ces 3 hommes qu’aucune agence de recrutement aurait choisi ?

      La réponse est simple. Il a vu leur potentiel. Il a vu ce qu’ils allaient devenir.

      Il voyait non pas Pierre, Jean et Jacques version Évangile mais Pierre, Jean et Jacques version Actes des Apôtres.

      C’est très encourageant pour tous ceux qui se voit comme des nuls spirituels.

      Illus. Pendant notre séjour en Australie nous avons pu déjeuner avec un couple que j’ai lancé dans le ministère en 1980. Quand je l’ai rencontré lui, Il était un sergent dans l’armée de l’air australienne. Il a pris sa retraite de l’armée et il a monté une petite entreprise de réparation de télé. Sa femme était très zélée pour le Seigneur mais lui non. Il était chrétien mais sans grande motivation. Il aimait fumer la pipe et, Chrétien ou pas Chrétien, Il y tenait. Mais ayant fait sa connaissance j’ai tout de suite vu en lui un homme de contact, très sympa qui s’entendait avec tout le monde. Un jour il est venu à la maison pour jouer une partie d’échecs. Il était grippé alors j’ai prié pour lui. Il a été baptisé du Saint Esprit et le feu s’est allumé dans son cœur. Il a balancé la pipe et s’est consacré à l’œuvre de Dieu. Après quelques mois je lui ai demandé de devenir mon pasteur adjoint. Le problème c’était qui s’il était très bon au niveau contact pastoral, Il n’avait aucune capacité pour la prise de parole en public. Alors je lui ai demandé toutes les semaines de préparer un message de 20 minutes et les vendredis après midi tous les deux nous allions à la salle. Il se mettait derrière le pupitre et moi au premier rang et il me prêchait son message. Ensuite on en parlait. Aujourd’hui cet homme exerce un ministère apostolique en Hongrie où il forme des centaines de pasteurs. Il est très respecté dans tout le pays.

      Qui l’aurait cru de ce fumeur de pipe militaire !

      L’APPROCHE DE JESUS

      Pour transformer Pierre, Jean et Jacques et les former en équipe redoutable, Jésus les a fait vivre un certain nombre d’expériences.

      3 fois Jésus a pris à part Pierre, Jean et Jacques.

      La première fois, c’était la résurrection de la fille de Jaïrus Luc 8 :51.

      La deuxième fois, c’était sur la montagne de la transfiguration  Matthieu 17 :1,2

      La troisième fois c’était dans le Jardin de Gethsémané  Matthieu 26 : 36,37

      Ces trois expériences allaient transformer ces 3 hommes

      Comme pour Pierre, Jean et Jacques, Jésus voit notre potentiel.

      Il nous voit version Actes des Apôtres et non version Évangiles.

      POUR NOUS TRANSFORMER

      Alors pour nous transformer en tant que son co-équipier, Il nous fait vivre aussi 3 expériences :

       

      1. Le mont de transfiguration…Il nous laisse entrer dans son intimité

      Rien ne transforme une personne immature, charnelle, en personne spirituelle que des moments d’intimité personnelle avec Jésus dans sa vie privée.

      Nous ne verrons pas Jésus transfiguré comme l’ont vu Pierre, Jacques et Jean. Mais nous pouvons connaître un cœur à cœur avec Jésus tous les jours… le connaître.

      Il vous attend dans votre chambre, dans votre lieu privé. C’est son lieu de rdv, son point rencontre.

      La prière, c’est avant tout, la recherche de communion avec Dieu.

      C’est dans ces moment que tu vas le découvrir tel qu’il est aujourd’hui…Jésus glorifié avec toute autorité et majesté.

      Cela suscitera en toi un cœur d’adorateur.

       

      2. Le jardin de Gethsémané…Il nous fait vivre des expériences qui nous dépassent, où nous sommes submergés

      Vous n’aimez pas être dépassé ?

      Moi non plus, mais c’est indispensable si on veut apprendre à travailler avec Jésus.

      Il ne te laissera pas tout contrôler, maîtriser.

      J’ai reçu le témoignage d’une femme chrétienne très volontaire qui voulait tout analyser, contrôler, rien ni personne n’allait l’arrêter.  Mais les événements de sa vie la submerger : cancer, récidive de cancer, divorce, le mal-être total que rien ne pouvait soulager, le désespoir profond.  MAIS au fond du gouffre, une nuit le poids a été levé, la paix durable est venue dans un instant. Sa vie a complètement changé et elle a apprise à laisser Jésus agir et lui faire confiance.

      Jésus nous met devant ce qui semble impossible pour que nous apprenions à faire équipe avec le Dieu de l’impossible.

      Dépassé, c’est alors que nous sommes capables de faire des erreurs.

      Mais comme pour Pierre, Jacques et Jean, il nous permet de faire des erreurs.

      Un équipier efficace se forme dans le temps et à travers ses erreurs.

      On a le droit à l’erreur mais il faut se limiter aux petites erreurs. Les grosses erreurs font trop de dégâts.

      Illus. Une erreur de jeunesse pastorale que j’ai fait avec la parole de connaissance l’homme dans la réunion. J’ai interpellé un homme : « le Seigneur me montre que tu as un fils qui est devenu rebelle et qui est source d’angoisse pour vous mais si vous le remettez entre les mains de Jésus ce soir il agira dans le cœur de votre fils. » L’homme me regarde et me dit « vous me parlez à moi ? » Oui Monsieur, c’est vous. Je n’ai pas de fils, je ne suis même pas marié. J’étais mal pour lui, j’étais mal pour moi. J’ai du m’excuser. Une chrétienne derrière ce monsieur à essayer de me sortir de mon erreur, moi j’ai un fils, elle a dit.

      J’étais trop sûr de moi. Je manquais de sagesse. A travers mes erreurs j’ai appris l’approche plus douce « Monsieur, avez-vous un fils. ? Non ? Il y a peut-être quelqu’un dans votre vie qui est source d’angoisse pour vous… »

      Jésus n’a pas mis une croix sur moi. Esterman rayé ! Ouf ! Non ce n’était pas le cas.

      Il a été patient avec Pierre, Jacques et Jean qui dormaient plutôt que de veiller avec Jésus.

      Il a été patient avec moi et il m’a appris la sensibilité.

      Dans le jardin de Gethsémané, les disciples ont découvert non pas la gloire de Jésus, mais sa souffrance.

       

      3. La maison de Jaïrus … Il nous fait porter les yeux sur les choses éternelles

      Jésus a fait voir à Pierre, Jacques et Jean sa victoire sur la mort avec la résurrection de la fillette de 12 ans ;

      Avec la maison de Jaïrus, un disciple découvre l’éternité.

      Il les prépare pour un autre monde où la mort n’existera plus où il n’y aura plus de larmes, plus de deuil, plus de douleur de la séparation.

      Jésus est vainqueur et il vaincra le dernier ennemi – la mort, la conséquence directe du pêché.

      PAUL

      Paul est devenu un équiper de Jésus. Il a du être transformer en homme spirituel.

      Il l’a exprimé de cette façon en Philippiens 3 :10,11

      « Afin de connaître Christ (mont de transfiguration) et la puissance de sa résurrection (maison de Jaïrus) et la communion de ses souffrances (Jardin de Gethsémané), en devenant conforme à lui dans sa mort pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. »

      Comprendre l’humiliation et la souffrance que Jésus a subies permet de comprendre sa gloire, de vivre dans la perspective de l’éternité et d’être une personne réellement spirituelle.

      Jésus constitue son équipe avec des personnes qui ont vécu la maison de Jaïrus, le mont de transfiguration et le jardin de Gethsémané.

       

       

       


      Le paralytique et son équipe

    • LE PARALYTIQUE ET SON EQUIPE

      Texte : Marc 2:1-12

      Ce qui est surprenant dans cette histoire n’est pas tellement la guérison du paralytique.

      Il y a eu des miracles plus spectaculaires que celui-ci dans les Evangiles.

      Je pense à la résurrection de Lazare ou encore le possédé du pays des Gadariens.

      Mais ce qui est surprenant c’est le rôle des 4 amis du paralytique.

      Sans l’intervention de ses amis cet homme n’avait aucune chance.

      Si l’homme paralysé n'avait qu'un seul ami dévoué, ce serait aussi impossible.

      Avez-vous vu un malade sur civière porté par un seul homme ?

      Les obstacles étaient insurmontables pour un seul ami… la foule autour de la maison, monter le malade tout seul sur le toit.

      A la limite, même si un ami avait réussi à monter le malade sur le toit comment le déposer tout seul aux pieds de Jésus.  

      Si un seul ami avait tenté l’opération, le malade ne serait plus un paralytique. Il serait un mort.

      Le défi de sauver cet homme allait demander à 4 hommes de faire équipe.

      Et c’est leur travail d'équipe qui a permis à Jésus d’intervenir surnaturellement.

       

      C’est un principe spirituel très important.

      “D’abord le naturel, ensuite vient le spirituel” 1Corinthiens 15:42

      Alors, que devons-nous faire dans le domaine naturel pour permettre à Dieu d'agir surnaturellement ?

       

      CE QU’ONT FAIT LES 4 HOMMES POUR PERMETTRE LE MIRACLE

      Cela s’applique à nos assemblées qui veulent voir l’île de la Réunion sauvé…4 amis qui travaillent ensemble : nord, sud, est, ouest

       

      1. Les 4 amis avaient de la compassion pour leur ami.

      Nous n’avons pas les précisions de comment ils se connaissaient.

      Probablement les 5 étaient du même village.

      Ils ont grandi ensemble, l’école, les jeux, les filles. 5 copains.

      Et le paralytique, est-ce que son handicape était de naissance ?

      C’était souvent le cas. Sinon un accident ou une maladie paralysante.

      Ils étaient solidaires les uns des autres.

      La solidarité montre qu’on est concerné. Si tu n’es pas solidaire de l’autre, jamais tu ne le porteras

      Illus. En Australie ils ont beaucoup développé le rôle de ce qu’ils appellent “une aide-soignante”. Ce n’est pas un terme médical. Il s’agit de quelqu’un qui aide l’autre à faire ce qu’il ne peut pas faire par lui-même. Mon père âgé a une aide-soignante. Elle s’appelle Jenny.  Elle consacre un certain nombre d’heures par semaine pour le conduire à des rendez-vous chez des médecins, faire ses courses.  Elle lui prépare des repas, fait sa lessive. Elle assure le suivi auprès de la famille.

      C’est vrai qu’elle est rémunérée mais si elle n’avait pas de compassion, si elle n’était pas solidaire pour aider mon père et d’autres comme lui, jamais elle ne ferait tout ce qu’elle fait avec dévouement, patience et gentillesse.

       

      2. Les 4 amis avaient la foi.

      Ils croyaient en Jésus, en sa miséricorde, en sa puissance pour guérir.

      Apparemment le paralytique, lui, manquait de foi pour sa guérison.

      C’est souvent plus facile d’avoir la foi pour quelqu’un d’autre que pour soi-même.

      Jésus, voyant LEUR foi, a fait sa déclaration au malade.

       

      Faire équipe avec d’autres pour servir Dieu demande la complicité dans la foi. 

      Tu n’iras pas loin avec quelqu’un qui manque de foi.

      Imaginez si un des 4 disait ce n’est pas possible, on ne va pas y arriver, c’est perdu d'avance.

      Qu’est-ce qu’on peut faire avec quelqu’un qui parle comme de cette façon ?

      Moi, je peux seulement faire équipe pour Dieu avec quelqu’un qui croit à l’intervention de Dieu et à l’aide de Dieu pour réussir.

       

      3. Les 4 amis avaient le même objectif.

      On ne discutait pas l’objectif.  Il était clair pour tous les 4.

      Une équipe se constitue autour d’un objectif.

      Illus. L’entraîneur de l’équipe de France de foot réunit une équipe de joueurs non pas pour s’amuser mais avec un objectif clair… gagner des matchs, gagner la coupe du monde. Un joueur qui ne partage pas cet objectif n’a pas sa place dans cette équipe. Si un disait, ce qui m’intéresse c’est de toucher ma paie… il faut l’exclure tout de suite.

      Les 4 amis étaient unis par un seul et unique objectif… amener leur ami devant Jésus.

       

      4. Les 4 amis se sont montrés déterminés de surmonter tous les obstacles

      … la foule devant la porte qui faisait barrière ou la toiture de la maison qui faisait barrière.

      Ils ont trouvé des solutions. Ils ont tout surmonté.

      Quand tu écoutes certaines personnes négatives, ils devraient écrire un livre sur “les 10 raisons pourquoi ce n’est pas possible”.

      Parce que 4 hommes ont décidé de faire équipe pour leur ami, le paralytique, Il a été pardonné de ses péchés et guéri de sa paralysie.

       

      Si nous faisons équipes, nous aussi, nous allons pouvoir porter des gens à Jésus et voir le salut de leur âme et leur vie sur terre transformée.

       
    • PAUL ET LE TRAVAIL EN EQUIPE

      Texte : 1Corinthiens 3 :1-9

      Quand nous parlons d’un travail en équipe je constate que pas tout le monde a eu l’occasion d'apprendre.

      Dans la vie, le travail d’équipe se limite surtout au monde professionnel, sportif ou musical. 

      Pour produire une symphonie, quel travail d’équipe !

      C'est le conducteur qui a le rôle d’assurer que chacun joue dans la perspective d’une parfaite harmonie avec les autres instruments.

      Illus. A l’école, je faisais partie de l’orchestre. Le conducteur était un homme très sympa sauf qu’il s’énervait quand un jouait sans écouter les autres. Il nous appelait l’équivalent de « tête de bourrique » quand on jouait, déconnecté des autres.

      Il disait qu’on jouait dans une cabine téléphonique.

       

      1Corinthiens 3:5-9 Paul nous parle de travailler en équipe pour Dieu.

       Paul est bien dans sa peau dans le ministère.

      Il n'est pas sur la défensive, il n'est pas en compétition avec d’autres ministères comme Apollos.

      Apollos était au même niveau que Paul dans sa connaissance de l'Ancien Testament et dans sa prédication, il était peut-être plus éloquent que Paul.

      Mais Paul était loin devant Apollos dans la revelation du message de la grace et dans la dimension de la puissance de Dieu.

      Les Chrétiens à Corinthe vivaient des dons spirituels tres puissants mais ils etaient charnels, immatures.

      Ils se disputaient entre eux et ils avaient même des comportements indignes de Chrétiens.

      Les Chrétiens se polarisaient autour d'un ministere plutot qu'un autre. 1Corinthiens 1 :12

      Certains étaient pour Paul... "C'est lui qui nous a engendré. Nous sommes ses enfants légitimes "

      Certains étaient pour Apollos..."On aime beaucoup ses prédications"

      Certains étaient pour Pierre (Cephas)... "Il a connu le Seigneur personnellement et a marché avec lui pendant 3 ans"

      Certains, les plus orgueilleux, disaient..." Nous ne suivons pas les hommes, nous sommes de Christ."

       

      Paul n'a pas repondu a ceux qui se rebellaient contre les ministères en se réclamant uniquement de Christ.

      Il n'a pas répondu a ceux qui voulaient suivre Pierre.

      Pierre avait un ministère auprès des juifs quand Paul était appelé auprès des païens grec, dont les Corinthiens.

       

      Paul a voulu surtout parler de sa collaboration avec Apollos.

      Il a dit, « Apollos et moi, nous faisons partie de la même équipe. »

      Nous ne sommes pas en compétition mais nous sommes ensemble dans la même mission, de voir l’œuvre de Dieu progresser parmi les païens

      Dans cette équipe, Paul a dit qu’Apollos avait un rôle précis.

      C'est lui qui devait arroser la graine spirituelle que Paul avait semée. Paul le semeur, Apollos l’arroseur.

      Paul dit, « je dois passer en premier et Apollos doit me suivre et travailler avec moi. »

      Et quand nous faisons équipe pour l'Evangile, Dieu fait équipe avec nous. C'est lui qui fait croître.

       

      Paul explique comment ça marche

      2Corinthiens 6 :1 « Puisque nous travaillons avec Dieu… »

      Nous fournissons un travail et Dieu fournit un travail…une collaboration divine

      Dieu, qui a donné la graine à Paul pour semer, a voulu passer en dernier après le travail de Paul et d'Apollos.

      Après la semence, après l'arrosage, Dieu entre en scène et produit la croissance.

      Si Paul disait, je n'ai pas besoin d'Apollos, que deviendrait la graine qu'il avait semé ?

      Mais si Apollos disait, je n'ai pas besoin de Paul, il arrose avec son ministere un champ qui n'a pas été seme.

      Et Dieu, que peut-il faire d'un champ qui n'a pas été semé ou arrosé ?

       

      1Corinthiens 16:12

      Paul a tout fait pour qu'Apollos aille à Corinthe.

      Il n'y avait aucune rivalité, seulement le désir de voir l'oeuvre de Dieu avancer.

      Il avait vraiment le désir d'honorer Apollos dans son ministère alors il dit à Tite de subvenir à tous ses besoins, qu'il ne manque de rien.

      Illus. J’ai vécu une expérience similaire auprès des tsiganes de Bordeaux. Après avoir conduit une mission à Bordeaux que Dieu a puissamment béni la mission, les Chrétiens ont amené, mon épouse et moi, sur le grand marché où beaucoup d’entre eux avaient des stands. Nous avons été arrosés de cadeaux de tous genres.  Les pasteurs tsiganes ont tout fait pour nous bénir.

       

      LA CONCLUSION DE PAUL

      Sa conclusion : 1Corinthiens 1 :9 Nous sommes ouvriers avec Dieu

      « Nous » c’était Paul, Apollos mais aussi tous les chrétiens de Corinthe qui voulaient travailler avec eux, ensemble, avec Dieu.

      Travailler le « nous », c'est un vrai défi dans une église.

      Nous sommes tous différents au niveau de nos tempéraments, nos parcours, nos expériences, nos capacités, nos sensibilités.

      Tant de choses qui peuvent agir contre le « nous. »

      Mais qu’est-ce qui nous permet de surmonter toutes ces différences pour former une vraie équipe pour Dieu ?...

      L'humilité...l'absence de toute ambition personnelle

      Aimer avant tout, Dieu et aimait l’œuvre de Dieu.

      Avoir besoin de l'autre...nous ne pouvons pas le faire seul.

      Alors, nous disons : Non à l’Indépendence OUI à l'interdépendance !

      C’est montrer une réelle capacité d'un travail en équipe...pas de cowboy solitaire qui veut se produire ou qui veut tirer les autres dans son sens.

      illus Notre mission à Madagascar et Mayotte était un parfait exemple de ce travail d’équipe. J’étais l’orateur des réunions, un jeune pasteur malgache qui m’accompagnait était mon interprète et les billets d’avions étaient payées par un partenaire en Australie. Le jeune pasteur malgache était là pour traduire mais j’ai profité de l’occasion pour lui demander de conduire une des sessions d’un séminaire pour pasteurs. Ce jour-là, à l’étonnement de tous les pasteurs ainées, connus dans tout le pays, ce jeune à prêcher la Parole de Dieu avec force et sagesse.

      Illus. Mon ami pasteur, Antoine du Nord de la France, et moi nous avons fait de nombreux voyages ensembles dans le cadre du ministère : Angleterre, Australie, Pays-Bas,  Belgique Pologne,  Argentine.

      Ensemble nous avons lancé deux mouvements d’églises en France. Pourtant nous sommes très différents l’un de l’autre.

      Mais nous vivons Philippiens 2 :2-5. L’humilité, ne mettant jamais ses propres intérêts au-dessus de l’autre.

      Aujourd'hui je me réjouis des coéquipiers que Dieu a réunis dans notre mouvement d’églises naissantes à l’île de la Réunion.

      Les photos publiées sur Facebook témoignent de la joie de servir Dieu ensemble et de faire équipe pour le Royaume de Dieu sur l’île.

       

      Nous travaillons avec Dieu ensemble.

      Est-ce que cela vous tente de venir vivre cette aventure avec nous ?

       


      L'assemblage d'une équipe

    • L'ASSEMBLAGE D'UNE EQUIPE

      Texte : Ephésiens 4 :16

      « C’est de Lui (Jésus) et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties et s’édifie lui-même dans   l’amour. » (Voir aussi version Semeur).

      Quel est mon mot préféré pour décrire notre collectif chrétien ?

      Eglise - connotation bâtiment ou institution

      Communauté – appartenance

      Assemblée – le fonctionnement

      Une église est une assemblée d’hommes et de femmes rassemblés et ensuite assemblés…l’assemblage

      Illus Comme les meubles d’un grand magasin suédois. Quand tu achètes un meuble tu repars avec un carton rempli beaucoup de pièces. Il faut d’abord identifier chaque pièce et commencer à les assembler et le faire correctement pour qu’au bout il y a le meuble que tu voulais.

       

      Paul utilise le mot « assemblage » pour parler de l’église.

      « C’est de Lui et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonnée et formant un solide assemblage… »

      « L’assemblage » c’est comment nous lions les pièces les unes aux autres.

      C’est la formation d’une équipe.

      C’est le lien qui existe entre chaque pièce.

       

      Paul parle de l’assemblage et les liens qui doivent exister entre chrétiens dans une communauté pour former le corps de Christ dans Colossiens 2 :19

      Parlant du « chef » de l’église, Jésus,

      « dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne. »

      Ce sont les liens qui permettent aux pièces de fonctionner ensemble.

      Illus. La direction d’une voiture consiste de quoi ? Un volant et des roues. Mais entres les deux qu’y a-t-il ? Des liens de l’assemblage.

       

      Paul continue à parler des liens entre chrétiens

      Ephésiens 4 :2,3

      « en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. »

      Ici c’est le lien de la paix qui permet de préserver l’unité de l’esprit.

      Le lien de la paix, c’est l’humilité, la douceur, la patience qui nous permettent de nous supporter les uns les autres avec amour.

      Tout est là, au niveau des liens.

      C’est l’église parfaite. Elle existe. Elle est là ! Paul le dit.

      Colossiens 3 :14

      « Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de l’amour qui est le lien de la perfection. »

      Ce lien nous permet de fonctionner ensemble, de faire équipe ensemble pour Jésus.

      Illus A la maison nous avons un problème de connexion wifi. Le lien est faible et quand on veut aller sur un site nous avons un message. « Pas de réponse cette page n’est pas disponible ». Il faut actualiser le lien. Ou « l’internet n’est pas connecté ».

      Le signal doit être fort pour que l’ordinateur et la box puissent fonctionner ensemble. Mais quand le lien du wifi est faible on ne peut plus se parler.

       

      LES COMPAGNONS D’ŒUVRE DE L’APOTRE PAUL

      Paul avait de nombreux co-équipiers.

      Quelqu’un les a tous comptés. Ils sont arrivés au chiffre de 43 mentionnés dans les Actes des Apôtres et les épîtres.

      Ils ont voyagé ensemble, travailler ensemble manuellement, ils ont prêché ensemble, ils étaient ensemble en prison, Paul les envoyaient en mission.

      Paul parle souvent de leur travail pour faire connaître l’Evangile et s’occuper de l’église

      MAIS de temps en temps il glisse un mot, une phrase qui révèle le lien qui existé avec ses co-équipiers.

      Nous allons prendre quelques exemples :

      Timothée 

      1Corinthiens 4 :17

      « Pour cela je vous envoie Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur, »

      Le lien qui existait entre Paul et Timothée était celui de l’amour d’un père pour son fils, fidèle à son père. C’est très fort.

      Deux fois dans 1Timothée1 :2,18 Paul appelle Timothée « mon enfant »  et dans 2Timothée1 :2  « mon enfant bien-aimé ».

      Assez souvent on me demande d’être un père spirituel pour quelqu’un.

      A une certaine époque cela me mettait mal à l’aise parce que sur le coup cela fait chaud au cœur mais après, il peut y avoir des déceptions. Surtout quand c’était qu’un de plus âgé !

      MAIS la réalité c’est dans des équipes il peut y avoir une vraie relation père – fils spirituel même avec des personnes qui ne se sont pas convertis à Christ avec ce ministère.

      C’était le cas de Timothée. Il a grandi auprès d’une mère et d’une grand-mère chrétienne.

       

      Silas (Silvain dans les épîtres)

      Actes 15 :40 « Paul fit choix de Silas et partit, recommandé par les frères à la grâce de Dieu »

      Dieu fait son choix mais le ministère doit faire son choix également.

      Actes 16 :25 C’est avec Silas que Paul s’est retrouvé en prison à Philippe et

      « vers minuit ils priaient et chantaient les louanges de Dieu… »

      On n’oublie jamais les gens avec qui on a vécu des expériences fortes dans le service pour Jésus.

      Sur le coup on ne se rend pas compte mais après le lien est là « on a fait la guerre ensemble ».

       

      Epaphras 

      Paul l’appelle son « bien-aimé compagnon de service » Colossiens 1 :7 ;

      Colossiens 4 :12 Paul rend témoignage de la consécration d’Epaphras dans la prière pour les chrétiens de Colossae, et de deux autres villes. « Celui-là c’est un bon ! »

      Luc 

      Paul l’appelle « le médecin bien-aimé » Colossiens 4 :14 

      C’est un lien affectif fort aussi. Est-ce que vous appelez votre médecin traitant « mon médecin bien-aimé » Si oui, il ne va pas comprendre et il vous enverra tout de suite aux urgences !  

      Dans 2Timothée 4 :11 Paul dit « Luc seul est avec moi » Tous les autres sont parti. Mais Luc n’est pas comme les autres. Il est toujours là.

       

      Tychique  

      Pour Paul il est « le bien-aimé frère et fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur ».  Colossiens 4 :7 ;

       

      Epaphrodite   

      Il est « mon compagnon d’œuvre et de combat » Philippiens 2 :25 et au verset v26-28 Paul parle du lien du cœur d’Epaphrodite pour les Philippiens et le lien de Paul pour lui

      « Car il désirait vous voir tous et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie. Il a été malade en effet et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui et non seulement de lui mais aussi de moi afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.  Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement afin que vous vous réjouissiez de le voir et que je sois moi-même moins triste »

      Dans les équipes il faut du cœur, de l’affection.

      On n’est pas des collègues. On n’est pas des confrères. On est des compagnons d’oeuvre bien-aimés !

       

      Alors, pour résumer l’assemblage d’une église qui est une équipe pour Dieu :  

      Au départ c’est Dieu qui réunit les équipiers

      Mais, il y a aussi un choix des équipiers par les ministères

      Le respect, la consécration à l’œuvre, la loyauté les uns aux autres et pardessus tout, c’est l’amour !

      C’est à quoi j’aspire.

      Illus C’est l’équipe que Denise et moi formons pour Dieu depuis plus de 40 ans

      Mais au-delà du lien du mariage, cet assemblage est l’équipe que nous pouvons vivre à la Réunion au sein de nos assemblées.