• Pascale 2018

     Les communautés Espace Foi Sans Frontières

      C’est leur histoire :  PASCALE    

    L’AMOUR EN HERITAGE

    Pascale est née à Saint-Denis, c’est la cadette d’une fratrie de quatre. Elevée dans le respect de la famille et de l’autre. Elle reçoit un héritage de ses parents et grand parents (le grand père paternel était  maire de Saint André au début du siècle ) ils sont soucieux de donner non  seulement beaucoup d’affection, d’amour, mais aussi cet  héritage culturel et intellectuel auquel la famille est très attaché et qui se perpétue de génération en génération.

    PROMENADE DES ANGLAIS 

    Pascale sera très marquée par son papa, un personnage haut en couleurs, une forte personnalité, l’un des premiers administrateurs créoles à la  réunion de la DDA. C’est un  scientifique, chef chimiste agronome et tous les 5 ans sa profession le conduit  avec la petite famille en métropole qui s’y établit pour une année … Et dans une bien belle région, la Côte d’ Azur. Pascale gardera un amour immense pour cette région qui n’a plus de secrets pour elle . L’odeur des champs de lavande, celui des marchés de Provence, le chant des cigales  resteront gravés en elle à jamais. Elle  habitera Nice, flânera sur la promenade des Anglais, sera fascinée par la baie des anges et l’arrière-pays niçois tellement typique,  passera  son bac  dans cette ville magnifique baignée de soleil et  y étudiera  la biologie.

     DES PARENTS MODELES  

    Elle a beaucoup d’affinités intellectuelles avec  son papa, son modèle et avec maman, on jardine, on cuisine, on tricote, on brode  elle veut apprendre, encore apprendre des  deux   … C’est une touche à tout, mais avec un  net penchant  pour la littérature.   

    C’est une jeune fille qui évolue dans un milieu aisé et très aimant,  introvertie, sensible, mais en souffrance … Elle rêve de fonder une famille  à l’image de la sienne. Elle est tellement  admiratives de ses parents. Elle  a une  réelle sensibilité spirituelle et fréquente l’église catholique, fait des neuvaines (prières de 9 jours) en cachette, reçoit des réponses, et ce   malgré les moqueries. Elle se souvient vers l’âge de  8/ 9 ans avoir pleuré en regardant le tabernacle et dire : Dieu je t’aime.

    Elle décroche un premier job dans un laboratoire -  au programme physique, chimie, bactériologie – (tout comme papa). Mais on lui décèle une allergie à l’ammoniaque. Elle doit  changer de voie et devient contrôleur en qualité alimentaire et industrielle, constamment sur le terrain, faisant appliquer les normes françaises et européennes. Elle exercera ce métier jusqu’à la retraite en 2003

    RIRES ET CHANSONS

    C’est à  St Denis a un concert de  Georges Moustaki en 1972 qu’elle encontre Jean –Louis   elle a 20 ans. C’est  un beau militaire. Il est dans l’armée de terre, mince, grand, magnifique. Coup de foudre réciproque par le rire !  Et ce sera des va et viens  entre les deux jeunes gens pendant 5 ans -  des écris – des silences, des écris et de nouveau des silences !!! Finalement il revient  et c’est le mariage en 1977. La vie semblait  alors un long fleuve tranquille …  Dieu était réellement présent pour Pascale et Jean-Louis satisfait de voir sa femme heureuse et rayonnante.

    SEISME

    Naitront 3 enfants, et tout va  très bien  jusqu’en 1980, la maman de Pascale s’éteint. C’est un séisme. Elle est emportée par un cancer foudroyant. Pascale porte tout avec son mari,     dont les enfants en bas âge ! Epuisement, dépression,  perturbations c’est du cahin-caha.  Tout est chaotique et bancal ! Elle n’arrive plus à prier sa vie spirituelle en prend un coup !

    UN PETIT TOUR CHEZ LE COIFFEUR ?

     Pour les dames il suffit parfois d’un petit tour chez le coiffeur  et le moral remonte d‘un cran ! C’est bien connu. Il se trouve que Pascale a un ami coiffeur, avec lequel elle  aime parler art et spiritualité. Ca ne va pas fort et elle décide d’aller lui dire bonjour et entre couleur, shampoing et brushing, s’en ouvre à lui, lui parle de son mal être, de sa vie de prière en chute libre.

    « Une dame dans le salon  peut  peut-être t’aider,  à  retrouver Dieu » lui dit-il  « c’est la première fois qu’elle vient ici, et son mari est pasteur … »  On l’apprendra plus tard , une amie de  la dame en question ,  la veille, avait reçu une vision pour elle, comme quoi Dieu allait l’utiliser -  « Cette dame m’attendait dira Pascale »  ! 

     Et entre elle deux ça fonctionne,  elles s’octroient quelques  rendez-vous ! Elles se voient, puis se revoient, et  Pascale participera à  des réunions  chez le coiffeur et son épouse et intègrera une église  dans  l’ouest – Elle recommence à prier, retrouve Dieu

    UNE PORTE S’OUVRE,  DERRIERE …  UNE VIE NOUVELLE   

    Lors  d’un culte en 2014 elle donne sa vie à Jésus. A l’instant même, elle est convaincue d’avoir trouvé une porte et que derrière cette porte il y a une nouvelle vie que seule la bible donne . C’est comme lorsqu’après un long voyage, on arrive à la maison  et ouf on pose ses .   Quel moment ! Que de  paix, de  joie, de  sourire …. « J’avais enfin trouvé la  lumière,  par laquelle Jésus éclaire une personne , cette réelle  lumière que je cherchais depuis si longtemps …  Au travers même de mes aquarelles (ma passion) je cherchais cette lumière. Je me souviens qu’à l’époque d’intense dépression, je dessinais la nuit, je peignais le jour  mettant des couleurs, beaucoup de couleurs et cherchant à ce qu’une lumière viennent s’installer sur la toile »  … « Jésus a mis de la couleur dans ma vie. Le puzzle s’est mis en place, tout y est »

    Et en juillet 2014 , c’est le baptême, dans le lagon. Aussitôt après, quelques tracasseries  interviennent de la part de certains membres de la famille : incompréhension totale . Pascale explique. C’est plus clair pour tout le monde. Tout rentre dans l’ordre. Son choix sera respecté.

    VA Y … FAIT UN ESSAI 

     L’église qu’elle fréquente rencontre des problèmes et elle  ferme -  Pascale est désorientée – que faire et ou aller ?  Elle commence à papillonner et d’aller d’église en église, elle visite, observe,  compare, mais à  chaque fois  le même sentiment, « je n’ai pas envie de m’y poser ».  Une dame enfin lui propose d’aller un dimanche découvrir Espace Foi Sans Frontières,  « c’est dans l’ouest à l’Ermitage … » Va y lui – dit-elle  « fait un essai et tu verras …. »  Pourquoi pas !

    Et un dimanche elle arrive !  Elle est tellement bien accueillie, c’était tellement joyeux et chaleureux cet accueil, dit -elle qu’elle se sent aussitôt à l’aise et  respectée. Elle est agréablement surprise aussi d’y rencontrer  la dame dont elle suivait les photos sur FB  ….Aussitôt elle remarque que  les gens s’appellent par leur prénom, il y a des hommes, des femmes, des familles,  des enfants et là encore il y a de la couleurs, toutes les couleurs, et une belle lumière  … C’est donc ouvert à tous pense-t-elle ! Quant à la prédication elle est transportée, c’est de qualité, clair, concis, profondeur et humour  réunis  !  « Je rends grâce pour  cette église ! »

    J’Y SUIS J’Y RESTE !

    Mari et enfants comprennent ses choix et les respectent -   C’est un grand plus, et à l’unanimité ils reconnaissent les changements en Pascale dans sa vie, les attitudes, le comportement, la santé qui s’améliore. Ses enfants et petits -enfants sont son plus grand bonheur -  Elle a soif de la parole de Dieu, étudie sans cesse, et trouve des  réponses à plein de questions « Oui j’ai trouvé mon église, et j’y suis, j’y reste ! »

    MERCI SAINT-ESPRIT

    Et de conclure « la notion d’harmonie dans la vie en général et d’équilibre - corps âme esprit-   a toujours été et reste très importante à mes yeux, bien que ce soit du boulot pour y arriver !!!! En tout cas j’ai une paix surnaturelle en moi, si je suis en soucis, je prie, et une vraie sérénité  m’est donnée assez vite …Encore les bénéfices de ma conversion  et qui font  dire à ma famille et amis : en tout cas toi tu vas bien tu es  transformée !   

    « Le baptême du Saint Esprit y est pour quelque chose, c’est un cadeau inestimable que j’ai reçu, seule un soir de novembre 2017, dans ma chambre, alors que je priais à genoux et qui me donne de la puissance dans la prière et permet de me ressourcer très vite…  ce même soir et  en continuant à prier j'ai parlé en langue ! Très émue j’ai élevé la voix  longtemps, très longtemps et même sur ma véranda … depuis c 'est tous les jours,  »  

    Merci Pascale.  Propos recueillis par Chantal Villageon

    Contact : 
    Pasteur Vincent Esterman 06 92 79 7 0 26

    EFSF/Communication (Chantal.V) 06 93 40 44 47
    http://espacefoisansfrontieres.eklablog.com/

    foisansfrontieresinfo@gmail.com

    Facebook – pasteur vincent esterman

     Soyez les bienvenus

     

     Soyez les bienvenus