• LES TEMPS DE NOÉ ET DE LOT Luc 17 : 26-30 -

    Ile de la Réunion - Espace Foi Sans Frontières Ouest - C’était ce jeudi à Saint-Paul, réunis autour d’une nouvelle parabole LES TEMPS DE NOÉ ET DE LOT Luc 17 : 26-30 - (et d’un bon repas !) Quelle joie de retrouver Sidney et Morgan, et d’accueillir Audrey pour le dîner .

     

     

     

    Noé et Lot n’étaient pas des contemporains.

    Noé apparaît dans Genèse 6 et Lot dans Genèse 12. Lot est le neveu d’Abraham.

     

     

    Jésus rapproche les deux histoires à cause du jugement de Dieu qui est tombé sur les pécheurs de leurs générations respectives.

    Dans le cas de Noé, tous les habitants de la terre ont péri sauf 8 personnes : Noé, sa femme, leurs 3 fils et leurs femmes. Le jugement est tombé par l’eau.

     

    Dans le cas de Lot, à part Lot lui-même et ses deux filles, il n’y a eu aucun survivant des villes de Sodome et Gomorrhe. Même la femme de Lot a péri en regardant en arrière la destruction des villes. Le jugement est tombé par le feu.

     

    Jésus utilise ces deux événements pour prédire ce qui va se passer à son retour sur la terre, son avènement.  Etant donné que Jésus utilise une comparaison, nous pouvons inclure ce passage dans les paraboles de Jésus. C’est une parabole historique.

     

     

    QUELS SONT LES FAITS REPROCHÉS A CES POPULATIONS ?

     

    Ce qui manque à cette parabole, cette comparaison, ce sont les faits pour lesquels les populations ont été jugées.

     

    Dans le cas de Noé, Genèse 6 :5 nous dit : « L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. »

    Nous n’avons pas beaucoup de détails sur ce qui se passait sur la terre à l’époque.

    Et ce qui précède dans le texte nous laisse sans réelle explication : des fils de Dieu qui couchent avec des femmes, des géants qui sont des héros dans l’antiquité.

    Il y a quand même une notion de perversion sexuelle.

     

    Dans le cas de Lot, c’est plus clair.

    Genèse 13 :13 « Les gens de Sodome étaient méchants et de grands pêcheurs contre l’Eternel. »

    Genèse 18 :20 « Et l’Eternel dit : Le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru et leur pêché est énorme. »

    Dans Genèse 19, Sodome est présentée comme une ville où toute la population se comporte en prédateurs sexuels « depuis les enfants jusqu’aux vieillards » v4

    Jude 7 nous dit que les gens de Sodome et Gomorrhe se livraient aux « vices contre nature »,

    « Contre nature » est une expression que Paul explique dans Romains 1 :26,27 :

    « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la

    femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. »

     

     

    LA RAISON DE CES PARALLES

     

    Dans la parabole historique de Jésus, il n’y a aucune mention de la méchanceté, ni des gens au temps de Noé, ni des gens des villes de Sodome et Gomorrhe.

     

    Regardons ce que Jésus fait ressortir :

    Du temps de Noé, les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants. C’est le cours normal de la vie.

    Du temps de Lot, c’est encore plus normal. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient.

    Curieusement, au temps de Lot, ils ne se mariaient pas trop.

    Dans les deux cas, ils n’ont pas péri parce qu’ils mangeaient, buvaient, se mariaient, achetaient, vendaient, plantaient et bâtissaient.

     Ils étaient, à leurs yeux, en train de vivre tout à fait normalement. Ils ne soupçonnaient pas du tout ce qui se préparait. Ils n’avaient aucun recul critique par rapport à leur comportement. Leur immoralité, leur décadence, leur obsession sexuelle étaient normales.

    Ils ne pouvaient pas imaginer un instant que ce qu’ils appelaient « bien », Dieu l’appelait : « leur pêché est énorme ». Ils se croyaient justes, en rien condamnables.

    L’idée d’une catastrophe naturelle qui allait les rayer de la carte était impensable.

     

    Et c’est cela que Jésus veut faire ressortir dans cette parabole historique.

    La population vit par habitude dans le péché sans se douter un instant du jugement qui se prépare.

     

    Récemment un ami proche a fêté ses 70 ans. Sa femme, ses 7 enfants, son église et tous les pasteurs avec lesquels il travaille ont préparé une fête surprise. Pendant des semaines, derrière son dos, il y a eu une mobilisation générale, mais pas un mot à mon ami. Il n’imaginait pas ce qui allait lui tomber dessus ! Le jour de son anniversaire est passé sans grandes festivités. Mais le samedi suivant tout a éclaté. On lui demande de se rendre à la salle de l’église sous un faux prétexte, il s’y rend, sans rien soupçonner, et quand il ouvre la porte ce sont de grands cris joyeux. Il était sous le choc. Pendant des semaines, sa vie s’était écoulée normalement. Mon ami « mangeait, buvait, se mariait, achetait, vendait, plantait, bâtissait » sans le moindre soupçon. Mais le samedi, il a découvert ce qui s’était préparé incognito !

     

    Alors, il faut se poser la question : que se prépare-t-il en ce moment, sans que nous nous en doutions ?

    En réalité, nous le savons à cause des prédictions de Jésus.

    Mais ceux qui ne lisent pas la parole de Dieu ne peuvent même pas l’imaginer.

    Et ils font n’importe quoi…

    Comme cette entreprise de crèmes glacées au Canada, créé en 2015, et qui se propage partout aux Etats-Unis. L’entreprise appelle ses glaces « Doux Jésus ». C’est pour faire sourire. Mais il n’y a là rien de chrétien. Le « s » dans le nom de Jésus reprend la forme du « s » des SS Nazis. Et sur leurs glaces ils dessinent des croix à l’envers. Leur pub : « bénis ta bouche avec un Doux Jésus ».

    Jésus, lui, ne dit rien. Eux ne soupçonnent rien. Ils font du fric.  Mais dans l’invisible, la sanction se prépare.

    Car se moquer de Dieu sans s’en rendre compte ne restera pas sans conséquence.

     

    La suite de la parabole historique est intéressante.

     

    Luc 17 :31-37 :

    « 2 personnes dans un même lit, 2 femmes qui moudront ensemble, 2 hommes dans un champ ».

    Dans ce passage la même phrase est martelée :

    V34 « l’une sera prise et l’autre laissée ». (Je m’inquiète lorsque je vois que mon épouse n’est plus dans le lit et que moi j’y suis toujours !)

    V35 « l’une sera prise et l’autre laissée »

    V36 « l’un sera pris et l’autre laissé »

     

    La leçon à tirer de cette parabole historique :  il faut tout faire maintenant - les bons choix, les bonnes priorités - afin qu’au retour de Jésus, tu sois celui qui sera pris et non celui qui sera laissé !

     

    Par cette parabole, Jésus nous appelle à nous préparer pour échapper à un jugement qui se prépare sans que le monde s’en doute.

     

    « Comment ne plus vivre avec es regrets »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :