• PARABOLE LE ROYAUME DES PETITS ENFANTS

    PARABOLE LE ROYAUME DES PETITS ENFANTSGLISE ESPACE FOI SANS FRONTIERES 06 92 79 70 26

    ETUDE BIBLIQUE DU JEUDI A SAINT PAUL

    LE ROYAUME DES PETITS ENFANTS

    Texte :  Matthieu 18 :2-4

     

     

    Matthieu 19 :14 apporte une touche intéressante à cette parabole des petits enfants.

    « Et Jésus dit :  Laissez les petits enfants et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. »

     

    Comment est-ce, « ressembler » à un petit enfant ?

    Le mot traduit par « ressembler » ne parle pas du comportement d’un petit enfant mais de sa nature, une nature « petite enfance »

    Pour entrer dans le royaume de Dieu, il faut être de la même nature qu’un petit enfant.

     

    LA PETITE ENFANCE

     

    Certains disent que la petite enfance est la tranche d’âge de la naissance à 3 ans. Mais d’autres disent, c’est la tranche 0 - 6 ans, comprenant le nourrisson et la jeune enfance.

    La petite enfance, c’est le début d’une vie dans un monde inconnu.

    Dieu a donné à l’enfant la curiosité avec laquelle il va explorer ce monde nouveau.

    Ce qui marque cette période de la vie, c’est L’ÉVEIL. La petite enfance s’éveille au monde qui l’entoure.

     

    Son éveil se fait sur plusieurs plans :

     Le jeune être humain découvre ses émotions, sa capacité de raisonner, ce qu’il peut faire avec ses mains.

    Il s’éveille aux sons : au langage, à la musique.

    Il s’éveille aux couleurs et à la nature. Il s’éveille sur le plan relationnel et social. Dans ce monde, il y a « les autres », beaucoup d’autres, tous différents.

     

    Pour accompagner son développement, les éducateurs proposent au petit enfant des jeux créés spécifiquement pour chaque âge.

     

    Tel que le jeu d’imitation : cuisiner, nourrir sa poupée, passer le balai, jardiner.

    Dès son plus jeune âge, l’enfant prend plaisir à reproduire toutes les scènes qu’il observe dans son quotidien.

     

    Il y a également le jeu de construction : développer la coordination entre l’œil et la main avec des formes et des couleurs. Il apprend à évaluer, à associer, à saisir l’ordre des choses.

     

    LE ROYAUME DE DIEU

     

    Jésus dit que pour entrer dans le royaume de Dieu, l’adulte doit devenir comme un petit enfant qui découvre un monde nouveau. Il faut qu’il désire être éveillé et comme le petit enfant, devienne explorateur d’un monde qu’il découvre.

     

    En effet, le royaume de Dieu est une merveille à découvrir.

    Un échantillon nous est offert par la description du Ciel et de la ville céleste dans Apocalypse 21 :18-27 

    Il est difficile d’imaginer cet extraordinaire panorama, pourtant le texte nous donne des détails très précis.

     

     Le petit enfant a soif de tout apprendre, tout découvrir, tout comprendre...

     

    Il y a la découverte de la gloire du trône de Dieu.  Apocalypse 19 :1-6

    La découverte de la profondeur de son amour. Ephésiens 3 :17-19

    La découverte de la largeur de sa miséricorde. Romains 11 :32-36

    La découverte de sa sagesse, quand et comment Dieu agit, son timing

    La découverte de la prière, de l’adoration et de la communion avec Dieu

    La découverte de la joie de sa présence  

    La découverte de sa direction dans nos vies

    La découverte de notre héritage éternel en Christ

     

    Seul le petit enfant va vouloir tout découvrir du royaume de Dieu.

    Un exemple de l’état d’esprit d’un « petit enfant » : les pèlerins grecs qui voulaient absolument rencontrer Jésus.

    Jean 12 :20, 21 « Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, s’adressèrent à Philippe de Bethsaïda en Galilée et lui dire avec instance : Seigneur, nous voudrions voir Jésus. »

    Ils manifestent de l’humilité…ils appellent Philippe « Seigneur »

    De l’enthousiasme… « avec instance »

    L’esprit explorateur… « nous voulons voir »

     

     

    CELUI QUI N’EST PAS DEVENU COMME UN PETIT ENFANT

     

    Celui qui se retrouve sur le seuil du royaume de Dieu sans être comme un petit enfant n’aura aucun réel désir de le découvrir.

    Il restera à l’extérieur.

    Il ne sera pas éveillé aux merveilles de Dieu.

    Il ne comprend pas son importance.

    Ce qu’il entend ne sont que des mots pour lui.

    Il n’y a pas d’écho en lui, pas de répondant.

     

    Durant les 21 ans vécus en France métropolitaine, on m’a souvent dit : « Ce que j’aimerais aller vivre en Australie ! » Ces personnes ont vu des reportages, des photos, elles ont entendu les témoignages de ceux qui sont partis là-bas, elles ont lu des articles.

     

    Et cela les a éveillées aux grands espaces, aux opportunités professionnelles, au soleil, aux plages, à la décontraction, aux barbecues, à la mentalité ouverte des Australiens.

    Mais d’autres m’ont dit : « Ah non, pas l’Australie : trop isolée, trop d’araignées et de serpents venimeux, les crocodiles et les requins, trop loin de la famille, trop chaud… »

     

    Ces dernières n’ont jamais fait le voyage pour vivre l’expérience par elles-mêmes.

     

    LES MARQUES D’UN PETIT ENFANT

     

    La personne qui est redevenue comme un petit enfant aura les qualités d’un petit enfant :

     

    Une grande capacité à faire confiance : je ne dois pas chercher à tout contrôler…

     

    L’enthousiasme : j’aime Dieu, j’aime la vie, j’aime les gens…

     

    La simplicité : je suis quelqu’un de sérieux qui ne se prend pas au sérieux…

     

    La spontanéité : je réfléchi mais sans être calculateur, ni manipulateur …

     

    L’humilité : je ne me préoccupe pas de mon égo, je ne cherche aucune place, je n’ai pas d’ambition personnelle

     

    Je suis un petit enfant fait pour le Royaume de Dieu.

     

    Je loue Dieu avec les paroles de Jésus :

    Luc 10 :21 « Je te loue Père, Seigneur du ciel et de la terre de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi. »

     

    Une fillette de 10 ans est venue avec ses parents au culte. Tous les dimanches, cette enfant venait me faire un grand câlin. Un dimanche, alors qu’elle en faisait un peu trop, je lui ai dit « un câlin par dimanche ça suffit ». Mais ensuite, j’ai bien vu qu’elle ne venait plus vers moi. Elle n’osait plus. Et je me suis senti intérieurement repris. J’empêchais cette enfant d’être un petit enfant dans son enthousiasme et sa spontanéité. Je suis allé la chercher : « Il est où mon câlin ? » Et très vite, la confiance est revenue.

     

    La petite enfance est fragile. Nous l’avons tous vécue mais facilement nous pouvons la perdre. Si nous voulons aller au Ciel il faut impérativement la retrouver.

    « PORTES OUVERTES 21 JUILLET »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :